Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Septième année d'effort

Berce du Caucase: la lutte, toujours pertinente en Chaudière Appalaches 

durée 15h00
6 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Salle des nouvelles

Les neuf organismes de bassins versants (OBV) de Chaudière Appalaches ont repris la lutte contre la berce du Caucase en mai dernier, et ce, pour une 7e année consécutive.

Les équipes ont déjà entrepris la visite des sites connus pour vérifier la présence de nouveaux plants et, au besoin, les arracher. Les résultats sont encourageants, mais sachant qu’il reste peut-être des graines en dormance au sol, la lutte prend alors toute son  importance. 

Citoyens vigilants, essentiels dans cette lutte 

Comme un seul plant peut produire des milliers de graines qui, une fois au sol, peuvent  prendre plusieurs années avant de pousser, les OBV invitent la population à rester vigilante et à signaler la présence de la berce du Caucase. Qu’elle soit dans les fossés,  dans un champ agricole ou même en forêt, il est possible de signaler sa présence sur le site web www.byebyeberceducaucase.com ou par téléphone à 581-224-6671.

« Les  citoyens et citoyennes de Chaudière-Appalaches sont nos yeux sur le terrain! Avec la grandeur du territoire à couvrir, les OBV de la région ne peuvent pas trouver tous les foyers d’envahissement sans eux », a insisté Véronique Dumouchel, directrice générale du Conseil  de bassin de la rivière Etchemin. 

Objectif « zéro graine au sol » 

L’objectif reste toujours « zéro graine au sol », afin d’épuiser la banque de graines alimentées pendant plusieurs années avant le début de la lutte régionale. Si certaines  colonies sont en bonne voie d’éradication, d’autres restent des chantiers d’envergure. «  Notre équipe régionale agit sur toute la Chaudière-Appalaches et permet de prêter main-forte aux organismes de bassins versants locaux », a commenté Véronique Brochu, directrice générale du Comité de bassin de la rivière Chaudière.

Les protocoles mis en  place permettent heureusement d’éviter que les graines tombent au sol et se dispersent. Toutefois, la vigilance est de mise près des colonies existantes puisque des travaux en champs, des équipements non lavés ou de fortes pluies peuvent disperser les graines de  berce du Caucase sur de longues distances. 

Saison 2023 encourageante 

La saison d’éradication à l’été 2023 a donné des résultats encourageants vers l’objectif d’éradication de la berce du Caucase. L’envahissante est toujours en régression dans la région, et la poursuite de la lutte permet de constater des résultats significatifs. Les signalements ont été peu nombreux, mais ont tout de même permis de découvrir quelques nouvelles colonies. En 2023, on estime que plus de 60 000 plants ont été arrachés, pour  un total de plus de 380 000 plants depuis les débuts de la lutte régionale en 2018. 

L’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches vise à  contrôler et éradiquer cette plante exotique envahissante dangereuse pour la santé humaine et de l’environnement. Cette 2e phase (2022-2025) est financée par de nombreuses organisations unies dans cette lutte en Chaudière-Appalaches, dont le Fonds d’appui au rayonnement des régions, administré par le ministère des Affaires municipales  et de l’Habitation, les 10 MRC de la Chaudière-Appalaches ainsi que d’autres ministères  et organisations. Un plan de sensibilisation et de communication portant sur les risques  à la santé a été élaboré avec la Direction de la santé publique du CISSS. 

La berce du Caucase 

La berce du Caucase peut mesurer de 2 à 5 mètres de hauteur alors que ses feuilles  peuvent atteindre 1,5 m de largeur et 3 m de longueur. À maturité, atteinte en trois à cinq  ans, la plante forme de grandes ombelles de fleurs blanches dès le mois de juillet. D’abord  vertes, les graines vont brunir et tomber au sol. Un seul plant de berce du Caucase peut généralement produire de 15 000 à 20 000 graines, viables de 5 à 7 ans une fois tombée au sol, d’où l’importance d’empêcher leur dispersion pour limiter la propagation de cette plante exotique envahissante dangereuse pour la santé. 

Le danger provient de sa sève, incolore et indolore, qui peut causer des brûlures importantes au contact de la peau. Ces brûlures surviennent dans les 24 à 48 heures après le contact, car la sève, dite phototoxique, s’active sous les rayons UV de la lumière naturelle ou artificielle. 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 17h00

Les entreprises invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage

Les entreprises de la région sont invitées à emboîter le pas à Plantation Mirage, qui a pour mission d’aider les producteurs forestiers de la Beauce à effectuer du reboisement adapté aux changements climatiques. C'est le défi qui a été lancé par le président du manufacturier de planchers de bois franc de Saint-Georges, alors que débute la 3e ...

11 juin 2024

Québec lance sa consultation des règles pour les zones inondables

Le ministre de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, Benoit Charette, a annoncé aujourd'hui, par voie de communiqué de presse,  l'intention du gouvernement de moderniser la réglementation liée aux zones inondables, pour protéger davantage la population et réduire la vulnérabilité du territoire ...

10 juin 2024

La cible de 1,5 °C de l'accord de Paris serait dépassée d'ici 2028

L'agence météorologique des Nations unies prévoit qu'il y a 80 % de risques que les températures moyennes mondiales dépassent au cours des cinq prochaines années la cible de 1,5 ° Celsius fixée par l'accord historique de Paris sur le climat. L'Organisation météorologique mondiale a déclaré mercredi que la température moyenne mondiale à proximité ...