Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

143 activités de formation recensées cette année

Chaudière-Appalaches forme la relève agricole

durée 05h00
18 janvier 2024
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

À la mi-décembre, les 13 Collectifs régionaux en formation agricole (CRFA), par le biais du Plan de soutien en formation agricole (PSFA), diffusaient les résultats de leurs actions en formation continue pour 2022-2023.

Chaudière-Appalaches tire encore une fois son épingle du jeu, en demeurant en tête du palmarès régional depuis 2015-2016, en ce qui a trait au nombre de formations données à la clientèle agricole de son territoire. 

Le bilan de la région fait ainsi état de:
- 143 activités de formation recensées,
- 2 779 heures de cours donnés à 1 659 participantes et participants.

Ceux qui ont suivi ces formations sont productrices et producteurs agricoles, aspirantes et aspirants  producteurs, des gens de la relève agricole ainsi que d’actuels employés du secteur. Parmi les activités d’apprentissage, un peu plus du quart ont été offertes en ligne et plus d’une dizaine de nouvelles thématiques étaient proposées aux quatre coins de la région. 

Encore cette année, plus d’un demi-million de dollars d’investissements dont 101 770 $ de Services  Québec et 161 743 $ provenant des productrices et producteurs agricoles eux-mêmes, furent injectés en formation continue en agriculture en Chaudière-Appalaches. 

Avec la conjoncture économique actuelle, les entreprises agricoles demeurent aux prises avec des défis de taille. Dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, le CRFA de la Chaudière-Appalaches constate une hausse de  popularité des activités de formation en communication et en gestion des ressources humaines. Selon James  Allen, président du CRFA de la Chaudière-Appalaches, « les productrices et producteurs s’outillent de plus en plus afin d’améliorer leur façon de faire auprès de leurs employés dans le but de favoriser la rétention du personnel et c’est vraiment génial. Également, les conditions financières toujours plus difficiles, notamment avec la hausse  des taux d’intérêt et du coût des intrants, ils cherchent des solutions permettant de tirer le maximum de leur  production. » Toujours selon M. Allen, ceci expliquerait pourquoi les cours en comptabilité et en gestion sont très prisés. 
 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les élus de Beauce-Sartigan résolus à soutenir les médias locaux

Se disant interpellés par la survie des médias locaux, les maires de la MRC de Beauce-Sartigan ont adopté, mercredi, une résolution qui confirme l’engagement de leur administration à maintenir l’utilisation de ceux-ci «comme outils de transmission d’informations.» Les élus évaluent que l’avènement du numérique et des réseaux sociaux a remis en ...

durée Hier 15h30

Promutuel Assurance s'installe au centre-ville de Saint-Georges

Un édifice, qui accueillera le courtier en assurances Promutuel, sera construit dès ce printemps à l'intersection de la première avenue et de la Promenade Redmond à Saint-Georges. C'est un responsable de l'entreprise immobilière Gestion Tri, qui a confirmé la nouvelle à EnBeauce.com. Le bâtiment, d'une superficie de plus de 8 000 pieds carrés ...

durée Hier 10h00

Programme d'assurance récolte: 21,2 M$ de plus pour la production de foin et de pâturages

Comme la saison agricole 2023 a été caractérisée par des situations climatiques défavorables à la production de foin, la Financière agricole du Québec (FAC) vient d'annoncer qu'elle versera près de 21,2 millions de dollars supplémentaires à 3 276 entreprises de foin et de pâturages dans le cadre du Programme d'assurance récolte (ASREC). Pour la ...