X
Rechercher
Publicité

Réseau de la santé

Élargissement des actes médicaux des paramédics: difficile dans la région, avise le TASBI

durée 16h15
13 octobre 2021
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Le rôle élargi des paramédics, afin de leur permettre de réaliser des soins dans les urgences et dans les différents établissements du réseau de la santé, pourrait être difficilement applicable en région en raison, notamment, du manque de main d'oeuvre, selon le regroupement syndical TASBI (Travailleurs ambulanciers de Beauce inc.).

« Nous saluons la déclaration du ministre de la Santé stipulant que les paramédics détiennent  une large expertise qui peut grandement bénéficier aux patients et aux équipes cliniques des urgences. Cependant, nous croyons qu’il faut demeurer prudent quant à la faisabilité de cette nouvelle avenue dans certaines régions. En effet, dans certains secteurs, le service ambulancier actuel n’est pas en mesure de fournir le service à la population en tout temps par manque de main-d’œuvre », a déclaré le président du syndicat, Christian Duperron, par voie de communiqué de presse.

L’arrêté ministériel permettra aux paramédics d’accomplir, entre autres, des actes qu’ils font déjà sur le terrain tout en les adaptant à la réalité des établissements de santé. 

« Il est dans l’ADN de tout paramédic de vouloir élargir leur champ de pratique et de prêter  main-forte au réseau de la santé. En revanche, il ne faut pas oublier qu’il y a, en ce moment,  des enjeux primordiaux qui impliquent que le service pré-hospitalier québécois de base n’est même pas offert, notamment à cause des horaires de faction. Ces horaires, qui ont été  implantés en 1989 et qui ne répondent plus à aucun standard de qualité de prestation de soin, sont un frein majeur à l’embauche et à la rétention de personnel en plus d’occasionner des délais de réponses inacceptables aux appels d’urgence », de renchérir M. Duperron

Il rappelle que les équipes de paramédics de la région de Mégantic ont dû fermer leur service plus d’une quarantaine de fois par faute de personnel. Une situation catastrophique liée directement aux horaires de faction en vigueur dans cette région, soutient le président syndical.

Christian Duperron questionne aussi les barèmes d’utilisation des véhicules d’urgence qui ont été  instaurés par le ministère en 2017 afin de modifier les horaires de travail. Certains secteurs, comme la région de Sainte-Claire dans Bellechasse, sont classés comme étant très  dangereux selon ces mêmes barèmes, mais le MSSS tarde à faire les changements qui s’imposent. 

« Nous voulons bien laisser la chance au gouvernement de revoir le système de santé, mais dans nos régions, la couverture pré-hospitalière est considérée comme précaire, voire à risque.  Malheureusement, trop peu de personnes dénoncent cette situation désastreuse. Maintenant, le temps commence à presser, les paramédics s’épuisent et abandonnent la profession. C’est  la population qui risque d’en souffrir à court terme », de conclure le président du TASBI.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


COVID-19 : deux décès en Beauce

Selon le bilan de la Santé publique régionale publié aujourd'hui, quatre personnes sont décédées en raison de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, dont deux en Beauce. Une des personnes décédées résidait dans la MRC de Beauce-Sartigan, une dans la MRC de la Nouvelle-Beauce, une dans la MRC de Lotbinière et une dans la Ville de Lévis. Le nombre ...

Variole simienne: la Santé publique explique les mesures à prendre

Le Dr Luc Boileau a tenu une conférence de presse hier pour venir expliquer aux citoyens comment reconnaître la variole simienne ou communément appelée variole du singe et quelles mesures devrait-on prendre.  Il a débuté en mentionnant que nous étions loin de la contagiosité et de l’ampleur de la COVID-19, mais qu’il était bon de rapidement faire ...

durée Hier 18h00

Gopal Ducharme descendra la Chaudière en kayak jusqu'à Québec

Après avoir parcouru près de 650 km à pied en deux hivers, Gopal Ducharme sera cette fois en kayak pour réaliser une édition d'été du défi Un pas à la fois pour la prévention du suicide. Son parcours de 185 kilomètres se réalisera sur la rivière Chaudière pour une durée de 15 jours. Au départ de Lac-Mégantic le 4 juin, il devrait arriver ...