Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Symposium international de la sculpture 2023

La sculptrice Susanne Paucker en cinq réponses

durée 17h00
24 mai 2023
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

Sous la thématique Sculpter le vent : statures et figures, le Symposium international de la sculpture 2023 de Beauce Art a pris son envol le 21 mai et se poursuit jusqu'au 11 juin, devant le Centre sportif Lacroix-Dutil de Saint-Georges, avec dix artistes venus du monde entier.

Dans le cadre de cet événement, cinq d'entre eux ont accepté de répondre aux questions d'EnBeauce.com.

La deuxième en lice est l’Allemande Susanne Paucker, une artiste de 46 ans, qui réalise ici une œuvre intitulée « Vent de liberté ».

Pouvez-vous raconter votre parcours en tant que sculptrice?

Quand j’ai fini mon secondaire, je suis allé dans le nord de l’Italie où j’ai commencé une école professionnelle de tailleur de pierre, pour une année. C’était dans les montagnes et il y avait très peu de gens alors j’avais hâte de partir. J’ai finalement trouvé Carrare, une ville connue pour son marbre, utilisé notamment par Michel-Ange. Il y avait aussi une école professionnelle alors j’y suis entrée même si je ne parlais pas italien. Je suis juste parti avec mon sac à dos pour étudier! J’ai commencé par là, puis j’ai intégré l’Académie des Beaux-Arts de Carrare dont j’ai été diplômée en 2005. Par la suite, j’ai participé à plusieurs Symposiums. Je vis de ça principalement aujourd’hui, je vais d’une place à une autre pendant toute la saison estivale. À chaque endroit où je vais, je laisse une trace de moi et c’est super de pouvoir rencontrer d’autres artistes, c’est comme une famille. 

Pourquoi avoir choisi la pierre pour sculpter vos œuvres?

Je travaille avec plusieurs matériaux, mais je préfère la pierre. Chaque matériau à ses propres caractéristiques et c’est très intéressant. Mon premier souhait était de travailler du marbre de Cuba (ici à Saint-Georges), mais c’était trop cher alors ils m’ont demandé si c’était correct de prendre du calcaire, j’ai dit oui. C’est plus poussiéreux, plus mou aussi, même trop parfois. Il faut vraiment faire attention à la découpe, ça demande de la précision, il ne faut pas aller trop vite. J’ai toujours travaillé la pierre, je travaille aussi le bois, mais plus pour le fun.

Que vous inspire le thème de cette année, Sculpter le vent : statures et figures?

D’abord j’ai pensé appeler mon projet “Vent de changement”, mais c’était déjà pris alors c’est devenu “Vent de liberté”. Je travaille toujours sur des classiques et je les transforme. David, de Michel-Ange, est un symbole de liberté, de pouvoir, d’énergie, d’harmonie, tout comme le vent. Donc j’ai fait un lien entre les deux.

À quoi ressemble votre quotidien en tant que sculptrice?

Mon quotidien est coupé en deux. À partir d’avril-mai, je commence mon premier Symposium de l’année, puis je vais d’un Symposium à l’autre pendant l’été. Durant l’hiver, à la maison, j’étudie, je fais de petites sculptures, je prépare des projets pour la saison suivante. 

Chaque artiste a sa manière de sculpter une œuvre. Comment pourriez-vous décrire votre travail?

Je suis très technique. Je fais toujours un modèle en trois dimensions, un dessin ne me suffit pas. Pour sculpter, je commence par le point le plus en avant puis je remonte. Je travaille à l’horizontale alors les gens ne savent pas vraiment ce que je fais jusqu’à ce que je redresse l'œuvre!

Un rappel que vous pouvez venir rencontrer les 10 artistes inscrits au Symposium international de la sculpture 2023 dans le Quartier des artistes, en face du Centre Lacroix-Dutil de Saint-Georges, jusqu'au 10 juin. La cérémonie de clôture et le dévoilement des oeuvres auront lieu le 11 juin sur la promenade Redmond. Pour info: beauceart.com et www.facebook.com/BeauceArt.

À lire également

Le neuvième Symposium international de sculpture de Beauce Art est officiellement lancé!

Beauce Art: cinq questions au sculpteur Adrien Bobin

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


24 février 2024

Ariane Desbiens pourrait devenir la Photographe portraitiste de l'année

L'artiste Ariane Desbiens a été nommée parmi les finalistes du prestigieux prix de Photographe portraitiste de l'année des Photographes professionnels du Canada (PPOC). Quatre images de la photographe installée à Saint-Georges ont été retenues, dont une création sur le thème d'Alice aux pays des merveilles qui a aussi été sélectionné dans la ...

24 février 2024

Quoi faire en Beauce en fin de semaine?

Voici quelques suggestions d'activités communautaires, culturelles, récréatives et sportives qui se tiendront en Beauce au cours de cette fin de semaine. Samedi 24 février Championnat provincial de karaté Yoseikan Beauce Il y aura plus de 10 catégories, réparties par groupe d'âges, débutant par ceinture blanche Jaune-Orange 6 ans et moins ...

23 février 2024

Quoi faire en Beauce du 23 au 25 février?

Voici quelques suggestions d'activités communautaires, culturelles, récréatives et sportives qui se tiendront en Beauce au cours de cette fin de semaine. Vendredi 23 février Soirée lumières et raquettes aux flambeaux Dans les cadre des Rendez-vous d'hiver Beauce Auto Ford Lincoln. Où:  Club de motoneige — Beauceville  Quand: 18 h 30 à 20 h ...