Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
4 juillet 2018 - 13:17 | Mis à jour : 5 juillet 2018 - 08:51

LE SAVIEZ-VOUS ?

Identifier cinq anglicismes et s'en départir sur-le-champ

Alexandre Poulin

Par Alexandre Poulin, Journaliste

Toutes les réactions 4

Dans une société permissive et au sein de laquelle l'interdiction est mal perçue, il est difficile d'exprimer quoi que ce soit ayant trait à la qualité de la langue parlée et écrite. « L'important, c'est qu'on me comprenne », entend-on souvent. Écrire et parler correctement consiste quelquefois à savoir quoi ne pas écrire et ne pas dire. Mais dans une société où tout se vaut, où la langue n'est hélas ! qu'un outil de communication, peut-on encore suggérer de bannir certains usages ? Sans gêne aucune, je réponds par l'affirmative.

La langue française est une langue riche et complexe, qui sait nommer le monde qui nous entoure. Mais avant de jouir de ses multiples trésors, de ses exceptions qui la rendent particulière et même distinguée, il faut savoir décoder les apparences trompeuses. L'usage courant de la langue française, en particulier au Québec, est truffé non seulement d'anglicismes intégraux, mais surtout d'anglicismes phraséologiques.

« Pourquoi nous concentrer sur les anglicismes si les Français eux-mêmes en utilisent ? » est une objection courante que les Québécois font valoir lorsque vient le temps d'aborder l'épineuse question de leur manière de parler.

Les Français utilisent des anglicismes intégraux

L'Office québécois de la langue française (OQLF) définit l'anglicisme intégral comme suit : « Dans le cas d’un anglicisme intégral, on emprunte intégralement le mot ou le groupe de mots, c’est-à-dire autant la forme que le sens, et ce, sans adaptation ou presque au système de la langue française. »

Les exemples de ce type d'anglicisme sont nombreux : coolweek-endremakethrillerprime-timecoachlivebest-of, fullhot. À l'oeil nu, chacun sait que ces mots proviennent de l'anglais, puisque la sonorité en témoigne par elle-même. Les anglicismes intégraux sont donc des emprunts entiers à l'anglais sans adaptation au français ; on les prend tels quels. C'est plutôt de cette catégorie d'anglicisme que le langage de nos cousins français regorge.

Peut-on vraiment bannir l'usage de mots isolés ? Les Québécois préfèrent dire « ça manque de punch ! » à « ça manque de vigueur ! ». Mais tout le monde sait que punch est un mot anglais, en l'occurrence un anglicisme intégral

Les Français utilisent très majoritairement des anglicismes intégraux, les Québécois un peu moins. Cela ne signifie pas que la qualité de la langue des premiers soit amoindrie, tant s'en faut, puisqu'ils sont conscients des emprunts qu'ils font à l'anglais.

Ce sont les autres types d'anglicismes qu'il faut bannir 

Spontanément, quand le commun des mortels pense aux anglicismes, il se focalise sur ceux dits intégraux, car ils s'entendent à merveille. Bien entendu, dire parking au lieu de stationnement et best-of au lieu d'anthologie n'apporte rien à une phrase. Évitons-les autant que faire se peut, mais n'en faisons pas une obsession, car ce ne sont pas ceux qui nuisent le plus à la langue française.

C'est qu'il faut savoir qu'il existe d'autres types d'anglicismes, par exemple sémantiques, syntaxiques, hybrides, morphologiques et phraséologiques. Ce texte n'est pas le lieu de les identifier tous, car je ne suis ni un grammairien, ni un enseignant en littérature, ni un donneur de leçons. Je veux seulement exprimer toute l'importance d'identifier ce que je nomme les anglicismes invisibles. En font partie les anglicismes phraséologiques.

Bannir cinq anglicismes après la lecture de cette chronique

Pour commencer, je vous propose de vous départir de cinq anglicismes phraséologiques. Si je dis qu'ils sont invisibles, ou même inaudibles, c'est qu'ils tout l'air d'être français. L'OQLF définit l'anglicisme phraséologique en ces termes : « Dans le cas d’un anglicisme phraséologique, on emprunte une locution ou une image propres à l’anglais. La phraséologie touche des ensembles de mots figés : locutions, expressions, collocations. » On comprend donc qu'il s'agit d'un emprunt d'expressions telles quelles, mais traduites littéralement.

