Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Chef du Parti populaire du Canada

Maxime Bernier obtient 96% d'appui

durée 15h15
5 décembre 2021
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Sans surprise, Maxime Bernier demeure chef du Parti populaire du Canada (PPC).

Près de 96 % des voix exprimées lors d’un vote de confiance étaient en faveur du maintien de M. Bernier à la tête du Parti populaire du Canada (PPC).

Amorcé le 12 novembre, le vote s’est terminé vendredi et n’était ouvert qu’aux membres ayant une adhésion valide au parti en date du 20 septembre. Au total, le PPC a indiqué que 15 454 votes ont été exprimés, représentant près des trois cinquièmes des électeurs admissibles.

M. Bernier a publié une déclaration disant qu’il considère les résultats comme un signe d’unité au sein du parti qu’il a fondé il y a trois ans à la suite de son départ très médiatisé du Parti conservateur du Canada.

Il a ajouté qu’il prévoit désormais utiliser son nouveau mandat de chef pour préparer le parti aux prochaines élections générales, quelle que soit la date où elles auront lieu.

L’élection d’automne était la deuxième à laquelle le PPC a pris part depuis sa fondation, et la deuxième à laquelle il n’a pas réussi à remporter un siège à la Chambre des communes.

Après avoir présenté, en 2019, une plateforme visant la réduction draconienne des niveaux d’immigration et le retrait de l’accord de Paris sur le climat, le parti s’est vigoureusement opposé aux restrictions liées à la pandémie de COVID−19 et aux passeports vaccinaux pendant la campagne de 2021.

Le parti a recueilli moins de 2 % du vote populaire en 2019, mais a plus que doublé sa part des bulletins à l’échelle nationale lors du scrutin du 20 septembre dernier, ce qui a possiblement coûté quelques sièges aux conservateurs, en divisant les voix des électeurs à la droite du spectre politique.

Une analyse du professeur d’économie de l’Université de Calgary, Trevor Tombe, a laissé entendre qu’il y avait 25 sièges pour lesquels les votes pour les conservateurs et pour le PPC combinés étaient supérieurs au résultat du vainqueur.

commentairesCommentaires

2

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • G
    Georges
    temps Il y a 1 an et 2 mois
    Un peu plus de 50% des membres du parti on votés c'est pas beaucoup. Lorsque près de 50% des membres n'ont même pas pris la peine de voter, ça veux dire qu'il y en a une méchante gang qui décrochent. En plus, il n'a jamais été élu chef lors d'un vote en bonne et dû forme, il s'est plutôt autoproclamé chef, comme le font certains gourou de sectes ou dictateurs. Attendons de voir si lui et son parti survivront d'ici la prochaine élection car son parti lui verse un gros 105 000 $ par an pour dire des âneries. C'est une grosse part dans le budget.
  • C
    Christian
    temps Il y a 1 an et 2 mois
    Peu importe, il n’aura plus jamais l’appui des Beaucerons.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 février 2023

Le mirage du recrutement d'infirmières qualifiées à l'étranger

Après avoir échoué à recruter des centaines de préposés aux bénéficiaires à l’international, le gouvernement de François Legault fait maintenant miroiter la même solution pour répondre à la pénurie d’infirmières. Si le passé est garant de l’avenir, les chances sont minces de voir affluer des milliers de professionnelles pour venir à la rescousse ...

30 janvier 2023

L'économie sera au menu des parlementaires à Ottawa qui reprennent leurs travaux

Les questions économiques seront au cœur des préoccupations des députés fédéraux, lundi, à leur retour à Ottawa pour entamer une nouvelle session parlementaire. Les parlementaires siégeront à la Chambre des communes pour la première session de 2023 après s'être retirés avec leurs partis respectifs pour définir leurs priorités. La semaine ...

29 janvier 2023

Dubé justifie le recours au privé pour des employés d'organismes publics

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a justifié jeudi le recours par des organismes publics à des services médicaux privés pour leurs employés. Il réagissait aux révélations selon lesquelles Hydro-Québec et Investissement Québec payaient pour des téléconsultations en médecine privée, afin d'éviter que leurs employés perdent leur temps à ...