Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Me Frédéric Paré

Un avocat de la Beauce sanctionné pour des propos inappropriés en salle d'audience

durée 11h45
11 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Germain Chartier
email
Par Germain Chartier, Journaliste

Un avocat de la Beauce, Me Frédéric Paré, de la firme Cliche Laflamme Loubier de Saint-Joseph-de-Beauce, a été sanctionné par le Conseil de discipline du Barreau du Québec, le 10 janvier dernier, pour des propos inappropriés tenus en salle d'audience.

Avocat membre du Barreau depuis plus de 20 ans, Me Frédéric Paré a été condamné à une amende de 4 000 $.

L'incident s'est produit lors d'une audience en Chambre de la jeunesse, en septembre dernier, où Me Paré s'est présenté pour traiter des infractions pénales visant des adolescents.

Il a alors fait une « blague » à connotation sexuelle à l'endroit de la juge Myriam Cantin, nouvellement nommée à la Cour du Québec : « Alors pour votre initiation dans notre district, on a préparé des queues de billard et de la Vaseline, c’est mandatoire dans le coin. ».

Comme le mentionne la décision du Conseil de discipline, la juge Cantin a rapidement remis l'avocat à l'ordre, soulignant le caractère inapproprié de ses propos : « Me Paré, je me permets juste un commentaire étant donné, il y a des gens dans la salle, mais je vais quand même le dire parce que vous avez fait la remarque ou en fait, la blague, devant tous ces gens j’estime que la blague que vous avez faite tout à l’heure était déplacée et faisait référence à des événements qui malheureusement font même les manchettes, alors j’espère que ça ne se reproduira pas » 

Le 14 septembre 2023, l’honorable José Rhéaume, juge coordonnateur Québec – Chaudière-Appalaches, de la Cour du Québec a transmis une lettre au Bureau du syndic de l’Ordre afin de signaler l’événement.

Dans ce dernier, il indique que la magistrature considère les commentaires formulés par ce dernier, lors de l’audition que la juge Cantin a présidée à cette date, comme étant inacceptables, inappropriés « et qui, selon eux, sont contraires au Code de déontologie des avocats ».

Suite à une plainte déposée par le Bureau du syndic du Barreau du Québec, le 26 octobre 2023, Me Paré a été accusé d'avoir manqué de respect en tenant des propos inappropriés et inacceptables envers la juge. 

Malgré des excuses envoyées à la juge Cantin, dans lesquels il souligne avoir « peu dormi lors des dernières nuits », ainsi que le caractère inapproprié des mots qu’il a utilisés, Me Paré a été contraint de faire face aux conséquences de ses actes. Il a reconnu sa culpabilité dans le dossier et a accepté la sanction imposée par le Conseil de discipline.

Dans cette décision, Me Paré a exprimé sa honte et son regret pour ses actions, soulignant l'impact personnel et professionnel de l'incident dans une petite communauté où les interactions professionnelles sont étroitement liées.

De plus, l'avocat beauceron s'est engagé a effectué des travaux communautaires afin de « compenser les effets négatifs découlant de sa conduite professionnelle ». 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


18 avril 2024

Jonathan Roussel passera encore huit ans en détention

Coupable de nombreux crimes à caractère sexuel, Jonathan Roussel passera encore huit ans, trois mois et 13 jours en prison. Le juge Thomas Jacques a présenté son verdict ce matin au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce. Il a déterminé que la peine totale juste et appropriée était de 12 ans et demi de pénitencier. Considérant sa détention ...

17 avril 2024

Journée Portes ouvertes aujourd'hui chez Équijustice Beauce

Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, Équijustice Beauce ouvre ses portes au grand public aujourd'hui, 17 avril, afin de permettre aux citoyens de venir rencontrer les intervenants ainsi que les bénévoles de cet organisme qui œuvre dans le milieu depuis plus de 40 ans.  Équijustice est un réseau provincial, comptant 23 membres. Il ...

16 avril 2024

Trois Beauceronnes accusées de mutilation, séquestration et menaces de mort

Kim Deblois, Kim Rancourt et Valérie Grenier ont fait face à plusieurs accusations, incluant blessures, mutilations et séquestrations, ce mardi 16 avril, au Palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce. Les faits remonteraient au dimanche 14 avril, où les trois Beauceronnes auraient commis, entre autres, des voies de fait graves contre la même ...