Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 juillet 2018 - 14:21 | Mis à jour : 9 juillet 2018 - 13:53

Lancement de la campagne de Hans Mercier pour le Parti 51

Par Nady Larchet, Journaliste

Toutes les réactions 15

Le dimanche 8 juillet dernier se tenait le lancement officiel de la campagne électorale de Hans Mercier pour le Parti 51. M. Mercier souhaite relancer les idées d’un parti du même nom, qui a existé de 1989 à 1991, dont le fondement principal était que le Québec devienne le 51e état des États-Unis. Une trentaine de personnes dont quelques aspirants candidats ont assisté à la conférence de presse qui se déroulait au Rock Café de la 1re Avenue à Saint-Georges.

Le parti du peuple

L’avocat beauceron, qui sera à la tête du parti, a d’abord choisi de présenter cette conférence de presse une fin de semaine, car il dit vouloir être le parti des citoyens et non des politiciens et que pour toucher un plus grand nombre de gens possible, il était important de ne pas entraver les occupations professionnelles de ceux-ci. 

Dans le cadre du programme de son parti, M. Mercier dit vouloir s’attaquer tout d’abord à la politique malhonnête et de s’assurer que ceux qui représenteront le parti ne seront pas des politiciens, mais bien des gens qui veulent s’impliquer pour le changement. Il souhaite que le parti ne soit pas représenté par des politiciens de carrière, en limitant le nombre de mandats possible pour les élus, ce qui leur permettrait d’être là davantage pour servir la population au lieu d’essayer à tout prix de sauver leur carrière. Il propose également diminuer le nombre de circonscriptions, passant de 125 à 75, ce qui diminuerait le nombre d’élus en poste. Ceux-ci auraient également plus de liberté de parole au sein de l’assemblée, et le parti ne serait pas lié à leurs propos, ce qui constituerait, par contre, un défi supplémentaire pour le parti. Finalement, en vue des campagnes électorales, les candidats ne seraient pas choisis par le chef du parti, mais seraient plutôt élus par les membres.

Cap sur les États-Unis

Hans Mercier mentionne qu’une grande partie du travail de son parti sera de défaire les préjugés que les Québécois ont envers les Américains, et de faire comprendre aux gens que les États ont plus de liberté qu’on ne le pense. Il relate que chacun des États est libre d’avoir ses propres règles et ses propres programmes concernant, par exemple, la santé et l’environnement. Aussi, puisque les États-Unis n’ont pas de langue officielle, l’État pourrait continuer d’avoir le français comme langue principale.

« La plupart des gens pensent que les États-Unis c’est un gros pays, mais ce n’est pas vrai. En fait, les États-Unis c’est 50 pays. Juste avoir compris ça, vous allez beaucoup plus comprendre comment ça fonctionne », mentionne Mercier.

L’homme de 43 ans croit également qu’avec la mondialisation grimpante, le monde aura éventuellement besoin d’un gouvernement mondial, mais que pour y arriver, il faudrait prendre exemple sur celui des États-Unis.

Vers une constitution du Québec

Concernant l’aspect législatif, un des fondements principaux du programme repose sur la constitution du Québec, car le Québec serait un pays et non plus une province. En tant qu’avocat, il trouve que la province actuelle comporte trop de lois inutiles et souhaite alléger le nombre de lois qui composeraient cette constitution. Dans ce même document, il est inscrit que le pouvoir législatif appartiendrait à la fois à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Les ministres n’auraient plus à être sélectionnés parmi les députés, mais seraient sélectionnés par le gouverneur qui les choisirait selon leurs compétences et non par partisanerie comme le gouvernement actuel.

Afin de combattre la corruption, Mercier pense qu’il est important qu’il y ait un pouvoir de destitution à la chambre, afin que les élus qui n’effectuent pas leur travail correctement puissent être destitués par le parti.

