Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Champs d’Or en Beauce

Gisement d'or St-Simon-les-Mines, plus profond et plus vaste dans sa largeur qu’estimé

durée 16h15
19 janvier 2023
durée

Temps de lecture   :  

6 minutes

Par Texte commandité

Montréal, Québec - Champs d’Or en Beauce (Champs D'Or en Beauce) (TSXV : ¨BGF¨), ("BGF") : (" BGF " ou la " Société ") : a le plaisir d'annoncer qu'elle a terminé une analyse des données de forage comparant tous les trous de forage historiques en chenal de dépôt de morts-terrains, superposés au programme de forage au diamant de 2021 de la Société. L'étude a révélé que l'unité de saprolite aurifère du chenal paléoplacier sur la propriété Beauce Gold située à St-Simon-les-Mines, au Québec, est plus épaisse et plus large que ce qui avait été estimé précédemment.

Patrick Levasseur, président et chef de la direction de Champs d’Or en Beauce, a déclaré : " Nous sommes ravis d'avoir fait cette nouvelle révélation sur le plus ancien gisement d'or placérien du Canada. " M. Levasseur a ajouté : "Cela pourrait signifier que les estimations historiques de l'or du canal placérien sont sous-estimées."

Les données sur les trous de forage utilisées pour l'analyse proviennent du programme de forage au diamant de 2021 de la société, comportant 38 trous, qui a foré le substratum rocheux sous le chenal de paléoplacage, totalisant 4 585 mètres (voir le communiqué de presse de BGF du 7 février 2022). Les données comprennent également 272 trous de forage historiques dans les morts-terrains provenant du programme de forage en barattage de 1959 de la Beauce Placer Mining Company (Missing Drill Logs Acquired, communiqué de presse de BGF du 21 janvier 2021), du forage en barattage de Coniagas Mines 1985, du forage sonique de la Commission géologique du Canada (CGC 1985), du forage à circulation inverse (RC) de Macamic Exploration 1987 et du programme de forage sonique d'Uragold 2011.

La société avertit les investisseurs de noter que les résultats de forage historiques, les teneurs et les estimations d'or historiques du chenal alluvial sont de nature conceptuelle. Une personne qualifiée n'a pas effectué un travail suffisant pour valider les données historiques ni pour classer les ressources minérales telles que définies par l'instrument national (NI) 43-101 ; il n'est pas certain que l'exploration future permette de délimiter la cible en tant que ressources minérales.

L'or dans la saprolite

Sous la couche de till glaciaire du Quaternaire, le chenal paléoplacique de Beauce contient deux unités aurifères du Tertiaire : un till basal diamictite brunâtre et un substratum saprolitique sous-jacent ou des schistes fracturés. Avant les glaciations de l'ère glaciaire, la région a connu une longue période de conditions tropicales et humides, provoquant une altération profonde du substratum rocheux formant des profils saprolitiques. Une zone de transition de schistes fracturés et oxydés se trouve sous l'unité de saprolite. Du schiste frais est présent à quelques mètres sous le saprolite et ou le schiste fracturé et oxydé.

L'altération des sulfures et l'érosion substantielle des veines de quartz et des plis antiforme d'une formation conceptuelle de Saddle Reef au nord-est du canal paléoplacer, auraient libéré de l'or et des matériaux qui ont conduit à la formation d'un épais manteau colluvial sur les côtés et le fond de la vallée de la rivière Gilbert. Les gros grains et pépites d'or sont à la fois détritiques et d'origine chimique. Dans le premier cas, l'or est extrait de la roche par altération sous forme de morceaux d'or ; dans le second cas, l'or doit d'abord être mis en solution, puis précipité sous forme de pépites toujours plus nombreuses (accrétion) dans les couches fracturées de saprolite et de schiste oxydé.

Variation verticale de la pente

Les résultats des forages à barattage et à circulation inverse (RC) des années 1980 permettent de construire des profils verticaux de concentration d'or, qui sont présentés dans les figures (1) et (2). Chacun représente une combinaison de tous les résultats de forage pertinents. Dans les deux graphiques, le substratum rocheux est représenté par une élévation nulle. Notez la distinction entre les variables tracées, la masse d'or par section verticale de 3 m, et la teneur, tirée des sections transversales des journaux de forage disponibles. Bien qu'elles ne soient pas directement comparables, ces mesures reflètent avec précision la variation verticale par rapport à la surface du substratum rocheux de la teneur en or du till basal (aureux) et du substratum saprolitique sous-jacent. Cela suggère que le substratum saprolitique contient certaines des plus hautes teneurs en or en moyenne.

Les deux graphiques, figures (1) et (2), ne sont comparables que pour la concentration en or en fonction de l'altitude. Néanmoins, une partie des différences entre les graphiques peut résulter des performances différentes des deux systèmes de forage. Les forages RC ont tendance à créer un effet commun connu sous le nom de " drag ore " en ce sens qu'ils contaminent fréquemment la roche-mère avec des particules d'or provenant de graviers situés à une altitude plus élevée. Dans une moindre mesure, nous pouvons observer cet effet avec le forage à la baratte. Cependant, il est quelque peu annulé par le forage sonique qui récupère des carottes complètes de matériaux non consolidés et de roche dure, ce qui permet l'extraction de grains d'or in situ. En 1985, le forage sonique de la Commission géologique du Canada a permis d'extraire des pépites d'or de 2 pieds de saprolite (trou n°20, 27g/m3). En 2011, UBR a extrait des grains d'or des carottes de forage de saprolite G65-SO6.