  • 1. Faire du sens. En français, rien ne fait du sens. Dire cela est insensé, car l'expression fautive « faire du sens » provient du verbe anglais to make sens. Au lieu de dire que « ça ne fait pas de sens », on dira que c'est insensé, que ça n'a pas de sens, que c'est illogique. En revanche, notons que faire sens se dit en français (par exemple : ces propositions font sens), mais que cette expression est peu utilisée au Québec.
     
  • 2. Prendre pour acquis. En français, on ne doit rien prendre pour acquis, car il s'agit de la traduction littérale du verbe anglais to take for granted. Il ne faut rien tenir pour acquis. D'autres locutions sont possibles, notamment tenir pour admis, tenir pour assuré et considérer comme acquis.
     
  • 3. Prendre une marche. On ne prend pas de marche en français, puisque c'est le calque complet du verbe anglais to take a walk. Heureusement, on peut se promener, aller marcher, marcher, faire un tour, faire une marche.
     
  • 4. Mettre l'emphase. Bien que le mot « emphase » soit français, il est impossible de mettre l'emphase sur un aspect quelconque, puisque « emphase », selon Larousse, est « une exagération pompeuse dans le ton, le geste, les termes employés ». On  peut s'exprimer avec emphase, mais pas mettre l'emphase (to put emphasis on). En français, on insiste sur, on met l'accent sur, on met en relief ou on met en évidence.
     
  • 5. À la fin de la journée. Bien sûr qu'il existe une fin de journée en français comme dans toutes les autres langues ! Mais c'est qu'en anglais, on utilise l'expression at the end of the day (traduction littérale : à la fin de la journée) pour dire en fin de compte, au bout du compte, enfin, en somme.

Décoder les intrus dans notre langage n'est ni un signe de faiblesse ni quelque chose de négatif : c'est une marque d'intelligence. À titre personnel, quand je constate ou qu'on me fait remarquer que j'emploie une locution fautive, je me réjouis sur-le-champ : c'est une occasion en or de m'améliorer. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • Au contraire, nous devrions augmenter les anglicismes, cesez donc de vous offenser pour des riens

    Make Quebec great again - 2018-07-04 15:41
  • Les langues évoluent dans le temps et c'est bien ainsi. Une langue qui en influence une autre est une chose vieille comme le monde. Il y a de bonnes raisons pourquoi l'anglais contient des dizaines de milliers de mots français et/ou latin. Les anglicismes dans le français, c'est simplement un retour de pendule qui a pris mille ans à se produire.

    Et puis même si on fixe la syntaxe, l'orthographe, la grammaire, etc. La prononciation et l'accent évolue, la définition des mots changes. C'est simplement illogique de dire qu'on peut empêcher une langue vivante de vivre. Si sept millions de francophone disent "prendre une marche", ça a bien beau provenir de la syntaxe anglaise, c'est maintenant intégré au français au même titre que "shopping" et "weekend"

    Jeff - 2018-07-04 16:09
  • Complètement ridicule... c'est à cause des gens comme vous que le Français n'évolue pratiquement pas depuis des décennies, notre langue se meurt et vous en êtes la cause première ! Et puis votre article est assez insultant limite vous insinuez que nous ne sommes pas intelligents si nous utilisons des anglicismes. Vous critiquez sans cesse l'anglais mais cette langue s'enrichit elle-même du Francais. Sérieusement laissez les gens parler comme ils veulent.

    Gabriel - 2018-07-04 17:03
  • Je suis d'accord en partie. Oui pour le légal et les services publiques. mais pour notre utilisation personelle, le language à toujours été en évolution Pourquoi l'arrêter?

    Je crois que le gens devrait être en contrôle de leur langue. Pourquoi changer ce qui évolue naturellement et se fait adopter? Que ce soit local, régional, or provincial, je suis en faveur d'une liberté d'expression et parole ainsi qu'une évolution culturelle naturelle et non-interventionniste.

    Le langage populaire démontre la réalité de notre situation, devrions-nous pas l'observer et aussi considérer d'ajouter de l'importance à l'anglais pour nous et les générations futures? Je ne crois réellement pas qu'on va virer anglophone au Québec, mais le bilinguisme est un atout majeur à toutes personnes et entreprises. Par expérience, j'en tire beaucoup de bénéfice et ma vie est grandement facilité et j'ai accès à des opportunités que d'autres n'ont pas la chance.

    Monsieur S. - 2018-07-04 18:13