Publicité

Chroniques financières, par

16 juillet 2012 - 09:40

Planification financière à l'intention des étudiants – un exercice incontournable

Le coût d’un toit sur la tête Où dormirez-vous? À la maison, l’option la moins coûteuse, ou dans un logement pour étudiants ou une unité locative situés dans une autre ville ou une autre province? Tout cela dépend en grande partie de l’endroit où vous choisirez d’étudier.

Établissez un budget réaliste et respectez-le
Dressez d’abord la liste des nombreuses dépenses auxquelles vous devrez faire face pendant vos études, les dépenses fixes, comme les droits de scolarité, l’achat de livre, les frais de logement et de déplacement, la nourriture, mais aussi les dépenses variables comme les dépenses de divertissement. Mettez en balance ces coûts avec vos ressources connues, vos fonds REEE, le soutien financier de votre famille, vos économies personnelles, etc., ainsi qu’avec le revenu que vous pourriez tirer d’un emploi d’été ou à temps partiel.

Examinez d’autres sources de revenu
Avant de présenter une demande de prêt étudiant, voyez si vous ne pourriez pas obtenir une bourse d’études de l’établissement où vous êtes inscrit, des gouvernements provinciaux, de fondations, de groupes religieux, de clubs philanthropiques ou de groupes de citoyens.

Faites un usage prudent du crédit Une carte de crédit peut vous plonger dans les affres de l’endettement ou vous permettre de faire face à une situation inattendue ou d’établir des antécédents de crédit pour un emprunt futur. C’est à vous de faire le choix responsable.

Pensez à vous en premier
Mettez de côté de petits montants chaque semaine pour investir dans votre avenir, faire face aux imprévus ou épargner en prévision d’un achat important.

Profitez pleinement des avantages fiscaux que consent le gouvernement aux étudiants

- Bourses d’études – défiscalisées si vous avez droit au crédit d’impôt pour études.

- Intérêts sur les prêts aux étudiants – un crédit d’impôt non remboursable est offert si le prêt a été octroyé dans le cadre d’un programme de prêts étudiants fédéral ou provincial. Les montants inutilisés peuvent être reportés et être demandés dans les cinq années suivantes.

- Frais de déménagement – déductibles si vous déménagez à plus de 40 kilomètres pour vous rapprocher d’une maison d’enseignement ou d’un employeur.

- Frais de garde d’enfants – peuvent être déduits par l’époux/conjoint de fait ayant le revenu le plus élevé.

- Remboursement de TPS – demandez ce remboursement dans votre déclaration de revenus.


- Autres crédits :

- Crédit canadien pour emploi – ce crédit s’applique au revenu d’emploi jusqu’à concurrence de 1 065 $.
- Frais de scolarité, montant relatif aux études et montants pour manuels – un étudiant peut transférer à un époux ou à un conjoint de fait, ou à un parent ou grand-parent, la partie non utilisée de ces montants jusqu’à concurrence de 5 000 $ moins la partie qu’il utilise. Les montants inutilisés peuvent aussi être reportés indéfiniment.

 Crédit d’impôt pour le transport en commun – les reçus doivent être présentés.

Discutez de ces stratégies et d’autres encore avec un conseiller professionnel de façon à ne pas crouler sous les dettes à la fin de vos études et à vous assurer un avenir financier radieux.

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: