Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Rencontre avec L'Atelier Maude Artiste

« On ne devient pas artiste, on naît artiste. C’est un feu qui brûle en nous! »

durée 18h00
4 janvier 2024
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

« On ne devient pas artiste, on naît artiste. C’est un feu qui brûle en nous », a expliqué la tatoueuse et peintre georgienne âgée de 38 ans, Maude.

Devenue coiffeuse à 17 ans, elle s’est rapidement sentie à l’étroit dans ce métier. « Je viens d’une famille assez modeste et mes parents n'avaient pas les moyens de m’envoyer aux études, donc c’était la seule solution pour me rapprocher du métier d’artiste », a-t-elle confié en entrevue avec EnBeauce.com. « Ça ne me nourrissait pas, mais j’ai appris à aimer travailler avec les gens et à prendre soin d’eux. »

C’est grâce à l’un de ses clients qu’elle va finalement trouver sa voie. Alors âgée d’une vingtaine d’années, elle lui faisait des dessins au rasoir dans les cheveux. « Il capotait. Il me disait “faut que tu fasses des tattoos”, mais je n'avais pas le temps. Lui il a tout organisé pour que je lui en fasse un, j’ai accepté et à partir de là tout le monde voulait des tatouages. » Artiste autodidacte, elle n'en avait jamais fait de tatouage avant ce jour-là, même pas sur une fausse peau. 

Par la suite, elle a jonglé entre le métier de coiffeuse et celui de tatoueuse parce qu’elle ne se sentait pas de laisser ses clients. « Ça me brisait le cœur », se souvient-elle. Elle a commencé à tatouer en 2009 et a vraiment abandonné la coiffure seulement lorsqu’elle a eu sa fille, en 2014. 

« Au départ je cherchais à subvenir à la demande, j'ai créé une équipe, car la demande était très forte. À ce moment-là j'étais la seule fille en Beauce à tatouer. » Elle a donc dû se faire une place, ce qui n’a pas été chose facile.

Bien qu’elle pouvait enfin s’épanouir dans l’art, Maude se perdait souvent dans les besoins des autres et elle ressentait le besoin de créer. « J’étais en train de perdre l’amour de l’art », a-t-elle souligné. Alors, juste avant la pandémie, la Beauceronne a pris des décisions et s’est recentrée sur ses besoins à elle.

La pandémie a justement été l’occasion parfaite pour cela. Elle a acheté tout le matériel nécessaire et elle s’est lancée dans la peinture. « Pendant la pandémie, j’ai découvert la solitude et j’aimais beaucoup ça. Je travaille avec les gens depuis que j’ai 14 ans et de me retrouver seule face à une toile m’a permis de libérer des sentiments. Quand ça s'est terminé, je pouvais quasiment mieux vivre de mes toiles que de mes tatouages. » 

Mère monoparentale de deux enfants, désormais sans revenu fixe, elle avait choisi de tout donner pour réussir plutôt que de tomber dans l'anxiété. Elle a donc fondé L'Atelier Maude Artiste.

Dans toutes les formes d’art qu’elle a pratiqué, Maude a trop souvent privilégié les besoins des autres avant les siens. Aujourd’hui, elle a la liberté de choisir ou non les projets sur lesquels elle travaille.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 février 2024

David Latulippe : une ascension musicale de la Beauce à Starmania

David Latulippe, jeune comédien et chanteur originaire de Tring-Jonction, sera à Laval à la Place Bell, du 6 au 18 août prochains avec le spectacle Starmania pour une tournée québécoise.  L'artiste incarne le rôle de l'homme d'affaires Zéro Janvier sur la scène depuis 2022.  Enjoué et souriant seraient les deux mots qui viennent à l'esprit ...

18 février 2024

Mirage : 40 ans d'histoire, de défis et de leadership avec Pierre Thabet

Pierre Thabet, président du manufacturier Mirage, revient, pour EnBeauce.com, sur près de 40 ans d'histoire. De l'incendie au moment du rachat, en passant par la relève, jusqu'à aujourd'hui où l'entreprise se place comme le numéro 1 en Amérique du Nord. Discret et plutôt réservé, Pierre Thabet est une figure emblématique de l'histoire des ...

17 février 2024

Entraînement et bain de foule pour Éliot Grondin au Mont-Orignal

Éliot Grondin était l'invité de la station de ski du Mont-Orignal à Lac-Etchemin, ce samedi 17 février, où il a pu s'entraîner puis aller à la rencontre de ses fans.  Plusieurs autres membres de l'équipe canadienne de snowcross étaient présents lors de la séance d'autographe.  À peine revenu de la Géorgie, où il avait remporté deux nouvelles ...