Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Malgré les réticences de certains citoyens

Voie de contournement à Lac-Mégantic: un appel d'offres lancé pour le début des travaux

durée 18h00
10 octobre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Germain Chartier
email
Par Germain Chartier, Journaliste

Lors de la visite de Pablo Rodriguez, Ministre des Transports et lieutenant du Québec, ce vendredi 6 octobre à Lac-Mégantic, la Municipalité et le Gouvernement ont officialisé le lancement d'un appel d'offres, afin de débuter les travaux préparatoires de la voie de contournement ferroviaire. 

« Je reste de tout cœur avec les citoyens de Lac-Mégantic. Je crois fermement à l’importance du projet de voie de contournement. Ce n’est pas un projet comme les autres et les trains doivent sortir du centre-ville, » a lancé Pablo Rodriguez, lors de la conférence de presse. 

En effet, depuis la tragédie de 2013, le gouvernement du Canada et la Ville de Lac-Mégantic travaillent pour sortir les trains du centre-ville. Afin de faire avancer le projet, le Ministre des Transports a annoncé la signature de deux ententes pour lancer les premiers appels d’offres. 

Ainsi, une entente de contribution a été signée entre le gouvernement fédéral et la Ville de Lac-Mégantic. Celle-ci permettra à la Ville de réaliser des travaux préparatoires à la construction de la voie de contournement.

Ces travaux comprennent notamment la reconstruction et la relocalisation d’infrastructures municipales appartenant à la ville dans le parc industriel. La Ville de Lac-Mégantic sera en charge de la planification et de l’exécution des travaux.

« Ayant obtenu la semaine dernière les autorisations et engagements nécessaires pour procéder, nous confirmons avoir lancé mercredi l’appel d’offres qui permettra de débuter les travaux préparatoires sur nos infrastructures municipales dans le parc industriel. Il s’agit d’un pas concret vers la réalisation du projet attendu depuis 10 ans, » a complété Julie Morin, maire de Lac-Mégantic.

Le gouvernement du Canada a aussi signé une entente de contribution avec la compagnie de chemin de fer Central Maine and Québec Railway Inc. (CMQR), une filiale de Canadien Pacifique Kansas City (CPKC) en vue de la construction du projet de la voie de contournement. L’entente énonce les modalités et les principes fondamentaux selon lesquels l’opérateur ferroviaire réalisera le projet.

Une voie de contournement qui divise toujours autant

La Coalition des victimes collatérales (CVC), groupe composé de plusieurs personnes visées par les expropriations, ainsi que des citoyens inquiets des impacts environnementaux du projet, a également fait savoir qu'ils étaient déçus de ne pas avoir pu rencontrer le ministre.

« Étant donné que notre demande de rencontre pour aujourd’hui (vendredi 6 octobre) n’a pas été acceptée, nous vous écrivons cette lettre. Sachez toutefois que l’invitation pour une discussion franche (basée sur les données), ouverte et constructive est toujours ouverte », a débuté la lettre ouverte de la CVC. 

Le groupe regrette le manque de communication du gouvernement et déplore les risques sur la santé et la sécurité des citoyens du nouveau tracé de la voie de contournement ferroviaire.

« À ce jour aucune évidence (objective et concrète) n’a démontré le bénéfice social ou collectif du projet; au contraire seuls des impacts négatifs majeurs ressortent constamment tels les impacts irréversibles sur la nappe phréatique, sur la qualité de l’eau potable d’un grand nombre de citoyens, sur la destruction permanente et sans précédent de 110 hectares de milieux humides (avec impacts irréversibles sur les écosystèmes et risques accrus d’inondation majeure et de glissements de terrain...), » ont-ils ajouté.

La CVC met également en avant le manque d'acceptabilité sociale de ce projet, qui a récolté un avis négatif lors de la tenue du référendum dans la municipalité de Frontenac.

« 92,5% de la population étant contre le projet, un résultat qui venait simplement appuyer ce que les sondages scientifiques de 2022 avaient déjà démontré: Frontenac : 90,3% contre, Nantes : 88.5% contre, Mégantic 70,5% contre », ont-ils détaillé dans la lettre au Ministre. 

« Il est encore possible d’éviter une autre catastrophe écologique, humaine et financière dans une population qui a assez souffert de la négligence des instances responsables de sa sécurité. N’allez pas créer un autre Mirabel! ».

Désormais, les travaux pourront débuter dès que les appels d'offres auront trouvé preneur.  

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 juin 2024

Les entreprises invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage

Les entreprises de la région sont invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage, qui a pour mission d’aider les producteurs forestiers de la Beauce à effectuer du reboisement adapté aux changements climatiques. C'est le défi qui a été lancé par le président du manufacturier de planchers de bois franc de Saint-Georges, alors que débute la 3e ...

11 juin 2024

Québec lance sa consultation des règles pour les zones inondables

Le ministre de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, Benoit Charette, a annoncé aujourd'hui, par voie de communiqué de presse,  l'intention du gouvernement de moderniser la réglementation liée aux zones inondables, pour protéger davantage la population et réduire la vulnérabilité du territoire ...

10 juin 2024

La cible de 1,5 °C de l'accord de Paris serait dépassée d'ici 2028

L'agence météorologique des Nations unies prévoit qu'il y a 80 % de risques que les températures moyennes mondiales dépassent au cours des cinq prochaines années la cible de 1,5 ° Celsius fixée par l'accord historique de Paris sur le climat. L'Organisation météorologique mondiale a déclaré mercredi que la température moyenne mondiale à proximité ...