Publicité

Blogue | Pavillon du coeur, par

22 novembre 2019 - 10:00

Arthrite ou arthrose?

Arthrite ou arthrose?

À la saison automnale, les variations climatiques sont au rendez-vous. Plusieurs personnes affirment pouvoir percevoir les écarts de température et d’humidité atmosphérique grâce à leurs « baromètres articulaires naturels ». Ces personnes souffrent généralement de douleurs articulaires chroniques. De l’élancement occasionnel à la sensation de brûlure incapacitante, les symptômes de l’arthrite et de l’arthrose se manifestent différemment d’une personne à une autre. Que peut-on faire lorsque l’on souffre d’arthrite? Risquons-nous d’aggraver nos douleurs si nous en faisons trop? C’est ce que nous démystifierons dans cet article.

 

Quelle est la différence entre l’arthrite et l’arthrose?

Bien que les deux mots se ressemblent, il faut savoir que l’arthrite et l’arthrose désignent deux choses différentes. Dans les deux cas, ce sont les articulations, c’est-à-dire les joints entre les os du corps, qui sont concernées. L’arthrite est un terme général pour décrire plusieurs conditions qui affectent les articulations, telles que la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, l’arthrite psoriasique et aussi l’ostéoarthrite, plus connue sous le nom d’arthrose. Les trois premières maladies sont assez rares, mais plutôt graves. L’arthrose, quant à elle, est très fréquente et est la conséquence de l’usure des cartilages, provoquée entre autre par l’âge, les blessures et aussi par l’utilisation normale du corps humain. Il est donc vrai de dire que l’on souffre d’une forme d’arthrite lorsque l’on souffre d’arthrose.

Récemment, l’Osteoarthritis Research Society International (OARSI) a redéfini l’arthrose comme étant l’incapacité du corps à réparer les tissus articulaires endommagés. Il en résulte un frottement des os les uns contre les autres, causant de la douleur, de la raideur, de l’enflure et une réduction de l’amplitude des mouvements. Les articulations le plus souvent affectées par l’arthrose sont les genoux, les hanches, les articulations des mains et de la colonne vertébrale. L’arthrose peut, dans certains cas, s’avérer très sévère et engendrer des limitations importantes. Dans d’autres cas, l’arthrose ne provoque que très peu de douleur.

Les autres formes d’arthrite se distinguent de l’arthrose par le fait que c’est l’inflammation qui est à l’origine des lésions articulaires, plutôt que l’usure du cartilage. Pour la plupart des formes d’arthrite inflammatoire, c’est le système immunitaire, c’est-à-dire le système de défense du corps contre les infections, qui attaque inutilement les tissus sains des articulations. C’est ce qu’on appelle une maladie auto-immune. Les études n’expliquent pas complètement pourquoi quelque chose déclenche une réaction auto-immune chez une personne et non chez une autre. Une prédisposition génétique serait toutefois considérée comme un facteur important de vulnérabilité. L’inflammation articulaire provoquée par la maladie peut s’accompagner de raideur, de douleur, de chaleur et de rougeur. Des déformations graduelles des articulations peuvent même parfois survenir. Si elle n’est pas détectée et traitée rapidement, l’arthrite inflammatoire a tendance à progresser plus rapidement et de façon plus agressive que l’arthrose. Si vous suspectez une forme d’arthrite inflammatoire, il est important de rencontrer un médecin qui pourra en faire le diagnostic et vous accompagner dans l’initiation d’un traitement pharmacologique.
 

Qu’est-ce que je peux faire pour diminuer mes douleurs?

Les nouvelles lignes directrices de l’OARSI recommandent un ensemble de traitements non pharmacologiques pour tous les individus souffrant d’arthrose. Les exercices de renforcement des jambes exécutés en mise en charge, c’est-à-dire en position debout, occupent la première place de ces recommandations. En effet, le renforcement des muscles périarticulaires offre beaucoup de bénéfices à long terme, tout en occasionnant très peu de risques d’aggravation de l’arthrose. Les exercices d’assouplissement et les exercices aquatiques sont également recommandés, car ils permettent de maintenir la mobilité articulaire.

Ensuite, pour les personnes ayant un surplus de poids et souffrant de douleurs articulaires aux articulations des membres inférieurs, il est recommandé de tenter de diminuer la surcharge pondérale. En effet, une étude a démontré qu’une diminution de l’ordre de 5% du poids corporel sur une période de 20 semaines aurait un effet notable sur les douleurs causées par l’arthrose aux hanches, genoux et chevilles. Il est vrai que quelques kilos de moins font forcément une différence sur la pression appliquée aux cartilages abîmés des genoux et/ou de la colonne lombaire.

Parmi les autres recommandations nommées par l’OARSI, on retrouve le fait de bien connaître sa condition et de respecter ses limites. Prenons l’exemple de l’arthrose au genou, aussi appelée gonarthrose. Pour limiter la progression de la gonarthrose, il est préférable de favoriser les mouvements du genou dans son amplitude anatomique normale. En d’autres mots, il faut éviter de forcer le genou avec une force qui le projette vers l’intérieur, ou en torsion. Il faut favoriser un alignement du genou avec les orteils, même quand vient le moment de se relever d’une chaise. De cette façon, les charges sont équitablement réparties sur les surfaces des cartilages sains. Il en résulte moins de douleur et beaucoup moins de risques d’aggravation.

En ce qui concerne l’arthrite inflammatoire, le traitement doit être adapté aux besoins de chacun, avec l’aide de son équipe soignante. Les spécialistes s’entendent pour dire que la pratique d’activités physique adaptée en dehors des périodes de crise est un complément important dans le plan de traitement.

Vous êtes atteints d’une forme d’arthrite ou d’arthrose et vous aimeriez diminuer vos douleurs, l’équipe du Pavillon du cœur Beauce-Etchemin peut vous encadrer dans votre démarche. Essayez le cours de Posture et tonus, jumelant des exercices de renforcement spécifiques et l’enseignement de différents troubles musculosquelettiques afin d’en améliorer la gestion. Vous pouvez également rencontrer nos kinésiologues sur une base individuelle pour la conception d’un programme d’exercices personnalisé en fonction de vos atteintes articulaires. Pour prendre rendez-vous ou pour vous inscrire à un cours, visitez notre site Internet www.coeur.ca ou contactez-nous au 418-227-1843 poste 202.
 

Sources :

Société de l’arthrite, À propos de l’arthrite. 2019 [https://arthrite.ca/](page consultée le 31 octobre 2019)

Ostheoarthrisis Research Society International, OARSI Guidelines. 2013. [https://www.oarsi.org/education/oarsi-guidelines](page consultée le 31 octobre 2019)

Bannaru RR, Osani MC, Vaysbrot EE, et al. OARSI guidelines for the non-surgical management of knee, hip and polyarticular ostheoarthrisis Cartilage., 2019. Vol. 27 :1578.

Jordan JM et Henrontin Y. Ostheoarthrisis Research Society International Initiative on Recommandations for Conducting Clinical Trials in Osteoarthrisis., mai 2015. Vol. 23 :5, p. 671-673.

Chaque semaine, nous vous proposerons un article différent
en lien avec notre mission. Revenez nous lire!

 

 

Marie-Michèle Breton

Kinésiologue-kinésithérapeute

 2640, boulevard Dionne, Saint-Georges (Québec) G5Y 3X8
[email protected]  | www.coeur.ca | 418 227-1843 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: