Publicité

30 avril 2020 - 10:40

États financiers

Un surplus de 401 720 $ pour l'année 2019 de Saint-Victor

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Toutes les réactions 3

La Municipalité de Saint-Victor a déposé ses états financiers 2019. Ainsi, 5 025 524 $ en revenus ont été encaissés et 4 623 804 $ ont été autorisés en dépenses. Saint-Victor se retrouve avec un surplus de 401 720 $. 

Le maire Jonathan V. Bolduc s’est montré satisfait de ces résultats : « Au cours des années récentes, nous avons travaillé à mieux aligner la taxation avec les réels besoins de la Municipalité - ainsi, tout en réalisant des projets majeurs en les payant comptant autant que possible, on a réussi à plafonner la taxe foncière, et même pour cette année à réduire la taxe de matières résiduelles. Merci à mes conseillers ainsi qu’au personnel municipal pour leurs efforts à optimiser l’utilisation des deniers publics. » 

Le contrôle de la dette est un engagement important pour le conseil municipal : « Le ralentissement économique lié à la COVID-19 aura un impact grave pour les gouvernements », a affirmé le maire Bolduc. Il ajoute : « Pour nos municipalités, cela pourrait se traduire par un ralentissement de la croissance des revenus, sans pour autant que nos dépenses ne soient moindres. La détermination de notre administration à abaisser la dette, qu’on a réduite de moitié au fil des ans, nous donne plus de lousse pour faire face aux imprévus et éviter autant que possible de devoir puiser davantage dans nos poches à nous tous, citoyens contribuables. »

COVID-19 - Aucun intérêt sur solde dû 

Par ailleurs, dans le but d’aider la population à passer au travers de la crise de la COVID-19, la Municipalité ne charge aucun intérêt pour tout solde dû en l’année financière 2020, et ce, d’ici au 30 juin, et cela pourra être prolongé selon l’évolution de cette situation qui change constamment. 

Investissements majeurs en 2020 

Les projets prévus pour cette année avoisinent 5 M$ et consisteront notamment en la construction d’une surface multisports ainsi que le renouvellement de matériel roulant. De plus, suivant l’engagement des élus de continuer à investir dans les infrastructures, la réfection complète de la rue du Séminaire (les 3-Côtes), qui était prévue l’an dernier, a été reportée à cette année en raison de délais survenus dans la préparation des plans et devis - les travaux toucheront à la structure de la route ainsi que l’aqueduc et les égouts sur une distance de 1,1 km et bénéficient d’une subvention du gouvernement du Québec avec le Programme d’infrastructures municipales d’eau (PRIMEAU). 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Je ne peux plus supporter les arguments de notre maire Bolduc concernant les surplus de chaque année. Je vais vous donner les vrais raisons des surplus de chaque année. Depuis la fin de la deuxième année comment maire la municipalité a bénéficié des paiements effectués sur trois règlements d’emprunt qui se sont échus, soit un paiement sur le réseau d’aqueduc approximativement de prêt de 200 000$ par année, ainsi que le règlement d’emprunt de la construction de la bibliothèque et un autre pour un camion. Tous ces paiements sur ces règlements n’ont pas été déduit sur le paiement de nos taxes et ont été gardés comme surplus à chaque année. En plus avec tous les travaux qui ont été fait, payé cash, on se retrouve avec un surplus de plus de 400 000$pour l’an 2019 même si nos taxes ont baissées l’an dernier. Je ne suis pas contre de ce fait, même si je ne suis pas sûr que c’est légal. Ça c’est de la politique telle que nos gouvernants le font. Dernière remarque, je tiens à prévenir les citoyens connectés au réseau d’aqueduc et d’égout que c’ eux qui ont payés la plus grosse partie de ces surplus et que cela doit leur revenir. S.V.P. faite part de mon commentaire aux autres contribuables. Merci.

    Roland Giguère - 2020-04-30 20:11
  • @M. Roland Giguère

    Pourtant, on eu l’occasion de détailler tout ça à maintes reprises.

    Comme ce fut indiqué lors des séances, dans le VIC Action ainsi que dans les médias de la région depuis 5 ans, on a spécifié que le conseil municipal a créé une réserve annuelle à partir de la taxe du secteur desservi (village), pour éviter d’endetter la Municipalité lors de la modernisation des infrastructures d’aqueducs et d'égouts. Par exemple, le montant ajouté à cette réserve était de 217 721 $ pour 2018.

    C’est une façon de faire appliquée par plusieurs autres municipalités - ici, ce sont des fonds réservés pour des travaux à venir, l’an dernier pour la centrale de traitement de l’eau potable (2,3M$ et aucune dette sous responsabilité municipale) et la réfection des 3-Côtes à venir. Pour des travaux de cette importance, soit on met de l’argent de côté, ou soit on s’endette - nous avons choisi de mettre des fonds de côté et payer comptant, en tout ou en partie, quand c’est possible.

    Bien respectueusement, vous aviez posé cette même question lors de la séance du conseil de Saint-Victor de novembre 2015, que vous pouvez revoir en intégral sur BeauceTV. La réponse demeure la même. Pour nous c’est une question de planification, annoncée depuis longtemps.

    Jonathan V. Bolduc - 2020-05-01 10:01
  • La qualité de gestion d’un conseil municipal ne se mesure pas en fonction des surplus mais plutôt en fonction de l’état des infrastructures. Accumuler des surplus pour payer cash alors que les taux d’intérêts sont bas n’est pas l’idée du siècle. Attendre 4-5 ans pour amasser des fonds = hausse des coûts de réalisation des projets.

    Marie - 2020-05-01 12:56