Publicité
15 juin 2019 - 13:00

LE FAMEUX MAGASIN FARMER 5-10-15

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

S'il y a un commerce que les plus de 40 ans ont connu à St-Georges, c'est bien celui-là: Farmer qu'on appelait à l'origine Farmer 5-10-15. On a tous magasiné là jadis, il était situé entre A.L. Green et People, mais de l'autre côté de la rue, en face du magasin Davis. Le vendredi soir, dans les années '60 et '70, c'était noir de monde dans ce secteur, Green, Farmer, Davis, Roger Carrier, People, Paquet Sportif, le Roy de l'habit, l'épicerie Drouin et Paquet etc. Wow, c'était «le bon vieux temps». Mais pourquoi Farmer «5-10-15»? À l'origine, ce terme signifiait ce qu'on a appelé plus tard un «magasin à rayons». Bon, encore une question: C'est quoi un «magasin à rayons»? C'est l'équivalent français du «department store» américain, soit un établissement de vente à grande surface comportant de nombreux rayons spécialisés. Et «rayon» désigne une partie d'un grand magasin réservé au commerce d'une marchandise. Farmer, c'était exactement ça, un grand magasin à rayons à prix raisonnables, faisant partie d'une chaine fondée par M. Raymond Farmer à Hawksbury en 1950. Il monta le nombre de ses magasins à 17, situés un peu partout en province, dans les années '60. Le 2e à ouvrir fut celui de Saint-Georges, inauguré le 11 décembre 1951 dans un édifice commercial qui logeait auparavant le magasin général de Jean-Thomas Cliche. Pendant les 7 premières années, ce commerce était à loyer, mais Farmer acheta l'immeuble en mai 1958. Il avait auparavant acheté un autre bâtiment voisin sud et y avait aménagé un comptoir-lunch, comme on le voit à la 1re photo (Remarquez le grand auvent rétractable). Il rénova et joignit les deux parties. Au fil des ans, il ne cessa d'agrandir et d'améliorer son établissement, en faisant le lieu de magasinage favori sur la 1re avenue (photo 2, vers 1975). On se souvient du restaurant dans la partie sud du commerce, c'était un long comptoir avec trois sections en fer à cheval dotées de sièges chromés pivotants, en cuirette rouge. C'était de la cuisine maison à prix très abordables. Plusieurs doivent se souvenir de la délicieuse tarte au chocolat avec meringue. Sans oublier les ventes trottoir à chaque été (photo 3). Tous les clients ont connu le gérant Roger Farmer, frère du propriétaire. C'était un homme sérieux mais très gentil, apprécié de tous, particulièrement ses employés, qu'il traitait avec grand respect. Il est devenu un véritable géorgien et a continué de résider dans notre ville même après la fin du magasin. Il est décédé ici le 5 janvier 2001. Après la fermeture de cet établissement vers la fin des années '80, c'est la chaine Rossy qui le remplaça. Ce mémorable édifice fut détruit par un incendie en 2003 (photo 4), alors qu'il logeait la discothèque le Must, le bar la Grange et Cardio-Gym. Aujourd'hui, le site est occupé par le magasin de jouets Place Bureau. C'était l'histoire du commerce qui a probablement été l'un des plus populaires parmi tous ceux qu'on a connus à Saint-Georges, il a laissé un souvenir impérissable chez ceux et celles qui l'ont fréquenté. Incroyable qu'un si beau magasin ne soit plus maintenant qu'un souvenir.

Photos 1, 2 et 3 du fonds Claude Loubier. Photo 4 de M. Gilles Veilleux. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.