Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le Rappel de St-Georges lance son activité « À livres ouverts sur la santé mentale »

durée 04h00
8 mars 2018
Amélie Carrier
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Amélie Carrier, Journaliste

Les organismes beaucerons Le Rappel, groupe d'entraide pour personnes atteintes de maladie mentale, et Le Sillon, regroupement pour parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale, s’associent cette année afin de présenter la deuxième édition de l’activité « À livres ouvert sur la santé mentale ». Cette activité, qui se déroulera lors du mercredi 21 mars prochain, de 13 h à 20 h, aura lieu au 11 920, 1re Avenue, à Saint-Georges.

À lire également :

L’initiative « À livres ouverts sur la santé mentale » s’inspire de la formule de « bibliothèque vivante », qui reprend le concept classique d’une bibliothèque, en remplaçant toutefois les livres par des individus — livres vivants — qui vivent ou qui ont été touchés de près par une expérience en lien avec la santé mentale.

Sous la forme de conversations informelles de quelques minutes, les « livres vivants » s’engagent à partager leur expérience avec les autres citoyens et sont disponibles pour échanger et pour répondre aux questions des visiteurs.

Un catalogue permettra notamment aux usagers de la bibliothèque de découvrir les thèmes abordés par les « livres vivants » et de choisir les rencontres qu’ils souhaitent faire en fonction de leurs intérêts.

Le projet « À livre ouverts sur la santé mentale » vise à offrir aux citoyens de la Beauce une occasion de réduire la stigmatisation en utilisant la stratégie de contact. Le but de cette activité, gratuite, est d’instruire, de donner de l’espoir et de créer un meilleur lien social dans les communautés de la région.

Selon les dernières données recueillies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne sur quatre vivra avec un problème de santé mentale au cours de sa vie. Parmi celles-ci, près de deux tiers n’iront pas chercher d’aide par peur des préjugés (OMS, 2001).

Notons également qu’une partie des personnes vivant un problème de santé mentale affirme que la stigmatisation les limite et les fait davantage souffrir que les symptômes de leur problème en tant que tel.

commentairesCommentaires

1

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • J
    Jean
    temps Il y a 5 ans
    Bonjour Amélie, superbe initiative.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Olga Zainchkovska : « Je veux continuer ma vie ici, même si la guerre s'arrête »

Olga Zainchkovska est une Ukrainienne installée avec son fils à Saint-Georges depuis juillet 2023. Originaire de Zaporijia, ville située à une trentaine de kilomètres du front de guerre, elle a décidé de rejoindre une amie au Québec afin de construire sa nouvelle vie. Pour EnBeauce.com, elle a accepté de revenir sur son arrivée et son intégration ...

Conventions collectives: le Front commun a dit oui à 74,8 %

C'est finalement à 74,8 % que les syndiqués du front commun ont adopté l'entente de principe qui avait été convenue quant au renouvellement des conventions collectives. Le front commun, qui est constitué de l'APTS, de la CSQ, de la FTQ et de la CSN, représentant 420 000 travailleurs dans la santé et l'éducation, en a fait l'annonce, vendredi, à ...

durée Hier 17h00

Urgence de l'hôpital de Saint-Georges: taux d'occupation à 138%

Selon les données recueillies sur le site du gouvernement du Québec, le taux d’occupation des civières à l'urgence de l'Hôpital de Saint-Georges se situait à 138%, à 14 h aujourd'hui. Comparativement, il était à 170% pour l'Hôpital de Thetford, 165% à l'Hôtel-Dieu de Lévis et 130 pour cent au Centre hospitalier de Montmagny.  À Saint-Georges, ...