Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue vidéo

« Viande d'Autrefois » : vers un élevage porcin écoresponsable en Beauce

durée 18h00
30 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Germain Chartier
email
Par Germain Chartier, Journaliste

Voir la galerie de photos

Alors que la crise de la filière porcine au Québec représente un véritable enjeu pour les producteurs de la Beauce, Guillaume Gagné, propriétaire d’une ­fer­me à Saint-Frédéric, a décidé de reprendre son exploitation en main pour la faire évoluer. 

EnBeauce.com est allé à la rencontre des deux frères, Guillaume et François Gagné, afin de mieux comprendre ce changement pour un élevage plus efficace et écoresponsable. 

En effet, depuis maintenant deux ans, l'éleveur Beauceron s'est tourné vers deux races rustiques originaires de Hongrie et d’Irlande, le Mangalitsa et le Berkshire.

« Le Berkshire est un cochon presque comme le standard et le Mangalitsa est une race qui résiste bien au froid à l'extérieur, mais aussi aux maladies. J'ai donc mixé ces deux races pour créer des hybrides qui vont être mes femelles reproductrices », a expliqué Guillaume Gagné. 

De plus, il a fait diminuer son coût d'alimentation, en reprenant les invendus d'autres producteurs ou importateurs pour nourrir ses cochons. 

« Il y a environ deux ans, j'ai évalué la rentabilité de ma ferme et j'ai remarqué qu'on était plus ou moins rentable. J'ai aussi remarqué que c'était mes intrants qui me coûtaient une fortune et que notre prix de porc, qui avait été coupé par Olymel, n'avait pas suivi l'augmentation de ces intrants », a-t-il ajouté. 

« C'est à partir de là qu'est né « Viande d'Autrefois » et/ou les produits écologiques SGF. Le but est de récupérer des invendus d'importateurs, de producteurs ou d'usines de transformation pour ensuite me permettre de nourrir mes animaux en faisant diminuer mes coûts ». 

Devant l'ampleur des deux projets, son frère, François Gagné, a décidé de revenir à la ferme familiale pour prêter main forte en allant chercher les aides financières nécessaires.  

« Évidemment, tous ces projets demandent beaucoup d'investissements. On regardait les opportunités pour aller chercher de l'aide des gens autour de nous. On a déjà de la viande qu'on va être capable de sortir, mais on avait besoin d'aide pour mieux s'équiper et mieux gérer tous les fruits et légumes que l'on reçoit », a complété François Gagné. 

L'équipe des Viandes d'Autrefois a donc lancé récemment leur campagne de financement sur la plateforme La Ruche, dans le but de récolter près de 20 000 $ pour faire évoluer leurs équipements. 

« J'avais déjà entendu parler de La Ruche et j'ai vu qu'il y avait un « Fonds Moins c'est + » de Recyc-Québec qui était vraiment destiné aux projets qui revalorisaient les matières résiduelles. Comme c'est exactement ce qu'on fait, j'ai déposé le projet pour qu'on puisse préserver plus longtemps les fruits et les légumes avec des conteneurs réfrigérés ou des congélateurs, mais qu'on puisse aussi faire du démarchage pour démontrer aux autres fermes que notre alternative est intéressante pour elles ».  

Les deux frères ont également souhaité redonner à la communauté en collaborant avec Moisson Beauce et notamment en offrant des fruits et légumes qui restent de très bonne qualité. 

« On sait que nourrir des animaux avec des invendus c'est une bonne solution, mais il y a encore mieux à faire : nourrir des humains. On a constaté avec les derniers arrivages que les produits étaient encore de bonne qualité. On a eu une discussion avec Moisson Beauce et jusqu'à présent, on a pu leur donner près de quatre tonnes de fruits et légumes en trois semaines », a conclu le plus jeune frère. 

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible d'accéder directement à la campagne de financement La Ruche en cliquant ici

Il est possible de découvrir l'intégralité de notre entrevue vidéo avec Guillaume et François Gagné ci-dessus. 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


« Je ne manque pas de choses à faire dans ma journée et j’adore ça! »

La Scottoise Marianne Felteau, âgée de 18 ans, est passionnée par le tir et c’est justement ce qui a fait d’elle une cadette aussi investie.   Il y a quelques semaines, elle a été promue au poste de cadette adjudante-maître pour les cours d’introduction au tir de précision et d’instructeur de tir à la carabine à air comprimé au Centre ...

12 juillet 2024

Nathan Chatigny : un jeune footballeur de 16 ans à la conquête des États-Unis

Âgé de seulement 16 ans, Nathan Chatigny, jeune joueur de football originaire de Saint-Georges, a choisi de tenter l’aventure aux États-Unis afin de pouvoir continuer son secondaire tout en poursuivant son développement dans le football. Après avoir fait une demande à l’école Saint-Andrew (Saint-Andrew’s School) située à Boca Raton en Floride, le ...

9 juillet 2024

Philippe Pallafray: un pilier du Symposium international de la sculpture

Invité à la troisième édition et soutien technique pendant cinq ans, l'artiste Philippe Pallafray accorde une importance spéciale au Symposium international de la sculpture de Saint-Georges. Passionné d'art depuis sa jeunesse, il s'intéresse à la sculpture depuis l'âge de huit ans. Un événement créé dans sa ville natale en France, l'a plongé dans ...