Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pier Dutil

Trudeau et Legault dans le même bateau

durée 18h00
6 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Pier Dutil

Il est de notoriété publique que les Premiers Ministres Justin Trudeau et François Legault n’ont pas d’atomes crochus et qu’il serait préférable de ne pas les inviter au même party.

Pourtant, présentement, les deux voguent sur une mer passablement agitée, je dirais même en eaux troubles, comme s’ils étaient sur un même bateau.

Justin Trudeau

À Ottawa, de sondage en sondage, la position du Parti libéral se détériore. Les plus récents sondages accordent 41 % des intentions de votes au Parti conservateur et 27 % au Parti libéral, ce qui serait suffisant pour assurer l’élection d’un Gouvernement conservateur majoritaire.

Si les sondages indiquent l’insatisfaction des électeurs à l’égard des Libéraux, on commence à percevoir un certain niveau d’insatisfaction au sein même des troupes libérales. Le leadership de Justin Trudeau pourrait être remis en question par les bonzes qui dirigent le parti à partir de Toronto.

J’en veux pour preuve deux évènements récents. Dans le conflit qui oppose Israël au Hamas dans la bande de Gaza, 23 Députés libéraux se sont joints à une dizaine d’autres pour expédier une lettre au Premier Ministre demandant que le Canada exige un cessez-le-feu, alors que la position actuelle du Canada ne fait mention que d’une pause humanitaire. Une telle contestation de la position du Gouvernement par un groupe de Députés du parti au pouvoir n’est pas chose commune. Cela dénote une certaine grogne au sein des troupes libérales.

Autre preuve de la grogne libérale, le Sénateur Percy Downe, ancien chef de cabinet de Jean Chrétien, a publié une lettre d’opinion dans laquelle il écrit : «Les membres du Parti libéral sont enthousiastes à l’idée du 29 février prochain. L’année 2024 est bissextile, beaucoup espèrent qu’il neigera ce jour-là.»

Si vous croyez que le Sénateur Downe semble s’intéresser aux prochaines conditions de la météo de 2024, vous en avez manqué un bout. M. Downe faisait ainsi allusion au 29 février 1984, alors que le Premier Ministre canadien de l’époque, Pierre Elliott Trudeau, après une longue marche sous la neige, avait remis sa démission le lendemain. En souhaitant de la neige le 29 février 2024, M. Downe suggère tout simplement à Justin Trudeau de prendre une longue marche et de remettre sa démission. 

Il serait difficile de trouver une allusion plus claire demandant à Justin Trudeau de tirer s révérence. Et il serait illusoire de croire que la démarche du Sénateur Downe est strictement personnelle. Quand il écrit : «Les membres du Parti libéral…» cela laisse entendre qu’il parle au nom de plusieurs.

Les Libéraux sont un parti de pouvoir. S’ils croient qu’ils ne pourront l’emporter lors du prochain scrutin avec Justin Trudeau comme chef, attendez-vous à du grenouillage au sein du parti, cela pouvant aller jusqu’à exiger la démission du fils Trudeau.

Justin Trudeau se maintient présentement au pouvoir grâce à l’appui du NPD, mais l’entente intervenue entre les deux partis en 2022 semble s’être grandement fragilisée depuis peu et cela n’augure rien de bon pour le Gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau.

François Legault

Pendant ce temps à Québec, François Legault navigue lui aussi en eaux troubles. La récente défaite humiliante dans Jean-Talon et la publication du dernier sondage Léger dans les médias de Québecor ont été une gifle en plein visage pour le chef de la CAQ.

Depuis l’élection de 2018, la CAQ caracole en tête des sondages, fait rare pour un Gouvernement. La pandémie due à la COVID-19 est venue chambouler le premier mandat de François Legault. Sa gestion de la crise a reçu un appui populaire important, ce qui lui a permis une réélection facile.

Mais depuis le début du second mandat, rien ne semble tourner à l’avantage de François Legault. La saga du troisième lien entre Lévis et Québec, les réformes en santé et en éducation, les négociations avec les employés de l’État et les hausses de prix dues à l’inflation contribuent à entretenir le mécontentement auprès des électeurs.

Cela s’est clairement manifesté lors de la publication du plus récent sondage Léger dans les médias de Québecor. La CAQ demeure toujours en tête, mais, cette fois, par une faible marge de 4 % face au PQ (CAQ 30 %, PQ 26%)

Il importe de rappeler que dans le nom du parti, le «C» de la CAQ signifie coalition. Et, par définition, une coalition se définit comme suit : «Entente circonstancielle entre puissances, partis, personnes, etc.». Dans cette définition, je retiens en particulier le mot «circonstancielle».
Les circonstances qui ont amené la création de la CAQ étaient reliées aux nombreux scandales qui ont frappé le Parti libéral et la lassitude des électeurs québécois à l’égard du sempiternel débat entre fédéralistes et souverainistes.

François Legault a su profiter de l’opportunité qui s’offrait pour rassembler des souverainistes et des libéraux déçus et modifier le débat politique au Québec. Cela lui a réussi et il a pris le pouvoir.

Fort de la faiblesse des partis d’opposition, la CAQ est parvenue à faire élire 90 Députés en octobre 2022. Je ne sais pas si cette éclatante victoire lui a fait perdre les pédales, mais, depuis, c’est la débandade.

Quant au PQ, qui effectue une importante remontée auprès de l’électorat, il faudra voir si cette tendance se maintiendra à mesure qu’il remettra à l’ordre du jour l’idée de la souveraineté et du référendum. L’appui à la souveraineté ne dépasse pas 35 % dans les sondages depuis quelques années, ce qui n’augure rien de bon pour un éventuel référendum.

Le seul élément encourageant pour François Legault, c’est qu’il reste trois ans avant la prochaine élection prévue en octobre 2026. Et nous savons tous qu’en politique, trois ans, c’est une éternité.

Alors que François Legault dirige un Gouvernement largement majoritaire, Justin Trudeau est à la tête d’un Gouvernement minoritaire qui pourrait être renversé à tout moment.

Chose certaine, nos deux Premiers Ministres doivent parfois avoir de la difficulté à fermer l’œil en allant au lit le soir.

Pensée de la semaine

Je dédie la pensée de la semaine à Messieurs Trudeau et Legault :

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juillet 2024

Les géniales glissoires créées par Édouard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Pendant toute sa carrière d'entrepreneur forestier, Édouard Lacroix s'est révélé un homme d'affaires très avisé et exceptionnellement hardi. Il a organisé des procédés nouveaux et des travaux gigantesques qui lui ont permis de conclure ses opérations forestières avec ...

14 juillet 2024

Le garagiste Oram Poulin du boulevard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez peut-être entendu ce nom, mais vous ne savez pas au juste de qui il s'agit. Il avait une bâtisse à deux étages au 285 du boulevard Lacroix, à l'intersection de la rue Saint-Jacques, aujourd'hui 118e rue (photo 1). À l'époque le terme «garagiste» n'avait pas ...

7 juillet 2024

La maison Godbout dans la 123e Rue

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez probablement entendu parler de la maison Godbout, mais vous ignorez de quelle habitation on parle au juste. Cette belle résidence existe encore et elle est l'une de celles qui ont été les mieux entretenues dans notre ville. C'est un des joyaux architecturaux ...