Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Tournée du politicien dans la province

Des maires manitobains ne veulent pas de Maxime Bernier chez eux

durée 15h30
11 juin 2021
5ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sylvio Morin
email
Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Des maires, membres de l'Association des municipalités bilingues du Manitoba (AMBM), dénoncent la série de rassemblements organisés par le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, sur leur territoire, qui débute à partir d’aujourd’hui. 

Le président de l'organisme, Ivan Normandeau, et ses homologues Justin Bohémier (Municipalité rurale de Taché), Raymond Maynard (Village de Saint-Pierre-Jolys) et le préfet Darrel Curé (Municipalité rurale de De Salaberry), ont émis une déclaration conjointe, dans le même sens que celle du Premier ministre Brian Pallister, pour signifier à M. Bernier qu’il n’est pas le bienvenu au Manitoba.

Au prorata de la population, cette province présente actuellement le pire scénario au pays quant aux cas de COVID-19, et « c’est dans ce contexte déplorable que le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, amorce sa tournée manitobaine » avec un discours pour faire sauter toutes les mesures sanitaires alors que la pandémie est loin d'être terminée, ont indiqué les élus par voie de communiqué de presse.

« Maxime Bernier est connu comme un spécialiste de la surinterprétation des faits et de l’association d’idées douteuses. En période de crise, il choisit de miser sur la peur et le désespoir des gens pour faire de la récupération politique. Depuis les débuts de la pandémie, il s’associe avec des groupes s’opposant aux mesures sanitaires, au port du masque et à la vaccination. Dans le cadre de sa tournée de manifestations pancanadienne, il confronte volontairement les règles sanitaires et cumule les amendes pour non-respect des mesures de santé publique », ont-ils fait remarquer tout en indiquant que le politicien beauceron « fait partie du problème et non de la solution. » 

Les maires ont invité le chef du PPC à transformer son discours au lieu d’alimenter la division, la peur et l’intransigeance.

Besoin d'argent
La veille de son arrivée dans cette province de l'Ouest canadien, Maxime Bernier avait envoyé un message courriel à ses membres.

« Je visiterai le Manitoba au cours des trois prochains jours. C'est-à-dire, si le despote provincial Brian Pallister et ses hommes de main n'essaient pas de m'arrêter. J'ai reçu une lettre de menace de Mike Leblanc, gestionnaire de l'Unité de protection de la santé du ministère de la Santé du Manitoba. Il dit que je ne peux pas assister aux rassemblements et que je dois me mettre en quarantaine à mon hôtel pendant toute la durée de mon séjour. Je n'ai pas l'intention de renoncer à mes droits constitutionnels «, peut-on lire dans le message.

Le chef du parti explique que rencontrer des Canadiens sur le terrain à travers le pays, pour leur transmettre le message du PPC, implique beaucoup de travail et de planification de la part de nombreuses personnes.

« Cela coûte aussi de l'argent. Et même si ça semble bizarre de dire cela, c'est dangereux de nos jours au Canada. J'ai reçu cinq billets d’infraction jusqu'à présent. Et je pourrais être arrêté au Manitoba. J'ai besoin de votre aide pour continuer ce combat. S.v.p. faites un généreux don de 10$ aujourd'hui au Parti populaire, ou tout montant que vous pouvez vous permettre », conclut-il.

commentairesCommentaires

5

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • M
    Marie
    temps Il y a 3 ans
    Non mais il s’enfonce… Quel dommage.
  • B
    Beauceronne
    temps Il y a 3 ans
    J'espère que personne ne lui enverra d'argent. Qu'il paie pour ses idioties. Il nous fait tellement honte.
  • C
    Christian
    temps Il y a 3 ans
    Pauvre Bernier et son besoin de faire du sensationnalisme pour se faire remarquer. Politicien indigne qui veux représenter la Beauce uniquement pour retourner à la chambre des communes. En vérité il se fout des beaucerons, son ego est trop surdimensionné pour servir la population. Quel clown.
  • C
    Christian
    temps Il y a 3 ans
    Les maires de la Beauce n'en veulent pas non plus.
  • C
    Claude
    temps Il y a 3 ans
    M. Bernier comme je suis respectueux je respecte votre opinion mais je ne la partage pas. En tant de crise ou de guerre et je considère la crise sanitaire comme une guerre il faut se serrer les coudes et non nous diviser. Demander au maire de Saint-Georges qui est un ancien militaire ce dernier sera surement d'accord. Les gens peut importe leur provenance vous appuierait si vos idées étaient différentes. Inciter ou agir de façon qui fait ou qui tend à influencer les gens contre la logique ça ne passe pas.
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 10h00

Élections: les Canadiens inquiets face à l’intelligence artificielle

Plus de 80 % des Canadiens sont inquiets des conséquences que pourrait avoir l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) dans un contexte d’élections, selon un récent sondage. Une inquiétude compréhensible, disent des experts. «C'est une inquiétude qu'il est raisonnable d'avoir aujourd'hui par rapport aux progrès de l'intelligence ...

15 juillet 2024

Les 13 premiers ministres des provinces et territoires se rencontrent à Halifax

Les premiers ministres du Canada seront à Halifax lundi pour entamer trois jours de réunions dans la capitale de la Nouvelle-Écosse. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, qui est l'actuel président du Conseil de la fédération, accueillera l'événement au centre-ville. M. Houston a déclaré aux journalistes après une réunion du ...

12 juillet 2024

Impasse dans les négos de la FIQ; moyens de pression plus lourds en septembre

La FIQ constate «l'impasse» dans ses négociations avec Québec. Elle envisage de recourir de nouveau à des moyens de pression plus lourds, incluant la grève, dès le mois de septembre. La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui représente 80 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnelles en soins, a tenu cette ...