Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

LE SAVIEZ-VOUS ? Saurez-vous reconnaître à son chant cet oiseau à quatre sexes ?

durée 14h27
16 juillet 2017
3ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Stéphane Quintin, Journaliste

Voir la galerie de photos

Constituant l’une des espèces de passereaux les plus répandues et abondantes du Québec, facilement reconnaissable à son chant, souvent traduit par l’onomatopée « Où es-tu, Frédéric, Frédéric, Frédéric ? », le bruant à gorge blanche est particulièrement étudié chez les ornithologues en raison de la coexistence de deux formes distinctes de la même espèce nécessitant une reproduction croisée, un cas de figure peu fréquent dans le règne animal.

Ce phénomène rare a été étudié notamment par des scientifiques américains tels que B.H. Thorneycroft et Elaina Tuttle, dont une récente publication avait fait l’objet d’un article approfondi dans le magazine Nature en novembre 2016. La division de la population des bruants à gorge blanche en deux morphotypes, l’un présentant une couronne blanche et l’autre une couronne ocre, a souvent fasciné à cause de la reproduction croisée qui en résulte : les mâles d’un type s’accouplent presque toujours avec une femelle de l’autre type, et vice-versa.

« L’oiseau agit comme s’il avait quatre sexes. Un individu ne peut se reproduire qu’avec un quart de la population. Il y a très peu de systèmes sexuels avec plus que deux sexes », a expliqué le biologiste Christopher Balakrishnan dans l’entrevue réalisée pour le magazine Nature en 2016. Proche de la spécialiste américaine de ces oiseaux, Elaina Tuttle, il enseigne à l’université Caroline de l’Est de Greenville, en Caroline du Nord.

Dans un mémoire présenté à l’université Laval en 2008 sur le bruant à gorge blanche, Patrick Rousseau a mis l'accent sur ce polymorphisme du plumage en expliquant sa corrélation avec certaines différences comportementales. Alors que les bruants à gorge blanche et couronne blanche sont plus agressifs, polygames et mélodieux, les bruants à gorge blanche et couronne ocre sont davantage monogames, défendent leur progéniture contre les prédateurs et présentent un chant plus monotone.

La rareté de cette situation s’explique surtout par le fait qu’en nécessitant de chercher non seulement un individu de sexe opposé, mais aussi appartenant à l’autre morphe, ces oiseaux ont accentué le risque de ne pas trouver facilement de partenaire. Constituant l’un des bruants les plus répandus en été, avec son chant si facilement reconnaissable, ce passereau migrateur n’en finit pas moins d’occuper une place importante dans le paysage sonore du printemps québécois. 

commentairesCommentaires

3

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • PM
    Philippe Morin
    temps Il y a 4 ans
    Intéressant!
  • JG
    Jacques Gosselin
    temps Il y a 4 ans
    c'est un très belle oiseaux
  • B
    Branchet
    temps Il y a 2 ans
    Souvenir de promenades dans la forêt boréale au Québec.
    Article passionnant et enrichissant.
    Merci.
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Neuf ans plus tard, la tragédie de Lac-Mégantic est toujours aussi douloureuse

Déjà neuf années sont passées depuis la tragédie de Lac-Mégantic, pourtant ce douloureux souvenir touche encore les habitants jour après jour. « Ça fait partie de notre histoire, de notre ADN. Notre centre-ville n’est pas encore reconstruit complètement. Il y a des gens qui vivent des deuils, qui ont perdu des enfants, des parents. Chaque ...

Parents d'Anges Beauce-Etchemins de plus en plus actif dans la communauté

L’organisme de soutien au deuil périnatal, Parents d’Anges Beauce-Etchemins a tenu la semaine dernière son assemblée générale annuelle et a fait un retour sur ses nombreuses activités et actions.  Ce fut une autre année marquée par la COVID-19 obligeant le personnel à faire des changements et adapter les services aux demandes reçues.  Quatre ...

Le Canada se prépare à jeter 13,6 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca

Le Canada est sur le point de jeter plus de la moitié de ses doses du vaccin d'Oxford-AstraZeneca contre la COVID-19, car il n'a trouvé aucun preneur ni au Canada ni à l'étranger. Une déclaration de Santé Canada indique que 13,6 millions de doses du vaccin ont expiré au printemps et seront jetées. Il y a un an, le Canada avait annoncé qu'il ...