Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
11 octobre 2018 - 13:14 | Mis à jour : 14:37

Légalisation du pot : Canam et Garaga dévoilent leur politique

Jérôme Blanchet-Gravel

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

Le 17 octobre prochain, le cannabis récréatif sera légal au Canada. Pour certains, il s’agit d’une excellente nouvelle, mais pour d’autres, la légalisation entrainera des conséquences négatives. Quelles sont les politiques des employeurs de la région concernant le cannabis ? EnBeauce.com a mené sa petite enquête auprès de la direction des entreprises Canam et Garaga.

Le directeur des Ressources humaines de Garaga, Marco Vachon, travaille présentement à la finalisation de la politique de l’entreprise en matière de consommation de cannabis. Fondamentalement, la politique n’a pas changé, mais les Ressources humaines ont quand même senti le besoin de la préciser.

Une politique de tolérance zéro 

Garaga appliquera une politique de tolérance zéro pour la consommation de cannabis. Aucun employé ne sera autorisé à consommer cette substance sur le terrain de l’entreprise beauceronne. Une politique comparable à celle qui est en vigueur pour la consommation d’alcool.

Sans en abuser, Garaga se réservera aussi le droit d’aller faire passer des tests à des employés qui seraient soupçonnés d’avoir consommé du cannabis. Il faudra que les soupçons soient fondés, et l’entreprise ne fera passer aucun test aléatoire à ses employés. 

Des tests de dépistage 

En effet, il sera désormais légal pour les entreprises de tester leurs employés sous certaines conditions. D’ailleurs, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) a déjà fait paraître un document visant à aider les entreprises à élaborer leur politique relative à la consommation de drogues. 

L’ordre des CRHA estime que « tout employeur conserve les droits de gérance lui permettant de mettre en place une politique prohibant la possession ou la consommation de drogues sur les lieux de travail. » 

« On ne va pas révolutionner le monde avec notre politique, mais il fallait quand même en élaborer une plus précise. En gros, ce sera encore tolérance zéro, mais on a senti le besoin de préciser les balises », a mentionné M. Vachon en entrevue.

M. Vachon précise aussi que la politique de Garaga sera sensiblement la même en Ontario, à Barrie, où l’entreprise possède également une usine. Le règlement devra toutefois être adapté aux lois en vigueur en Ontario.

Assurer la sécurité des travailleurs

Du côté de Canam, EnBeauce.com s’est entretenu avec François Bégin, vice-président aux communications. Comme à Garaga, la direction de Canam continuera d’appliquer une politique de tolérance zéro en matière de consommation de drogues.

Cette politique vise avant tout à assurer la santé et la sécurité des employés. Évidemment, la consommation de substances peut s’avérer dangereuse, pour la sécurité de la personne intoxiquée et pour celles des autres, surtout lorsque les travailleurs ont à manipuler de lourds matériaux.

La direction de Canam a donc actualisé sa politique interne en fonction de la prochaine légalisation. Une politique qui demeure sensiblement la même. Les superviseurs se réservent encore le droit de sanctionner les employés qui auraient les facultés affaiblies sur leur lieu de travail.

Selon un sondage réalisé pour le compte d’ADP Canada par la firme Ipsos, 45% des gestionnaires et 48% des employés canadiens s'attendent à constater une baisse de la productivité causée par la légalisation du cannabis. 43 % des gestionnaires et 44 % des employés pensent aussi que la qualité du travail pourrait diminuer suite à la légalisation.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.