Publicité

4 janvier 2020 - 13:00 | Mis à jour : 18 février 2020 - 18:35

EDITH ROSS, CHÂTELAINE DU MANOIR POZER

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Le 7 avril 2019, nous avons publié un blogue sur le manoir Pozer, situé au 610 de l'avenue de la Chaudière, du côté ouest de la ville (photo 1, du 5 novembre 1915). Cet édifice historique fut construit en 1830 par le premier seigneur, Georges Pozer. Ses descendants ont longtemps habité cet immeuble patrimonial. En dernier, dans les années '60, beaucoup l'appelaient le «domaine Ross». Pourquoi? C'est qu'en novembre 1890, celle qui devait hériter du manoir, Henrietta Pozer, épousa l'arpenteur Robert J. Ross. Comme c'était alors la coutume, leurs enfants prirent le nom de famille de leur père «Ross». Ils eurent 7 enfants, l'ainée étant Edith Milbourne Ross. Dans sa jeunesse, celle-ci travailla pendant plus de 30 ans à Montréal pour la Banque Royale du Canada. Durant la guerre, elle fut «prêtée» par ses employeurs à la Croix-Rouge, où elle se dévoua pour les soldats et vétérans. Au décès de ses parents (sa mère est décédée en 1942), c'est elle qui hérita du domaine Ross. Demeurée célibataire, elle revint à Saint-Georges et résida au manoir de ses ancêtres. Parallèlement, elle prit en charge la section anglophone du secrétariat de la Commission Scolaire Aubert-Gallion de même que le secrétariat de l'Église anglicane de notre ville. Melle Ross s'occupa aussi activement de la Croix-Rouge et de l'Ambulance Saint-Jean, étant l'une des membres les plus généreuses. Elle fut donc la châtelaine de cette belle résidence familiale pendant 20 ans et l'habita jusqu'à son décès survenu le 22 septembre 1962. Elle a pourtant dû être courtisée, car c'était une jolie femme, comme on le constate à la photo 2. C'était une dame très sociable, chaleureuse et accueillante, elle recevait avec bonheur la visite de beaucoup de gens de Saint-Georges, et on dit que ses petits biscuits chauds qu'elle servait à ses invités étaient délicieux, lorsque les gens allaient prendre le thé, à la manière des anglais. La photo 3 nous la montre à un âge plus avancé, sur le balcon de sa résidence. Tous ceux qui l'ont côtoyée n'ont que des éloges à son sujet. La dernière photo (vers 1910) nous montre la famille de ses parents Robert et Henrietta au complet. Ceux-ci sont assis au centre, entourés de leurs enfants. De gauche à droite: Liliane, Ida, Olive, Robert avec le chat dans les bras et Wilfred. Debout en arrière: Donald et celle qui allait devenir châtelaine, Édith. Wow, quels souvenirs, des personnages comme on en voit dans les livres d'histoire. Heureusement, les propriétaires ultérieurs de cet édifice mémorable en ont pris bien soin, et il est encore là pour témoigner de son passé glorieux.

Photo 1 du fonds Claude Loubier, photos 2, 3 et 4 du fonds de la famille Taylor. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.