Pour l’économie et la sécurité

M. Mercier défend que l’annexion aux États-Unis aurait des retombées économiques intéressantes pour les citoyens, notamment grâce aux produits qui couteraient moins cher, aux taxes moins onéreuses et à la diminution des obligations de tarifs douaniers. Dans la constitution du Québec, il y aurait un plafond établi pour la dette du pays, qui serait régi par un procureur général pouvant imposer au gouvernement de prendre des mesures en cas de dépassement de ce plafond.

Dans le pamphlet du parti, un accent est mis sur le fait que le Québec serait protégé par l’armée la plus puissante au monde et que pour les citoyens, le port d’arme serait également autorisé, comme une grande partie des États-Unis.

À lire également:

 

Vous avez un scoop
Vous oeuvrez dans le monde de la politique en Beauce depuis 20 ou 30 ans ? Vous êtes maire de votre municipalité en Beauce et êtes âgés de moins de 25 ans ou de 30 ans ? Vous êtes une personnalité du monde politique beauceron qui se démarque par l'une ou l'autre de ces particularités ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

15 réactionsCommentaire(s)
  • Personnellement, je pense que Me Mercier a fait du bon boulot et que son idée mériterait d’être approfondie.

    Je crois qu’une fédération francophone interculturelle à Québec, plutôt qu’une fédération multiculturelle, sans identité, à Ottawa, à la Trudeau, serait la véritable solution.

    Pour y arriver, dans un premier temps, il s’agirait de créer 17 états indépendants avec les 17 régions administratives actuelles du Québec, avec chacun son Gouverneur, son parlement, proche de sa population et de ses besoins, comme le Maine, le Vermont, le New-Hampshire, etc...

    Les 17 états autonomes pourraient, alors, déléguer certains pouvoirs d’intérêt commun à l’état fédéral, basé à Québec.

    Un dégraissage en règle en se débarrassant de la bureaucratie d’Ottawa et de Québec.

    Le pouvoir aux citoyens et aux régions, du bas vers le haut, plutôt que ce que nous avons à l’heure actuelle, du haut vers le bas, contrôlé par des fonctionnaires bureaucrates déconnectés des vrais besoins des citoyens et des régions.

    En alliant les forces du projet 51 à celles du Projet Liberté-Nation, nous arriverions avec 17 états indépendants plutôt qu’avec un seul, si nous décidions de nous affilier aux États-Unis, par la suite.

    Le Projet Liberté-Nation est déjà prêt, par écrit et en capsules vidéos.

    Prenez-en connaissance à :

    http://www.republiquefederaleduquebec.com

    Michel J. Grenier - 2018-07-08 17:37
  • Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!
    Statehood!

    Richard - 2018-07-09 01:18
  • C'est ben beau vouloir se joindre au USA mais faudrait savoir s'ils sont intéressé de nous avoir...

    Puerto Rico est un territoire américain depuis plus de 100 ans. En 2012 ils ont voté par référendum d'être reconnus comme le 51e état, aucune réponse de Washington depuis. Ces gens là sont citoyens américains et n'ont pas de droit de vote. Pourquoi serait-il plus favorable envers nous?

    Jeff - 2018-07-09 09:59
  • Tout à fait contre cette idée de se joindre aux USA,mon ami Hans !!!

    Jean - 2018-07-09 11:17
  • Lache pas!, Je suis de ton bord et ça marche pas pour le Québec au complet, Juste la Beauce ca pourrait-être bon aussi de s'affiler au Maine.

    Pro USA - 2018-07-09 11:33
  • Ou je suis en parfait accord, en nous unisssant aux USA, la beauce deviendrait le 51 etat americain et on aurait pas mal mieux comme president que notre petit Justin comedien au raisonnement plutot enfantin et la on finirait pas l"avoir notre autoroute jusqu"a ST-Georges. Je ne vois que du positif a ce choix tres judicieux et plein de bon sens. Comme dirait Donald: MAKE BEAUCE GREAT AGAIN !!

