Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Un avenir rayonnant pour les programmeurs Web et gestionnaires des communications graphiques

Chargement du vidéo
durée 06h00
17 novembre 2016
Julio Trepanier
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Voir la galerie de photos

Partout au Québec, et particulièrement dans la Beauce, l’avenir s’annonce rayonnant pour les programmeurs Web et les gestionnaires des communications graphiques. Le besoin criant de main-d’œuvre dans ces domaines en témoigne.

Selon Claude Poulin, président de l’Agence Web iClic à Saint-Georges, toutes les entreprises auront besoin des compétences de ces deux corps de métier dans un futur proche. « On parle d’entreprises manufacturières, entreprises de services et institutions. Qu’on parle de l’École d’entrepreneurship, du Cégep Beauce-Appalaches, les Villes ou les petites entreprises, ils vont tôt ou tard s’engager un programmeur Web pour développer leurs applications internes afin de donner un meilleur service. Aujourd’hui, le Web fait partie d’absolument tout », affirme-t-il.

Ce dernier estime que le contexte actuel ne dévoile que la pointe de l’iceberg. « Avec la montée du commerce en ligne, on aura besoin, entre autres, de logistique, de facturation en ligne et de donner accès aux systèmes internes », indique-t-il.

Taux de placement élevé

Selon le site Web du Cégep Beauce-Appalaches, les programmes « Techniques de l’informatique » et « Gestion des communications graphiques » présentent un taux de placement de 100 %.

Le besoin en programmeurs Web est effectivement élevé dans la région compte tenu du faible nombre de diplômés disponibles. « Pour une personne qui sort de l’école, le marché en aurait besoin de sept. Ici en Beauce, il y a une pénurie encore plus grande », précise Claude Poulin.

En ce qui concerne les gestionnaires des communications, le besoin qui est déjà bien présent ira en augmentant dans un avenir rapproché. « L’explosion des réseaux sociaux, la baisse de consommation des médias traditionnels papier, radio et télé, fait en sorte que l’on a de plus en plus besoin de gérer les médias électroniques. C’est pour cela qu’il va y avoir une vague incroyable », croit M. Poulin, président du Centre d’achats en ligne LaPlaza.io, et qui est également à la tête de Néomédia, un réseau provincial de quotidiens Web dont fait partie EnBeauce.com.

Rétention des talents en programmation

Présentement, sur le territoire de Saint-Georges, le Cégep Beauce-Appalaches offre une porte d’entrée dans le domaine de la programmation avec sa formation « Techniques de l’informatique ».

Or, selon ce que rapporte Claude Poulin, neuf étudiants sur dix qui sortent de l’établissement scolaire à la suite de ce programme iront poursuivre leurs études dans d’autres universités au Québec. « Le cours de programmation Web n’est pas offert au Centre universitaire des Appalaches, ce qui fait en sorte que lorsqu’une personne a été à Sherbrooke ou Québec et Montréal, les chances de revenir en Beauce sont plus faibles », constate-t-il. « En offrant le cours ici à Saint-Georges, on arriverait à combler notre déficit de programmeurs », croit ce dernier.

Qui fait quoi?

En 2016, les programmeurs développent des sites Internet tout en créant des outils pour fabriquer ces sites. « Ils vont aussi développer toute sorte de fonctionnalités supplémentaires dans les industries, que ce soit un système de logistique de transport ou même de gestion d’expédition, développer des applications mobiles », précise Claude Poulin.

Pour plus de détails sur le programme « Techniques de l’informatique », visitez le site Internet du Cégep Beauce-Appalaches (ici).

En gestion des communications graphiques, les jeunes sont formés pour apprendre à gérer un projet Web ou d’impression papier du début à la fin. « C’est un domaine très large. Ça part de l’impression et ça va jusqu’à la création d’applications Web. En ce qui a trait au dernier volet, ça passe par la gestion des réseaux sociaux, la gestion de création de sites Internet, la gestion d’applications mobiles et toute autre facette qui touche le développement », explique le président d’iClic. Finalement, notons que la personne occupant ce poste fait aussi la relation entre les différents départements et la gestion des clients.

Pour en connaître davantage sur le programme « Gestion des communications graphiques » et les tâches reliées à l’emploi, visitez le site Internet du Cégep Beauce-Appalaches (ici).

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Essence : Chaudière-Appalaches parmi les régions qui payent trop cher

Le territoire de Chaudière-Appalaches fait partie des dix régions où la marge au détail du prix à la pompe de l'essence tourne autour de 20 cents/litre. L'organisme CAA-Québec dénonce cette situation. En effet, dans les derniers jours, il y a eu d’importantes baisses des indicateurs pétroliers et pourtant les stations-service tardent à descendre ...

Relance du projet de construction du 510 Cameron

Le Groupe Grenier vient d'annoncer, par voie de communiqué de presse, la relance de la construction de l’édifice commercial et professionnel du 510 de la route Cameron à Sainte-Marie-de-Beauce. La première pelletée de terre du chantier est prévue en avril 2023 pour ce bâtiment, d'une superficie totale de 45 000 pieds carrés, qui s'élèvera tout ...

27 novembre 2022

Inégalités salariales: c'est comme si les femmes travaillaient gratuitement pendant plus d'un mois

Alors que la Loi sur l'équité salariale fêtait les 26 ans de son adoption le 21 novembre dernier, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) rappelle que, malgré tout le chemin parcouru, il reste encore du travail à faire pour atteindre cette équité et qu'une loi avec plus de mordant est nécessaire pour y arriver. « Comme le signalait l'Institut ...