Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pier Dutil

«Je n'ai pas le temps»

durée 18h00
26 février 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Pier Dutil

«Je n’ai pas le temps» est fort probablement la raison ou tout simplement l’excuse invoquée le plus souvent par les gens pour ne pas agir, ne pas s’impliquer.

Eh bien cette semaine, vous ne pourrez utiliser cette raison puisque nous bénéficions toutes et tous d’une journée de plus.

Le 29 février

Jeudi, ce sera le 29 février, une journée qui n’arrive qu’à tous les quatre ans dans le cadre de ce que l’on appelle une année bissextile. Et, que les mauvais esprits se calment, cette appellation n’a rien avoir avec le sexe, même si, je dois le reconnaître, en 2024, nous disposons d’une journée de plus pour faire l’amour.

L’origine de l’année bissextile remonte en 1582 et a été décrétée par le Pape Grégoire XIII. On avait découvert que la terre tournait autour du soleil et que, pour effectuer une orbite complète, il fallait 365 jours, 5 heures, 48 minutes et 45 secondes. 

Or, le calendrier prévoyait qu’une année durait précisément 365 jours Restait donc 5 heures, 48 minutes et 45 secondes dont on ne savait quoi faire. Quelques brillants esprits ont eu l’idée de multiplier ce temps en surplus par quatre, ce qui équivalait approximativement à 24 heures, soit une journée. C’est donc de cette journée en plus que l’on hérite le 29 février. Pourquoi le 29 février, en plein hiver, plutôt que le 32 juillet en plein été? Je n’en ai pas la moindre idée.

C’est ainsi qu’à tous les quatre ans, notre calendrier nous gratifie d’une journée supplémentaire. Et cela se produit au cours des années dont le nombre est divisible par quatre, mais non par 100, sauf si elles sont divisibles par 400. Vous n’y comprenez rien? Ne vous en faites pas, moi non plus. Et, de toute façon, lorsque l’année bissextile survient, notre calendrier l’indique et, souvent, les médias en font tout un plat.

Des avantages

Pour certains, le fait de disposer d’une journée de plus permet de s’adonner à encore plus d’activités. Les p’tits vites sauront faire bon usage de ce temps supplémentaire.

Il y a aussi les travailleurs salariés payés à l’heure qui bénéficieront d’une journée de paie en plus en 2024. De l’argent de plus à déposer dans votre REER ou pour vous payer du bon temps.

Quant aux retraités, ils disposeront d’une journée de plus pour jouir de la vie ou s’ennuyer, selon leur personnalité. Enfin, tel que mentionné précédemment, les amoureux jouiront d’une journée de plus pour faire l’amour. Qui sait, cela pourrait contribuer à hausser le taux de natalité déjà très bas au Québec. J’aimerais suggérer à des chercheurs universitaires de vérifier si le nombre des naissances est en hausse lors des années bissextiles. Statistique Canada devrait pouvoir nous éclairer à ce sujet.

Des désavantages

Disposer d’une journée de plus ne comporte pas que des avantages. En effet, si vous relevez le défi février sans alcool, cette année, il vous faudra attendre une journée de plus avant d’ouvrir une «tite frette» ou déguster un bon verre de vin.

Si votre employeur a établi votre rémunération sur la base d’un salaire annuel, cette année, vous travaillerez donc une journée pour rien.

Si vous résidez dans un CHSLD, malheureusement pour vous, vous devrez consacrer une journée de plus à attendre la fin. Rien de bien réjouissant, admettons-le.

Et, finalement, si vous êtes né un 29 février, on célèbre votre anniversaire seulement une fois aux quatre ans. C’était le cas d’Henri Richard, le célèbre numéro 16 du Canadien, le joueur qui a remporté le plus de Coupe Stanley dans sa carrière, soit 11. Né le 29 février 1936, Richard s’est joint au Canadien en 1955, alors qu’il n’avait que 4 ½ ans, ce qui en a fait le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH. En réalité, Henri Richard avait alors 19 ans.

Que ferez-vous de cette journée de plus jeudi prochain? À vous de choisir. Mais, dans la réalité, cette journée risque de ne pas être très différente des autres.

Pensée de la semaine

Étant donné que vous disposez d’une journée de plus cette semaine, je vous offre deux pensées relatives au temps, cela pour le même prix :

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juillet 2024

Les géniales glissoires créées par Édouard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Pendant toute sa carrière d'entrepreneur forestier, Édouard Lacroix s'est révélé un homme d'affaires très avisé et exceptionnellement hardi. Il a organisé des procédés nouveaux et des travaux gigantesques qui lui ont permis de conclure ses opérations forestières avec ...

14 juillet 2024

Le garagiste Oram Poulin du boulevard Lacroix

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez peut-être entendu ce nom, mais vous ne savez pas au juste de qui il s'agit. Il avait une bâtisse à deux étages au 285 du boulevard Lacroix, à l'intersection de la rue Saint-Jacques, aujourd'hui 118e rue (photo 1). À l'époque le terme «garagiste» n'avait pas ...

7 juillet 2024

La maison Godbout dans la 123e Rue

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN Vous avez probablement entendu parler de la maison Godbout, mais vous ignorez de quelle habitation on parle au juste. Cette belle résidence existe encore et elle est l'une de celles qui ont été les mieux entretenues dans notre ville. C'est un des joyaux architecturaux ...