Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La Société Historique Sartigan

Une scène désolante de la débâcle de 1896

durée 06h00
10 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Pierre Morin

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

On sait que la ville de Saint-Georges a été victime de nombreuses inondations au cours de son histoire, la pire ayant été celle de 1896. Ce fut une catastrophe terrible pour nos ancêtres. Des scènes apocalyptiques se sont produites à cette occasion. Le renommé photographe J.A. Gagnon a su capter sur pellicule le désarroi alors vécu par ses concitoyens. La scène la plus désolante est probablement celle illustrée à la première photo. Cette pauvre dame, épouse du cordonnier Napoléon Drouin, est assise au pied des débris de leur résidence qui a été détachée de ses fondations et déplacée, tout croche, au centre de la rue, parmi les autres immeubles empilées pêle-mêle au centre-ville. Même si on ne distingue pas clairement les traits de son visage, on réalise qu'il s'agit d'une dame fière et élégante, avec ce qui semble être son veston replié sur ses genoux. On voit à droite une chaise en bois et un peu plus loin une table au milieu des débris. Les gens essayaient de récupérer tout ce qu'ils pouvaient, car la majorité ne détenaient aucune assurance et se voyaient contraints de repartir à zéro et de se refaire une vie. Quelle désolation, quelle misère.

Je trouvais malheureux qu'on n'en sache pas plus sur cette femme qui semble bien seule sur cette photo. Qui est-elle et qu'est-elle devenue? Elle méritait qu'on en apprenne davantage sur son histoire. Mon bon ami Paulin Poirier m'a aidé dans cette tâche. Son nom est Félixine Caron, originaire de Beauceville, née en 1870. Elle s'est mariée en 1888. Son mari Napoléon Drouin avait acheté leur résidence en 1887 de Joseph Lessard (frère de Thomas Lessard). Ils s'y installèrent immédiatement après leur mariage, en 1888. Après sa destruction par la débâcle de 1896, ils se relocalisèrent un peu plus au sud, dans une maison qu'on voit à la 4e photo, indiquée par une flèche. Ils ont cédé celle-ci plus tard, le 2 mars 1914, à Pierre (dit Pierrot) Fortin qui l'a revendue en 1920 à la banque Royale qui l'a démolie pour y ériger son nouvel édifice. Cette banque (rénovée) est encore sur ce site. Napoléon Drouin étant décédé en 1917, Félixine s'est remariée le 2 août 1920 à un autre cordonnier, Ludger Bolduc. Le couple a vécu dans un gros immeuble située au coin de la 123e rue, qu'on voit à la photo 5 (plus tard site du magasin Davis). Ludger est décédé le 10 juin 1938 à l'âge de 78 ans. Félixine s'est éteinte le 31 mai 1945 à l'âge de 75 ans (elle n'a pas eu d'enfants). Voyez leurs cartes mortuaires (photo 6).

Quant à la maison de Napoléon et Félixine en 1896, on a la chance d'en avoir une photo prise peu de temps avant sa destruction (photo 2); c'est celle à l'extrême droite, où on aperçoit le couple sur la galerie du 2e étage. On en possède une autre (photo 3) prise dans les jours suivant la débâcle, on voit la toiture de leur maison, c'est celle indiquée par une flèche, obstruant la rue de ce qui était alors le centre-ville. Wow, nos ancêtres ne l'ont pas eu facile. Que de courage et de persévérance ils ont dû faire preuve pour passer à travers de telles épreuves. Ils méritent notre plus grand respect.

Photo 1 du fonds Daniel Lessard. Photos 2, 4 et 5 du fonds Claude Loubier. Photo 3 de la BAnQ. Recherches de Paulin Poirier et Pierre Morin Texte de Pierre Morin.

Visionnez tous les textes de la Société historique


Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif, financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juillet 2024

Le garagiste Oram Poulin du boulevard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez peut-être entendu ce nom, mais vous ne savez pas au juste de qui il s'agit. Il avait une bâtisse à deux étages au 285 du boulevard Lacroix, à l'intersection de la rue Saint-Jacques, aujourd'hui 118e rue (photo 1). À l'époque le terme «garagiste» n'avait pas ...

7 juillet 2024

La maison Godbout dans la 123e Rue

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez probablement entendu parler de la maison Godbout, mais vous ignorez de quelle habitation on parle au juste. Cette belle résidence existe encore et elle est l'une de celles qui ont été les mieux entretenues dans notre ville. C'est un des joyaux architecturaux ...

30 juin 2024

Le Dairy Cream de notre enfance

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Qui n'est jamais allé savourer une bonne crème glacée au Dairy Cream en face de l'hôtel Arnold? Les fins de semaine et les soirs d'été, des familles entières s'y retrouvaient, parfois même avec les enfants en pyjama sur la banquette arrière. Le stationnement était ...