Publicité
22 novembre 2019 - 15:00 | Mis à jour : 25 novembre 2019 - 11:52

Semaine des entrepreneurs à l'école

Des apprentis entrepreneurs dans les écoles beauceronnes

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Du 11 novembre au 22 novembre, l’entrepreunariat était à l’honneur dans les écoles québécoises pour la « Semaine des entrepreneurs à l’école ». Sept écoles de la Beauce ont participé à différentes activités, dont des rencontres avec des dirigeants d’entreprises.

Le Cégep Beauce-Appalaches, l’école des Deux-Rives, l’école Grande-Coudée, l’école la Découverte, l’école l’Éco-Pin et la polyvalente Saint-François ont proposé à leurs élèves de découvrir la culture entrepreneuriale qui est très forte dans la région. 

École des Deux-Rives

Un groupe de secondaire 1 de l’école des Deux-Rives ont démarré cinq entreprises. Encadrés par l’organisme Fusion Jeunesse et les enseignants Yann Lessard, Véronique Mercier et Véronique Gilbert, les 21 élèves du profil Motivaction ont pour le moment décidé du produit qu’ils allaient fabriquer, du nom de leur entreprise, débuté la création de leur logo et la recherche des fournisseurs afin de créer des prototypes. Ils débuteront sous peu la recherche de financement auprès des entreprises régionales. 

Les entreprises

1- Boathèque produira des palettes multifonctions pour la cuisine;

2- Chocodarms produira des macarons et des chocolats;

3- Bymbas produira des balles anti-stress;

4- Sabulbie produira des savons;

5- Tawan Parkour a pour objectif de bâtir un sentier de défi parkour à l'école des Deux-Rives.

Les jeunes entrepreneurs ont rencontré cet avant-midi Annabelle Guimond-Simard, de l’organisme Fusion Jeunesse. Ils pourront travailler sur leur projet une demi-journée par semaine.

Polyvalente Saint-François

Le groupe de troisième secondaire, Passions 3 de la polyvalente Saint-François participe également au projet de l’organisme Fusion Jeunesse. L’enseignante Marie-Ève Gilbert explique que c’est la quatrième année que des élèves montent durant toute l’année une entreprise de A à Z.

« Il faut qu’ils aient l’idée, qu’ils fassent la recherche de commandites, un plan d’affaires, ils vont faire la publicité, leurs cartes d’affaires, etc. Ils font une demi-journée aux deux semaines, puis ils vont vendre leurs produits, ils vont fabriquer leur produit, ils vont faire l’évènement. »

Cette semaine, ils ont reçu l’entrepreneur de Québec, Robert Morris qui a conçu l’Addik Pet qui est un détecteur d’accouchement pour chats et chiens. Pour Mme Gilbert « il n’y a rien de mieux qu’un contact avec un vrai entrepreneur pour qu’ils constatent le cheminement qu’il a eu et les obstacles rencontrés. »

L’enseignante raconte que le projet permet aux jeunes d’être motivés, de ressentir un sentiment de compétence et qu’ils sont en mesure de recevoir des commandites d’organismes ou d’entreprises. De plus, avec ce type de rencontre le but recherché est de déconstruire l’image négative que les élèves ont d’eux.

« C’est cela qu’on essaye de déconstruire un peu avec les entrepreneurs qui viennent, car ce n’est pas rare qu’ils ne soient partis de rien et qu’ils aient vécu une situation difficile. Que malgré les embûches, ils s’en sont sorti et ont réussi ».

L’entrepreneur a également fait une présentation devant deux autres groupes de la polyvalente.

La Semaine des entrepreneurs
OSEntreprendre a pour mission d’inspirer le désir d’entreprendre pour contribuer à bâtir un Québec fier, innovant, engagé et prospère. Avec la Semaine des entrepreneurs à l’école, il sensibilise annuellement plus de 20 000 jeunes du primaire à l’université dans les 17 régions du Québec par des conférences gratuites offertes par un entrepreneur de leur communauté. La Semaine des entrepreneurs à l’école est une réalisation d’OSEntreprendre et une initiative de la Caisse de dépôt et placement du Québec, appuyée par le Gouvernement du Québec.

 
 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.