Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue avec le maire Clément Marcoux

Scott: des projets plein la tête à 125 ans!

durée 06h00
3 juin 2020
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

La municipalité de Scott a terminé l'année 2019 en posant deux gestes d'importance: l'acquisition de l'église Saint-Maxime et le lancement de la programmation des fêtes du 125e anniversaire de fondation de la localité.

Dans le dernier cas, la crise du coronavirus est venue « casser le party » de dire le maire Clément Marcoux lors d'une entrevue téléphonique accordée à EnBeauce.com.

En effet, le comité organisateur du 125e a reporté la plupart des festivités prévues au calendrier de l'année — une bonne partie d'entre elles devant se dérouler durant l'été, en raison de la pandémie de la COVID-19. Même la programmation d'automne est sur la glace mais le maire « garde espoir » qu'à ce moment, la pandémie sera chose du passé.

Et dès le départ de la crise, l'administration municipale en mis en place les mesures sanitaires et de télétravail pour assurer les services de manière sécuritaire pour le personnel et aussi les résidents, de faire remarquer M.Marcoux.

La début de la crise coïncidait aussi avec l'approche des crues printanières de la rivière Chaudière, « ce qui a créé des inquiétudes » d'avouer le maire.

Des inquiétudes justifiées puisque Scott, comme Beauceville et Sainte-Marie, a été très durement touchée par la débâcle d'avril 2019 dont les retombées se font encore sentir.

En effet, 88 maisons ont été démolies jusqu'ici et il en reste encore quelques unes à venir. « C'est beaucoup pour un village comme Scott. Heureusement, Dame Nature nous a épargné cette année », de dire le premier magistrat.

Un plan vert pour le maire
Comme tous ces terrains sont acquis par la municipalité pour la somme nominale de 1$ lorsque la démolition est complétée, celle-ci se retrouve avec  plusieurs espaces à combler.

Le maire Marcoux ne se cache pas pour dire qu'il veut « revitaliser » les rives de la rivière Chaudière en y plantant des arbres qui, outre leur aspect vert et écologique, serviront de brise-glace lors de la débâcle.

Il pense également à construire un sentier asphalté et installer des tables de pique-nique ici et là le long du cours d'eau. Aussi, un débarcadère pour les canoës et des jardins communautaires. Bref, faire de ces sites des lieux de fréquentation en famille et d'agrément pour les résidents et aussi les touristes.

« En été, la rivière Chaudière est très belle; c'est au printemps qu'elle l'est moins », de dire avec humour M. Marcoux qui veut en arriver à créer ainsi « quelque chose de beau pour donner du courage aux gens de Scott », en particulier ceux qui ont perdu leur maison.

Église et école
La nouvelle est un peu passée sous le radar mais finalement, la municipalité de Scott est devenue propriétaire en décembre dernier de l'église Saint-Maxime, mettant ainsi fin à une longue agonie pour la paroisse.

En effet, depuis 2013, le déficit d’opération annuel de la fabrique était en moyenne de 30 000$, ce qui correspondait aux frais d’électricité, de chauffage et d’entretien du bâtiment qui date de 1903.

Pour survivre, la paroisse a vendu le presbytère en 2013 et un terrain en 2017. Mais finalement, les autorités ont dû se résoudre à vendre l’église elle-même.

À compter de mars 2019, l'administration de Scott, qui tenait à sauver cet immeuble patrimonial, a entrepris des négociations avec la paroisse, qui ont duré quelques mois, et l'acquisition officielle s'est faite le 1er décembre au montant de la dette de la fabrique.

Le conseil municipal veut en faire une salle de spectacles mais aussi un lieu de manifestation culturelle et communautaire.

Le maire a aussi avoué que son administration tenait mordicus à garder le stationnement du lieu de culte car il sert de parking incitatif de covoiturage pour de nombreuses personnes qui travaillent à Québec.

« Vous savez, un village qui n'a plus d'église devient quasiment un village fantôme. On voulait conserver son "état naturel" », de dire le maire.

Rappelons aussi que l'inondation de 2019 avait complètement ravagé l'École primaire L'Accueil.

Une nouvelle école sera construite à compter de cette année, au coût de 14 M$, sur un terrain appartenant à la CSBE situé en dehors de la zone inondable, derrière l'église mais le chantier a été retardé en raison bien sûr de la crise du coronavirus.

L'entreprise Construction Edguy doit prochainement raccorder les services d'eau et d'égout municipaux pour desservir l'établissement après quoi, le chantier pourra se mettre en branle. On prévoit une livraison pour l'été 2021.

Avec une superficie de 4300 m², l'école pourra accueillir trois groupes de l’éducation préscolaire et 18 groupes de l’enseignement primaire.

Bref, malgré les inondations et la pandémie, les projets ne manquent pas pour les Scottoises et les Scottois qui se projettent dans l'avenir pour un autre... 125 ans!

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Le maire Claude Morin s'indigne contre Québec pour le refus de deux projets

Indigné, le maire de Saint-Georges, Claude Morin, demande des réponses au gouvernement pour deux projets qui ont été refusés sans raisons précises. Lors du conseil de ville tenu hier soir, il est d’abord revenu sur le projet de construire un bâtiment de 41 logements, présenté par la Société immobilière communautaire de Beauce, qui n’a pas obtenu ...

L’espace Carpe Diem sera officiellement inauguré le 2 septembre

En opération depuis maintenant plus d'un an, c'est le vendredi 2 septembre que sera officiellement inauguré l'espace Carpe Diem de Ville Saint-Georges.  « Ce sont vos taxes [les contribuables] qui l'ont payé à 100%, c'est votre parc! (...) Il n'y a aucune place au Québec qui compte des installations de qualité semblable », a lancé le maire Claude ...

11 août 2022

Une nouvelle inspectrice en urbanisme pour la MRC des Etchemins

Valérie Talbot a été nommée au poste d’inspectrice en urbanisme par la MRC des Etchemins. Elle se joint à l’équipe du Service d’inspection de la MRC qui veille à l’application des règlements municipaux en matière d’urbanisme et d’environnement. En plus de répondre aux questions des citoyens en ces matières, elle procédera à l’analyse des ...