Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Reportage photo

TRIOM en Beauce: une solution pour réduire l’enfouissement

durée 08h00
16 septembre 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste

Viridis Environnement a procédé aujourd’hui à une visite guidée de l’usine TRIOM qui se trouve près de l’écocentre entre Saint-Georges et Saint-Côme-Linière.

Les premiers résultats sur la performance de cette nouvelle chaîne de traitement des résidus ménagers indiquent qu’il est possible de détourner 40% de ces déchets du site d’enfouissements et d’en récupérer 70 % de matières organiques.

« Comme entreprise visionnaire en matière d’économie circulaire, nous visons à proposer des technologies qui permettent de dépasser les limites des solutions existantes relativement au détournement des matières des sites d’enfouissement. Nous cherchons à combler ces angles morts et à agir en complémentarité avec ce qui existe déjà. C’est selon nous le moyen requis pour atteindre les cibles que nous nous sommes fixé au Québec, et possiblement même de les dépasser », a souligné Renaud Lapierre, président-directeur général de Viridis Environnement.

Un partenariat entre Viridis et la RICBS
Cette première installation a vu le jour en 2021 et sert de vitrine à l’expérimentation de cette technologie.

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de la Régie Intermunicipale du Comté de Beauce Sud (RICBS) ainsi qu’aux subventions obtenues de RECYC-QUÉBEC et du ministère de l’Économie et de l’Innovation, qui pourraient atteindre respectivement 1 million et 1,26 million de dollars. L’implantation de l’usine de TRIOM à proximité des infrastructures de la RIBCS et de l’écocentre de la région permet de créer un véritable pôle environnemental axé sur la gestion des matières résiduelles.

« Pour nos membres, appuyer des projets d’innovation environnementale et technologique comme TRIOM était tout naturel. Nous étions à la recherche d’une solution sur mesure, mais nous cherchions surtout à évaluer la possibilité qu’il puisse exister une solution plus performante, plus efficace et finalement qui réduise de manière plus significative les impacts environnementaux de notre production collective d’ordures ménagères », a souligné Éric Maheux, directeur général de la RICBS.  

Des résultats concrets
Depuis près d’un an d’opérations, le procédé TRIOM a démontré :
- qu’il était possible de détourner 40% des résidus ménagers du site d’enfouissement et de réduire réellement les quantités de matières enfouies.
- qu’il est possible de récupérer plus de 70% de la matière organique issue des résidus ménagers, c’est-à-dire 70% de la matière organique générée par les citoyens d’une municipalité. Et ce, sans avoir recours à une troisième collecte.
- qu'il est possible de mettre en place un mode de gestion alternatif des résidus ménagers et de la matière organique accessible à des villes et municipalités de plus petite envergure.

Il importe de préciser que l’enfouissement de matières organiques dans un site d’enfouissement n’a pas comme seule conséquence d’y occuper de l’espace, il est aussi un important générateur de gaz à effet de serre (GES). Le secteur des déchets est responsable de près de 6% des émissions de GES au Québec. En détournant de façon concrète un maximum de matières organiques des sites d’enfouissement, on contribue activement à la réduction des émissions de GES et à l’amélioration du bilan pour le Québec.

Un autre résultat important à souligner : le procédé TRIOM permet un meilleur usage des cellules d’enfouissement qui voient leur durée de vie allongée; représentant ainsi des économies importantes pour les municipalités et pour la société tout entière. En effet, il existe au Québec au total 38 sites d’enfouissement. En 2027, il est anticipé que déjà, 9 d’entre eux soient à pleine capacité. De plus, c’est près de 60% des sites d’enfouissement au Québec qui seront taris dès 2040. Ainsi, toutes initiatives et solutions environnementales performantes qui visent à réduire les quantités de matières enfouies sont donc bienvenues afin de relever l’important défi qu’est la gestion des déchets.

À l’issue de la deuxième phase de caractérisation réalisée en août, les résultats enregistrés par les performances de TRIOM sont équivalents à ce qui avait été anticipé lors de la production de l’analyse de faisabilité du projet. Ces projections avaient été évaluées par Viridis Environnement en partenariat avec l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), le principal partenaire de recherche de l’entreprise dans le cadre de ce projet.

Aujourd’hui, Viridis collabore avec l’Université de Sherbrooke dans le cadre d’un projet programme de recherche afin d’optimiser notamment le procédé TRIOM. La solution TRIOM a reçu la certification internationale SOLARIMPULSE et est actuellement finaliste pour les prix Eurêka d’Écotech Québec, qui soulignent l’engagement des organisations envers une économie plus propre au Québec. Les gagnants seront connus le 21 septembre prochain.

Anecdote : il y a environ un micro onde à chaque camion ... 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Plus de 250 visiteurs chez Groupe Aptas

Ce sont plus de 250 personnes qui se sont déplacées pour la journée Portes  ouvertes, vendredi 23 septembre, dans les différentes usines du Groupe Aptas, que ce soit à Saint Malachie ou à Sainte-Marie. « Cette journée Portes ouvertes est une occasion, pour la population, de découvrir les entreprises  à vocation sociale qui permettent à des ...

Des pétrolières n'avancent pas vers leur cible environnementale, selon un rapport

La plupart des producteurs de sables bitumineux du Canada ont peu progressé vers leur cible de carboneutralité, malgré leurs profits historiquement élevés et leurs faibles dépenses en immobilisations, conclut un nouveau rapport. Selon le document du Pembina Institute, peu de mesures ont été prises par les membres de l'Alliance Nouvelles voies, un ...

23 septembre 2022

C'est l'automne!

Depuis hier, 21 h 03, nous avons officiellement laissé l’été derrière nous pour passer à la saison des belles couleurs, l’automne. En effet, il s’agissait de l’équinoxe.  Rappelons que l’été a été chaud au Québec et que selon les experts de MétéoMédia, la nouvelle saison sera plus chaude que la normale. Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer, ...