Publicité

9 août 2021 - 15:00

Conflit de travail à l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction

Un ultime cri du cœur lancé par les éleveurs de porc du Québec 

Par Salle des nouvelles

C’est en conférence de presse en Beauce (Sainte-Marie), épicentre de la crise occasionnée par le  conflit de travail à l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction, qu’un ultime cri du cœur a été lancé aux deux parties pour  en venir à une entente après 22 tentatives échouées.

Le président des Éleveurs de porcs du Québec, David Duval,  le président de l’Union des producteurs agricoles du Québec, Marcel Groleau, le président des Éleveurs de porcs de la Beauce, René Roy, et Lori-Anne Berthiaume, entrepreneure et copropriétaire d’entreprises porcines, ont tour à tour fait part de la détresse des producteurs face à ce conflit dont ils sont des victimes collatérales, soutiennent-ils.

Le nombre de porcs en attente d’abattage a considérablement augmenté dans les dernières semaines en raison de la grève qui perdure depuis le 28 avril, ont indiqué les porte-parole.

En date de vendredi dernier (6 août), on dénombrait plus de 136 000 porcs en attente d’abattage. Cette crise est l’une des pires pour les éleveurs de porc du Québec en raison des impacts sur le bien-être des animaux et la biosécurité, des risques de gaspillage alimentaire en cas d’euthanasie et de la détresse humaine grandissante chez les producteurs de porcs, des entrepreneurs qui créent de la richesse dans toutes les  régions du Québec. 

« Oui, il s’agit d’une grève qui oppose une entreprise à un syndicat. Mais c’est plus que ça, ce sont des producteurs à  la tête d’entreprises familiales qui font les frais de cette grève et qui subissent les plus lourdes conséquences de ce  conflit. Je le dis et le redis, nous sommes à quelques centimètres de frapper le mur. Nous ne voulons pas que les  conditions de nos animaux se dégradent encore plus, Olymel et le syndicat ont un rôle sérieux à jouer », a déclaré David Duval, président des Éleveurs de porcs du Québec. 

« Partout on sent la frustration, la colère et la détresse de nos éleveurs. On travaille avec des êtres vivants, les  producteurs ont à cœur les conditions de leurs bêtes. C’est aussi une semaine de canicule qui s’en vient, des animaux  vont inévitablement mourir dans ces conditions si rien ne bouge. C’est inacceptable puisque nous sommes dotés de normes de bien-être animal très strictes. Nous sommes des leaders en la matière, mais la grève a des impacts très  néfastes », a renchéri René Roy, président des Éleveurs de porcs de la Beauce. 

« En tout respect pour le processus de négociation et les parties concernées, nous avons dépassé le seuil de  l’acceptabilité dans ce conflit. Le gouvernement du Québec doit ramener les parties à la table pour que l’abattage  reprenne dans les plus brefs délais et pour éviter le gaspillage alimentaire », a dit de son côtéle  président de l’Union des producteurs agricoles du Québec. 

« Je suis personnellement très inquiète de ce qui va se passer si ça continue comme ça. Comme entrepreneure, c’est l’équivalent de 10 % de ma production annuelle qui est compromise, qui est en attente actuellement. Les éleveurs doivent supporter le tout financièrement. Les porcs ne sortent pas, les revenus baissent, mais les dépenses continuent d’augmenter », a laissé savoir Lori-Anne Berthiaume, entrepreneure et copropriétaire d’entreprises porcines. 

Il n'y avait aucune rencontre de négociation annoncée dans les prochains jours entre les parties impliquées dans ce conflit de travail.

À lire également
Les parties se renvoient la balle dans le conflit chez Olymel

 

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.