    Daniel - 2018-07-09 12:37
  • et tous les indésirables des U.S.A. chez nous au Québec,,,,,,

    Pierre Baby - 2018-07-09 16:11
  • Ca va faire moins loin pour aller au Lac Cheard ;-)

    D. Trompévou - 2018-07-09 17:28
  • En devenant étasuniens (américain c'est pour les gens qui vivent en Amérique), les avantages sociaux vont diminuer ou disparaître comme l'assurance maladie universelle,l'assurance médicaments et les congés parentaux entre autres. Donc effectivement de belles économies d'impôt et de taxes. par contre on perdrait aussi le BS des provinces (péréquation du Canada). Donc, les gens vivraient plus pauvrement et travailleraient jusqu'à 70 ans. Pour le port d'armes, ce ne serait pas un plus....juste à regarder le taux d'homicide par habitant. Je ne comprends pas dépenser de l'énergie pour une telle initiative.....

    Gilles - 2018-07-09 19:42
  • Bonjour .

    Je me nomme Pascal Logan et je suis Américain , je demeure à Boston et diplômé en Géopolitique . oui je parle Français comme des millions d'Américains .

    Je voudrais répondre aux commentaires de certaine personne . il ne faut pas faire de comparaisons entre le Québec et Porto Rico . très différent comme économique .
    Le fleuve Saint-Laurent est très important et le Québec a beaucoup a offrir comme territoire pour l'armée Américaine , comme le bouclier antimissile .

    Mais l'avocat de la Beauce voit trop grand avec une défaite écrasante .

    Les États-Unis sont 50 États , mais un Pays et non 50 pays, nous avons un Gouvernement fédéral pour le pays ,et des gouvernements d'État pour les États . Oui chacune des États a ses propres lois , et libre sur la majorité des décisions .

    Pourquoi , pas faire de la région de Québec-Charlevoix , Chaudière-Appalaches - Beauce , Bas-St-Laurent , Gaspésie,îles de la Madeleine une État Américaine , Peut-être que même la Côte-Nord pourrait être intéressé en raison des allumineries et les emplois qui seraient creer.
    Les chances serait beaucoup plus élevé que le Québec avec Montréal-Region et l'Outaouais , qui serait un NON fortement .
    Le parti 51 doit voir réaliste .

    Pascal Logan - 2018-07-09 23:26
  • C'est pas le premier Beauceron qui rêve que le Québec soit un état étasunien et ça m'étonne à chaque fois. Les Beaucerons votent massivement aussi pour les conservateurs au fédéral à chaque fois d'ailleurs. Comme solidaire, j'avoue que j'ai beaucoup de difficulté à saisir le raisonnement qui conduit à vouloir souhaiter que le Québec ou la Beauce soit un état étasunien. C'est la dernière chose que je souhaiterais pour notre pays, le Québec.

    Robert Gélinas - 2018-07-10 00:31
  • Je suis pour...si on peut conserver notre héritage catholique romain, the Quebec`s joie de vivre...

    Jean-François Vermette - 2018-07-10 12:24
  • @Pascal Logan

    C'est bon de savoir que tout ce qui intéresse les américains c'est le potentiel militaire et économique de notre territoire et non sa population...

    Et aussi de voir que ceux qui sont déjà citoyen américain mais qui n'ont pas le même "potentiel économique" se voient ignorés du reste de leur nation... (Puerto Rico)

    Jeff - 2018-07-10 15:38
  • M. Mercier,
    Saviez-vous que M. René Lévesque faisait un rapport annuel au gouvernement américain sur l'état social et économic du Québec? Savez-vous qu'il se donnait un an pour voir si un Québec indépendant serait viable. Dans le cas d'un échec il demanderait que le Québec soit annexé aux USA. Alors votre idée n'est rien de nouveau! En ce qui a trait à la langue officielle, Président Ronald Reagan a fait de l'Anglais la langue officielle des États Unis d'Amérique en légiférant la question. Devant l'ampleur et l'importance que prenait l'Espagnol, il a passé la loi de la langue officielle aux USA. En cherchant un peu vous trouverez ce fait historique.

    Pier Gros - 2018-07-12 19:45
  • Ça pis le parti rhinocéros...faut vraiment meconnaitre le système politique américain pour en faire le modèle à suivre ...la chambre des gouverneurs...c'est un club de milionaires....

    Éric - 2018-07-12 21:24