Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Statistiques

Les Canadiens utiliseraient moins d'articles en plastique

durée 16h15
29 novembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

De nouvelles statistiques laissent croire que les Canadiens réduisent lentement leur utilisation de pailles et de sacs d’épicerie en plastique avant l’entrée en vigueur le mois prochain de l’interdiction nationale de ces articles.

Le gouvernement du Canada cherche à réduire la pollution plastique intérieure d’ici la fin de la décennie alors que les négociations en vue d’un traité formel sur la gestion des plastiques commencent cette semaine en Uruguay.

Le Canada est l’un des quelque trois douzaines de pays qui font pression pour la conclusion d’un accord international qui mettrait fin à la pollution plastique mondiale d’ici 2040. "Ça suffit", a déclaré le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, dans un tweet.

Environ 22 millions de tonnes de plastique finissent là où elles ne devraient pas chaque année, y compris dans les lacs, les rivières et les océans du monde entier, a précisé le ministre. Au Canada, environ 29 000 tonnes de déchets plastiques, principalement des emballages, qui finissent dans l’environnement chaque année.

D’autre part, 3,3 millions de tonnes supplémentaires de déchets plastiques finissent dans les décharges. Moins d’un dixième du plastique que les Canadiens jettent est en fait recyclé.

Dans le but de réduire tous les déchets plastiques, le premier ministre Justin Trudeau a promis en 2019 que certains plastiques à usage unique seraient interdits en 2021, mais il a fallu au gouvernement un an de plus que prévu pour déterminer quels articles interdire.

Le règlement final a été publié en juin et à compter du 20 décembre prochain, il ne sera plus légal au Canada de fabriquer ou d’importer la plupart des sacs ou des pailles en plastique, ainsi que des bâtonnets à mélanger, des couvercles et des contenants à emporter. Un an plus tard, la vente de ces articles sera également interdite.

La fabrication et l’importation d’anneaux en plastique pour tenir six contenants de boisson seront interdites en juin 2023; leur vente se terminera un an plus tard.

Avant l’interdiction, certains détaillants canadiens se sont éloignés de manière proactive des articles à usage unique. Des détaillants en alimentation ont éliminé les sacs de transport en plastique et de nombreux restaurants ont remplacé les pailles en plastique par d’autres en papier.

Une enquête de Statistique Canada sur les ménages et l’environnement menée tous les deux ans a révélé qu’entre 2019 et 2021, le nombre de Canadiens qui utilisaient régulièrement des pailles en plastique avait légèrement diminué, et que le nombre de Canadiens qui transportaient plus régulièrement des sacs réutilisables lors de leurs courses avait augmenté.

En 2019, 23 % des Canadiens ont déclaré utiliser au moins une paille en plastique par semaine, un nombre qui est tombé à 20 % deux ans plus tard. Le Manitoba est la seule province à avoir résisté à cette tendance, avec 29 % des répondants utilisant au moins une paille par semaine en 2021, contre 26 % en 2019.

Les résidents du Québec ont été ceux qui ont le moins utilisé les pailles, 16 % ayant déclaré en faire usage au moins une par semaine en 2021, un nombre presque inchangé par rapport à 2019.

Statistique Canada a observé qu’en 2021, 97 % des Canadiens utilisaient leurs propres sacs ou contenants réutilisables lors de leurs courses à l’épicerie, une légère augmentation par rapport à 96 % en 2019. Mais le nombre de ceux qui ont déclaré les utiliser toujours est passé de 43 % en 2019 à 51 % en 2021.

Au Québec, plus des deux tiers des personnes ont déclaré qu’elles utilisaient toujours leurs propres sacs pour faire leurs courses, une légère augmentation par rapport à trois personnes sur cinq en 2019.

Le Canada est en pleine consultation pour élaborer des normes nationales sur les produits en plastique en vue de faciliter leur recyclage. Les faibles taux de recyclage du pays sont en partie attribués au fait qu’une grande variété de plastiques est utilisée, ce qui est difficile à gérer pour les installations de recyclage.

Le Canada est l’un des pays les plus gaspilleurs au monde. Les données de la Banque mondiale sur les déchets solides municipaux montrent qu’en moyenne, chaque Canadien jette 706 kilogrammes de déchets chaque année.

Parmi les pays du G7, c’est plus élevé que partout, sauf aux États−Unis, qui rejettent 812 kilogrammes par personne chaque année. En Allemagne, la moyenne est de 609 kilogrammes, en France de 548 kilogrammes, en Italie de 499 kilogrammes, au Royaume−Uni de 463 kilogrammes et au Japon de 399 kilogrammes.

En tenant compte des déchets industriels, électroniques et commerciaux, le Canada se classe en tête du peloton à l’échelle internationale, produisant plus de 36 tonnes de déchets par personne, par année.

Mia Rabson, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des froids polaires et du smog dans la région

Ce matin, les Beaucerons ont dû s’habiller chaudement afin de sortir pour le travail, car une température avoisinant les -30 degrés Celcius s’est fait ressentir. De plus, Environnement Canada lance une alerte de smog sur la région.  Bien que l’on puisse croire que nous avions atteint des températures très basses aujourd’hui, l’on annonce des ...

25 janvier 2023

De la poudrerie et de la neige forte à venir sur la Beauce cette nuit

Environnement Canada prévient la population que la Beauce, tout comme plusieurs régions du Québec, attend des conditions hivernales dangereuses. En effet, il y aura de la neige forte, des vents forts et de la poudrerie qui débuteront tard ce soir. Les conditions s’amélioreront graduellement à compter de la fin de journée de jeudi.  Bien que ...

24 janvier 2023

Nouveau plan directeur de l’eau pour la rivière Chaudière

En 2023, le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) travaillera de concert avec les acteurs pour développer son nouveau Plan directeur de l’eau, un outil de planification pour la gestion des ressources en eau. Pour y arriver, l’organisme organise des consultations avec les différents acteurs du territoire pour déterminer avec eux ...