Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 juillet 2018 - 17:00 | Mis à jour : 27 juillet 2018 - 08:12

Un Beauceron tire le bilan de sa carrière dans la culture de sapins

Jérôme Blanchet-Gravel

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

En 1976, Daniel Mercier reprenait l’entreprise familiale basée à Saint-Honoré-de-Shenley. Déjà à l’époque, l’entrepreneur en herbe avait un objectif précis : percer le marché américain. Entre 1980 et 2015, son entreprise, Plantation J.D., a exporté plus d’un million de sapins aux États-Unis. L’entrepreneur a reçu chez lui EnBeauce.com afin de dresser le bilan de sa carrière.

Aux futurs entrepreneurs, Daniel Mercier donne un conseil : « il faut toujours anticiper en affaires. Anticiper, encore et toujours. C’est la clé du succès. » Un conseil que le principal intéressé s’est efforcé de suivre lui-même. Et un conseil qui semble avoir porté fruit : pendant environ 40 ans, Daniel Mercier a planté chaque saison entre 35 000 et 40 000 sapins. Tous ces arbres, ou presque, ont été vendus aux États-Unis. L’entrepreneur en a même écoulés jusqu’à México, la capitale du Mexique, pays auquel il deviendra lié comme nous le verrons.

De Saint-Honoré à México

Évidemment, l’entreprise Plantation J.D. n’est pas devenue énorme du jour au lendemain. Comme tous les entrepreneurs, M. Mercier a connu des hauts et des bas, mais son bilan commercial témoigne d’une étonnante stabilité. Très jeune, il aurait pu choisir de se lancer dans l’industrie du lait, mais il a d'abord choisi la culture de sapins. Il diversifiera ultérieurement son entreprise, notamment avec ses tourbières et en se lançant dans les produits de l’érable.

La création d’une nouvelle variété de sapins : le Blue Dan

De toutes ses réalisations, il y en a une dont Daniel Mercier est particulièrement fier : la création d’une toute nouvelle variété de sapins : le Blue Dan. « Notre but était de créer une espèce de sapin qui serait plus esthétique et plus résistante pour les gens à Noël », explique M. Mercier.

Pour créer l’espèce parfaite, l’entreprise Plantation J.D est parvenue à croiser deux espèces de conifères, une sorte de métissage. À une certaine époque, les New-Yorkais se sont arrachés cette nouvelle variété de sapins. À preuve, en décembre 2004, le journal new-yorkais le Daily News consacrait un article à la plantation de M. Mercier.

Un contact chaleureux avec les travailleurs mexicains

Daniel Mercier raconte aussi son expérience avec les travailleurs mexicains. À partir des années 2010, l’entrepreneur a réalisé que la pénurie de main d’œuvre dans la région de la Beauce l’obligerait à engager des travailleurs étrangers. Une obligation qui s'est révélée bien positive, tellement il a apprécié son contact avec les Mexicains. L’automne dernier, 18 travailleurs originaires du Mexique s’attelaient à la tâche sur ses terres.

M. Mercier semble avoir beaucoup appris sur la culture mexicaine. Un pays où les rapports sont plus hiérarchiques entre les employeurs et leurs employés. L’entrepreneur beauceron relate plusieurs anecdotes cocasses, et parle de la communication parfois difficile entre lui et les travailleurs mexicains :

 « D’abord, il y a la barrière de la langue. Ensuite, il y aussi le fait que les travailleurs mexicains sont peu expressifs, il faut donc apprendre à lire dans leurs pensées, à le deviner lorsqu’une situation ne fait pas leur affaire. Mais c’est quelque chose qui s’apprend et qui n’est pas un réel problème », nous a confié Daniel Mercier.

Autre fait intéressant, mais peu surprenant : les travailleurs mexicains trouvent les Québécois économiquement très riches par rapport à eux. En venant au Québec, les travailleurs mexicains peuvent multiplier jusqu’à 15 fois leur salaire.

La vente de l’entreprise prévue

Daniel Mercier annonce toutefois que sa plantation de sapins sera prochainement vendue à l’entreprise beauceronne Arbres joyeux. Une entreprise qui se verra ainsi confier un petit joyau entrepreneurial de la région.

 

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.