Un gisement historique d'or paléoplacer ouvert en profondeur et latéralement

Les cinq programmes historiques de forage dans les morts-terrains, de 1959 à 2011, visaient à tester le potentiel économique de l'unité de till aurifère basale du chenal de paléoplacage. Un trou était considéré comme terminé après avoir traversé la couche de till de base dans environ 1 mètre de saprolite. La société pense que les anciens opérateurs ont interrompu leurs forages prématurément ; par conséquent, les résultats auraient pu être différents s'ils avaient foré entièrement à travers la couche de saprolite jusqu'au substratum de schiste frais solide.

Un exemple de cette disparité est le sondage RC G80-2 de Macamic en 1987 qui n'a foré que 0,6 mètre dans les schistes fracturés, extrayant de l'or grossier évalué à 3,6 g/m3. Dans le sondage SM-21-30 réalisé par la Société en 2021, la saprolite/la roche fracturée a une épaisseur verticale d'au moins 1,6 mètre dans cette zone. Selon le programme de forage au diamant 2021 de la Société, la saprolite et les zones de schiste fortement fracturées et oxydées se sont développées, en moyenne, sur 8,8 mètres de profondeur verticale dans la roche. Il y a des endroits où ces zones sont à plus de 18 mètres de profondeur.

Les programmes historiques de forage dans les morts-terrains ont positionné leurs lignes de forage perpendiculairement au canal des paléoplacers pour obtenir des profils en coupe transversale. Sur sept lignes de forage, le trou situé à la fin d'une section était minéralisé et, par conséquent, la zone reste ouverte latéralement. En d'autres termes, la section ou " ligne de forage " aurait dû être fermée avec des trous supplémentaires pour confirmer si les zones aurifères minéralisées continuent. Exemples des plus hautes teneurs en or avec des sections ouvertes :

-Trou G49-6 le plus éloigné vers la droite = 5,82 g/m3
-Trou G38-8 le plus éloigné vers la droite = 1,48 g/m3
-Trou G53-2 le plus éloigné vers la droite = 3,31 g/m3
-Trou G59-2 le plus éloigné à gauche = 0,53 g/m3
-Trou G64-3 le plus éloigné vers la droite = 6,43 g/m3


Figure 3 : Le trou de forage G-49-6 s'est arrêté à 1,5 mètres dans un mélange minéralisé (5,82gr/m3) de gravier et de schiste fracturé. Macamic aurait dû échantillonner le segment de till au-dessus de la minéralisation, forer plus profondément dans celui-ci et forer des trous supplémentaires à droite pour fermer la zone.

Sur les 38 sondages du programme 2021 de la société, 25 trous ont récupéré un total de 275 mètres de segments de carottes forées dans des couches de saprolite et de schiste oxydé. Les carottes seront analysées pour leur teneur en or grossier. D'autres forages soniques seraient nécessaires pour tester les unités de saprolite pour l'or afin de confirmer que le canal paléoplacique est ouvert en profondeur et latéralement.

Sources et références : Sedar- Champs d’Or en Beauce Rapport 43-101 - Beauce 4 juillet 2018, Auteur B. Violette ; Référence VGP (profil vertical de teneur) : Garnett, R.H.T., 2014. "Profils de pente verticale des placers offshore et côtiers". Applied Earth Science (Trans. Inst. Min. Metall. B), vol. 123, no. 3, pp. 164-178 ; Coniagas Mines Ltd. rapport GM42988, rapport Macamic (et Roche) GM46219.

Jean Bernard, B,Sc. Geo. est une personne qualifiée, selon la définition du Règlement 43-101, qui a revu et approuvé les informations techniques présentées dans ce communiqué.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


30 janvier 2023

Les inégalités de revenus : une menace latente

LES INÉGALITÉS DE REVENUS : UNE MENACE LATENTE Au Canada, au cours des dernières années, les inégalités de revenus entre les plus hauts et les plus bas salariés n’ont cessé de s’accroître. Et avec l’inflation qui contribue à la hausse des prix de l’alimentation, du logement, etc., cette tendance ne laisse pas prévoir une amélioration, du moins à ...

29 janvier 2023

La belle maison du notaire Chaperon il y a un siècle

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Wow, quelle belle maison! C'était une résidence de style Victorien. Le premier à y habiter fut le notaire J.A.G. Chaperon, qui est venu s'établir et pratiquer sa profession à Saint-Georges en 1892. Il est décédé le 28 septembre 1907. Il résidait en haut et avait son ...

28 janvier 2023

Saint-Valentin : Après les fleurs, le pot?

Ta meilleure amie, Annie, vient de t’apprendre qu’elle et son copain iront au NRJ Spa pour la Saint-Valentin. Sachant que tu apprécies ce genre d’activité, elle te propose d’y aller en «double date». Tu aimes l’idée et décides d’en parler à ton copain puisque vous n’avez rien de prévu.  Insulté, il te répond : «D’où ça vient cette idée-là ? ...