Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 avril 2018 - 13:00

CARIGNAN BICYCLES ET JOUETS

Toutes les réactions 3

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Enfin une photo claire et nette du mémorable magasin Carignan Bicycles et Jouets de Georges Carignan. Elle a été prise par le photographe Rouville Gagnon à l'été 1963 dans le coeur de la 1re avenue à son apogée. On y contemple d'abord la devanture de ce commerce où tous les jeunes (et les moins jeunes) allaient acheter ou faire réparer leurs vélos. C'était tout juste à côté du ruisseau d'Ardoise. L'entrée du magasin était à l'avant, mais on avait accès à l'atelier de réparation par la ruelle située entre cet édifice et celui de la banque Royale, par où passaient également les clients du cordonnier Fiset. On constate en haut de la photo, sur le fronton, que cet édifice Carignan fut construit en 1920. Le rez-de-chaussé était divisé en deux: à gauche, on avait accès au magasin de Georges Carignan pour les bicycles et les jouets, et voyez le poteau de barbier à droite près du trottoir. C'était le salon de barbier du père Amédée Carignan. Et c'était aussi sa résidence, pendant l'été on pouvait le voir se bercer sur le balcon, il était assis là, en genre de pyjama bleu qui ressemblait beaucoup à un grand sous-vêtement tout d'une pièce.

Wow, impressionnant de voir tous les commerces apparaissant sur cette photo par cette belle journée d'été 1963. En commençant par la gauche. Le salon Dany coiffeuse pour dames, Chez Rita modiste et chapelière, Carignan, la Banque Royale, le restaurant Buffet du pont, les taxis 55, Gagné Musique, et Davis. Et à droite, au loin, si vous agrandissez la photo, vous discernerez, à côté de la descente du pont, une grosse affiche des cigarettes Caméo et en-dessous une autre affiche des assureurs Crépeau et Rodrigue dont c'était les bureaux. Puis le Salon Jacqueline, les Chaussures Bégin, Catellier Radio et TV enrg., Légaré Meubles, le magasin des enfants de Victor Veilleux et la Mercerie Marc Roberge.

Ne cherchez plus l'immeuble de Carignan, il fut démoli dans la semaine du 20 mai 1973 pour faire place à l'agrandissement de l'édifice de la Banque Royale.
Impossible de ne pas devenir un brin nostalgique à la vue de ces beaux magasins aujourd'hui tous disparus (sauf la banque). C'est notre passé qu'on voit défiler sous nos yeux.

Photo de Rouville Gagnon, fonds Claude Loubier. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Si je ne m'abuse, le nom du cordonnier était Fortier et non Fiset. Je me souviens d'une toute petite bâtisse blanche accotée au ruisseau d'ardoise. Il a opéré sa cordonnerie à même l'édifice de la banque à l'arrière après la construction du nouveau bâtiment. Je me souviens du monsieur sympathique qui chargeait des prix ridiculement bas pour un travail exécuté avec une passion évidente.

    Claude Gilbert - 2018-04-14 17:02
  • Le cordonnier Fortier a été là en dernier. Avant lui, ce fut Jean-Jules Fiset, et avant Jean-Jules, ce fut son père Thimotée Fiset dans les années '30 et '40.

    Pierre Morin - 2018-04-14 23:16
  • Bravo Pierre pour ces recherches. C est rafraîchissant de te lire. Surtout ne t arrête pas. Merci

    Jacques Vallée - 2018-04-20 08:18