Publicité

19 décembre 2021 - 04:00

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Le camp Jociste, ancêtre du Parc des Sept-Chutes

Toutes les réactions 2

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Tous, jeunes et vieux, connaissent cet endroit pittoresque en pleine ville, à Saint-Georges. La plupart l’ont fréquenté dans leur enfance. Comme Rome, ce parc ne s’est pas fait en un jour. Son développement s’est échelonné sur plusieurs décennies. À ses débuts, on l’appelait le «camp Jociste». Expression référant à l’organisme qui fut à l’origine du développement de ce site exceptionnel, à la fin des années ‘30: ce fut le mouvement de la Jeunesse Ouvrière Catholique, qui s’implanta chez nous en 1935-36. Sous l’habile direction de l’abbé Alfred Leblond, aumônier, les membres de la JOC furent incités à trouver un site pour aménager un camp de loisirs. Certains savaient que les Frères de la Charité du collège allaient se baigner discrètement pendant les mois d’été dans un petit bassin de la rivière Pozer, site enchanteur, sur deux anciens lots ayant appartenu à Odilon Roy; son père David Roy avait acheté ces terres des Pozer vers 1910. On décide que c’est l’endroit où sera situé le camp jociste. Les débuts remontent à 1938. Compréhensifs, les Frères ont cédé la place et sont allés se rafraichir un peu plus haut, au pied des 7 chutes, à un endroit connu sous le nom de «trou des Frères». On s’y installe et commence  lentement l’aménagement. Il a fallu d’abord défricher et débroussailler tout en conservant les beaux arbres matures. La première cabane provenait du bois de l’arche de procession religieuse, érigée près de la maison de Wenceslas Talbot sur la 1re avenue Ouest. Laurent Talbot a transporté les bouts de bois à même le camion de la beurrerie paternelle. Au début on s’y baignait dans la rivière (photo 2 et 3). Le site, prend forme graduellement. Il a conservé son caractère privé pendant quelques années, mais le Curé Beaudoin a réalisé qu’il fallait passer à une autre étape. Les terrains, d’une superficie de 63 hectares, furent achetés en 1942, et le 12 juin 1943, l’Oeuvre des Terrains de Jeux de Saint-Georges est né. C’était une organisation sans but lucratif, alimentée par des souscriptions populaires et par le travail des bénévoles. De nombreux collaborateurs y vont de leur temps et de leur argent (dont Ludger Dionne, Adalbert Gagné et Arthur Grenier) pour assurer le développement du premier véritable terrain d’amusement pour les jeunes dans notre ville. Des améliorations constantes y sont apportées: déboisement, constructions, agrandissements, routes, transports et jeux, dont de grandes glissades (photos 4 et 5). On aménagea un petit pont qu’il fallait reconstruire régulièrement car il fut souvent emporté et détruit par le crue printanière (photo 6, vers 1968). On y a construit le premier «grand chalet» vers 1944 (photo 1) et  les piscines vers 1945 (photo 7, 8, 9) une pour les filles et l’autre pour les garçons. Par la suite, ces piscines furent entourées d’un mur constitué de cabines d’habillage, servant aussi à empêcher que les gars voient les jeunes filles en tenue de bain, car à l’époque les sexes étaient séparés (photo 10). Ces piscines étaient alimentées en eau directement de la rivière. Le système était très simple: l’eau circulait par gravité, elle entrait par un bout et en sortait à l’autre bout, sans aucun traitement. Celle-ci était légèrement brunâtre, on y voyait des petits poissons, mais c’était tout-à-fait adéquat. Elle était assez claire pour qu’on puisse aller chercher des pièces de monnaie dans le fond. En 1966, l’OTJ a cédé le parc à la ville afin d’assurer la pérennité des lieux. Cependant, les services d’hygiène ordonnèrent néanmoins la fermeture de ces piscines vers 1968-69. Ce fut un dur coup, mais on s’en est remis. Ce fut en réalité l’occasion d’un nouvel essor, comme nous le verrons à la prochaine publication.

La plupart des photos sont du fonds des Frères de la Charité, sauf la 1re du fonds Jean-Frédéric Chrétien, la 6e du fonds Marthe Bégin et la 10e de P. Veilleux. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Merci! Toujours intéressant de vous lire!

    Sylvie - 2021-12-19 08:42
  • J'ai toujours un plaisir de voir les photos où j'ai passé mon enfance. Je croyais que ce terrain avait été donné...J'ai appris à nager seule dans les anciennes piscines. 'A chaque vendredi elles étaient vidées et quelqu'un les nettoyait t avec un gros balai et je voyais la crasse sur les bords. Mes soeurs et moi n'avons jamais attrapé un '' BOBO '' RIEN! Nous avons sans doute augmenter notre système immunitaire...Dernièrement, j'ai parlé avec une ancienne monitrice et elle me disait qu'elle avait parfois de la difficulté à voir les nageurs sous l'eau. Ce qui m'indisposait le plus, ce sont les toilettes ( bécosses '' des cabanes extérieures. J'avais peur de tomber dedans et il n'y avait pas de papier de toilette pour s'essuyer. Comme je demeurais en ville, sur l'asphalte, c'était un plaisir d'aller passer du temps dans un milieu boisé et les activités étaient vraiment bien organisées surtout pour les années 1958. Je ne niaisais pas! Bon reportage!

    Jocelyne Rancourt - 2021-12-19 15:18