X
Rechercher
Publicité

Texte commandité

4 étapes pour venir vivre au Canada 

durée 14h46
1 avril 2022

 

La sécurité, l'éducation, la santé publique et la stabilité économique sont des raisons qui font du Canada un pays où il fait bon vivre. Avez-vous entrepris toutes les démarches administratives pour vous y installer de façon permanente ? Voici donc les 4 étapes pour finaliser votre immigration. 

Trouver un logement 

Avant de venir au Canada, vous devez trouver un endroit où vivre. En fonction de vos goûts et de votre budget, de multiples options s’offrent à vous en ce qui concerne le type de logement. Pour éviter de faire le mauvais choix, prenez le temps de bien vous renseigner. 

Si vous aimez les appartements, vous pouvez choisir un condo ancien ou penser à la location d’un logement neuf en sachant que cette dernière option offre de nombreux avantages. D’abord, vous profitez d’un logement construit selon les normes, et qui est donc plus confortable et plus sécuritaire. Ensuite, ce type de logement bénéficie souvent de diverses garanties. En cas de malfaçons qui nécessitent des réparations, vous serez alors couvert. 

Trouver un emploi

Pour subvenir à vos besoins, vous avez besoin d’un emploi. Avant même de voyager, vous pouvez donc commencer vos recherches. Dans un premier temps, vous devez rédiger un CV qui sera adapté au marché canadien. Vous aurez également besoin d’une lettre de présentation adaptée à l’emploi que vous visez. 

Ensuite, pensez à vous renseigner sur l'équivalence des diplômes, une procédure administrative qui vous permet de comparer votre niveau d'études à celui de Québec. Ainsi, vous aurez plus de chances de décrocher un travail. Une fois que tous les documents sont prêts, il ne vous reste plus qu'à lancer les recherches sur des sites comme Monster, Jobrapido, Trovit, Guichet Emploi et Indeed.

Se renseigner sur les soins de santé 

Il est important de comprendre le système de santé dans la région où vous allez vous installer. Au Québec par exemple, il est nécessaire de souscrire une assurance-maladie dès votre arrivée. Si vous n'êtes pas couvert par la RAMQ, vous pouvez souscrire une assurance privée auprès des assureurs tels que Desjardins. 

En outre, si vous vous installez de façon permanente, il peut être intéressant d’avoir votre propre médecin de famille pour accéder plus facilement aux soins. Pour trouver un médecin de famille, vous pouvez vous inscrire au guichet d'accès pour un médecin de famille.  

Se renseigner sur l'éducation

Si vous avez des enfants qui doivent aller à l'école, vous devez également vous informer sur le système scolaire. Toujours au Québec, votre enfant peut être scolarisé dès l'âge de 4 ou 5 ans. S’il a moins de 5 ans, vous pouvez l’inscrire dans une garderie privée ou publique, ou encore dans un service de garderie en milieu familial. À 4 ou 5 ans, il peut accéder au niveau préscolaire (maternelle ou niveau optionnel).

Puis de 6 à 12 ans, il intègre le niveau primaire et secondaire. Le prochain niveau est celui de la formation préuniversitaire ou formation technique. Enfin, il y a le niveau universitaire (1er, 2e, 3e cycle et les études postdoctorales).

Pour ne rater aucune information importante concernant la préparation de votre voyage au Canada, n’oubliez pas de consulter régulièrement des sites officiels. 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


COVID-19 : un décès dans Beauce-Sartigan

Selon le bilan de la Santé publique régionale publié aujourd'hui, deux personnes sont décédés en raison de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches. Une des personnes décédées résidait dans la MRC de Beauce-Sartigan et une dans la MRC des Appalaches.  Voici quel était le portrait ce matin dans les quatre centres hospitaliers de la région ...

Le club de l’âge d’or de Notre-Dame-des-Pins cesse ses activités dans la générosité

La pandémie de COVID-19 a fait des dommages collatéraux dans la localité de Notre-Dame-des-Pins alors que le club d'âge d'or local, Joie et Sérénité, cesse ses activités le 31 mai. En effet, les deux années de confinement et de restriction n'ont pas permis de tenir d'activités et comme il n'y a pas de relève en vue, les administrateurs du groupe ...

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...