Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Relocalisation des travailleurs

Richard Lehoux prie Olymel de faire preuve de plus d'humanité

durée 16h15
18 juillet 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Léa Arnaud
email
Par Léa Arnaud, Journaliste

Le député fédéral de Beauce, Richard Lehoux, prie Olymel de respecter son engagement envers ses employés et de faire preuve de plus d’humanité.

Rappelons que 123 travailleurs étrangers de l’usine Olymel installée à Vallée-Jonction perdront leur poste à la fermeture de l’établissement prévue le 22 décembre prochain pour les derniers quarts de travail. Ceux-ci se sont vu proposer deux solutions: se trouver un nouvel emploi pour rester en Beauce ou continuer de travailler pour Olymel, mais dans une autre usine. Cependant, chacune de ses propositions comporte son lot de complications.

Pour ce qui est de se trouver un nouvel emploi en Beauce, ce ne sont pas les offres qui manquent. Cependant, les travailleurs et leur nouvel employeur devront reprendre les démarches d’immigration de zéro. Grâce à une dérogation spéciale, ils pourraient intégrer un poste en 45 jours, mais ils ne recevraient leur papier que dans un délai de 10 à 14 mois. Une condition qui crée beaucoup d'anxiété chez ces étrangers qui ont quitté leur terre natale pour s’établir ici, en Beauce.

« Pour ceux qui désireraient rester en Beauce, c’est faisable, mais on ne peut pas les forcer non plus », a précisé le député fédéral en entretien téléphonique avec EnBeauce.com. De plus, certaines entreprises ne sont pas habituées à ces démarches administratives. Richard Lehoux les invite alors à se rendre à son bureau pour obtenir le soutien de son cabinet. 

Rester chez Olymel constitue alors une solution plus sécuritaire, bien que complexe également. « De ce que j’ai entendu de certains travailleurs, c’est qu'Olymel est prêt à les employer ailleurs, dans une autre usine, mais au niveau du logement, ce qu’ils leur proposent, ce n’est pas ce qu’ils (les travailleurs) ont ici. » 

Étant donné que les usines qui devraient les accueillir sont plus proches de Montréal, elles se situent dans des endroits où la crise du logement est encore plus importante qu’en Beauce. De ce fait, les travailleurs qui ont une famille doivent, par la force des choses, accepter des résidences qui ne sont pas à la hauteur du confort qu’ils s’étaient trouvé en Beauce. « Ils vivent beaucoup d'anxiété et Olymel doit faire preuve de plus d’humanité. Ils se font brasser d’une place à l’autre, ce n’est pas leur choix de déménager parce que l’usine ferme. C’est à Olymel d'assumer les conséquences de cette décision. »

À partir de ce samedi, l’usine de Vallée-Jonction fermera ses portes pour les deux semaines de la construction. Au retour, le quart de soir n’existera plus. Le député attend ce retour pour voir comment sera réorganisé l’horaire, voir si la question de l’ancienneté sera respectée, etc. Que ce soit pour les travailleurs canadiens ou étrangers. 

« J’espère qu’on aura des dénouements plus positifs à ce moment-là », a-t-il conclu.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


15 juillet 2024

Les 13 premiers ministres des provinces et territoires se rencontrent à Halifax

Les premiers ministres du Canada seront à Halifax lundi pour entamer trois jours de réunions dans la capitale de la Nouvelle-Écosse. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, qui est l'actuel président du Conseil de la fédération, accueillera l'événement au centre-ville. M. Houston a déclaré aux journalistes après une réunion du ...

12 juillet 2024

Impasse dans les négos de la FIQ; moyens de pression plus lourds en septembre

La FIQ constate «l'impasse» dans ses négociations avec Québec. Elle envisage de recourir de nouveau à des moyens de pression plus lourds, incluant la grève, dès le mois de septembre. La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui représente 80 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnelles en soins, a tenu cette ...

11 juillet 2024

Le Canada devrait atteindre la cible de dépenses en matière de défense en 2032

Après des jours de pression de la part des alliés de l'OTAN lors du sommet annuel à Washington, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué jeudi que le Canada «s'attend pleinement» à atteindre l'objectif de dépenses de défense de l'alliance en 2032 – mais le calendrier récemment annoncé par le gouvernement n'est accompagné d'aucun nouveau détail ...