Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Compétition d'homme fort

Sam Lachance : du titre d'homme le plus fort du Canada à l'ambition mondiale

durée 18h00
9 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Germain Chartier
email
Par Germain Chartier, Journaliste

Voir la galerie de photos

Originaire de Saint-Gédéon, Sam Lachance a remporté, le 22 octobre dernier, le titre d'homme le plus fort du Canada dans sa catégorie, lors du championnat canadien de la Strongman Corporation Canada. L'événement se déroulait à Winnipeg au Manitoba. 

EnBeauce.com est allé à sa rencontre afin d'en apprendre un peu plus sur sa passion. 

Lors de sa dernière compétition, et en plus de sa victoire, le Beauceron a battu le record national au soulevé de billots dans la catégorie des 90 kg. Pourtant, la première épreuve n'a pas été une grande réussite pour ce dernier. 

« Déjà, je suis quelqu'un qui compétitionne dans les 80 kg et moins, puis je pèse normalement dans les 200 lb. J'ai dû perdre 30 lb d'eau pour faire la pesée. Ça a été plus difficile que d'habitude car j'étais plus pesant », a expliqué Sam Lachance.

« La première épreuve le samedi, c'était la marche du fermier, avec des poids dans les mains. Ça a moins bien été cette épreuve et j'ai terminé 4e sur 6. Je savais que j'avais du retard à aller chercher ». 

Après ça, Sam Lachance a su continuer à performer sur le reste de la compétition afin d'aller chercher le titre d'homme le plus fort du Canada. Un titre dont il est fier, mais qui le pousse à faire encore mieux. 

« C'est sûr que c'est le fun, mais je me dis, tu pèses juste 80 kg, il y en a qui font encore plus. C'est plaisant, mais on embarque maintenant sur la prochaine marche qui est le niveau mondial et là, ça va être une autre game ».

Une préparation essentielle aux performances

En homme fort, l'entraînement, la préparation et la récupération sont les trois points importants. Cela demande un mode de vie sain et beaucoup de travail. Pour Sam Lachance, ce n'est néanmoins pas un sacrifice. 

« Je vis pour l'entraînement même si je travaille aussi pour la construction à Montréal la semaine. J'ai moins le temps de m'entraîner en semaine, mais quand je rentre la fin de semaine, c'est là que je m'entraîne. Ma blonde est là-dedans aussi donc elle me pousse à y aller. J'ai vraiment la chance de pouvoir faire ce que j'aime », a complété le sportif.

Aussi, la nutrition est une partie importante de l'entraînement de Sam Lachance. Allier entraînement et bonne nourriture est essentiel. 

« Peu importe si tu t'entraînes en homme fort ou culturisme, mais aussi pour la santé en général, le plus important, c'est la récupération, le sommeil, mais aussi la nutrition. Côté entraînement et nutrition, je ne vois pas ça comme des sacrifices. Si je prends l'exemple des party de fête qui arrivent, je n'ai pas l'impression de me priver, car je suis focus sur l'entraînement pour toujours être au sommet de ma forme ». 

Entrer dans le top 10 mondial

« Pour la compétition qui s'en vient, j'aimerais vraiment la gagner. Puis je vais tout faire pour y arriver, ça c'est sûr. J'aimerais aussi pouvoir compétitionner sur la Professional Strongman League (PSL). J'ai déjà mon invitation pour y rentrer, mais pour les autres années, je dois être dans le top 10 mondial chaque année », a détaillé Sam Lachance.

En effet, le sport d'homme fort est un sport qui demande beaucoup de temps et d'argent. Même quand on est professionnel, les compétitions sont parfois très chers. 

« Être dans le top 10 mondial, c'est faire des compétitions, s'entraîner encore plus et pas pouvoir faire autant d'heures à la job. Mais tout ça coûte cher. La prochaine, c'est environ 4 000 - 5 000 $, et les autres, c'est 3 000 $. C'est beaucoup d'argent et on ne peut pas en faire dix par année. Mais évidemment, mon but est de pouvoir vivre de ça », a-t-il conclu.  

Retrouvez notre entrevue vidéo complète avec Sam Lachance ci-dessus.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Beauce Carnaval: la passion transmise de génération en génération

Jacques Vallée, président de Beauce Carnaval, a récemment fait le transfert à ses enfants pour que l'entreprise familiale suive la nouvelle génération. C'est d'ailleurs son propre père, Florian Vallée, qui a fondé cette entreprise d'amusement en 1953. Il a commencé par animer un petit manège au Lac Poulin. « Les gens capotaient, ils n’avaient ...

Une pleine église pour l'abbé Laval Bolduc

Plus de 300 personnes ont assisté, hier, à une messe spéciale marquant le Jubilé de diamant sacerdotal de l'abbé Laval Bolduc. La cérémonie s'est déroulée en l’église Saint-François d'Assise de Beauceville, en présence de membres de la famille, d'amis et de plusieurs prêtres collègues de la région. L'appel au service lui est venu «dès la 3e ...

Une journée festive au profit des Amputés de guerre

La Journée festive organisée par les deux amies Johanie Breton et Katherine Fecteau au profit de l'Association des Amputés de guerre aura lieu dans une semaine. Léa, la fille de Katherine Fecteau, est âgée de deux ans et demi et est née sans avant-bras gauche. Pour pouvoir grandir comme les autres et découvrir un grand nombre d'activités, elle ...