Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sondage EnBeauce.com

Chasse: 40% des répondants la pratique, le tiers mangent la récolte et le quart sont contre!

durée 16h15
30 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sylvio Morin
email
Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

À la question de la semaine du sondage-maison en ligne d'EnBeauce.com, Pratiquez-vous la chasse?, la compilation des réponses reçues se divise grosso modo en trois blocs.

D'abord, toutes chasses confondues (gros et petit gibier, oiseaux migrateurs), plus de 40% des répondants pratiquent ce loisir, la chasse au gros gibier venant de loin en tête parmi les amateurs de l'activité.

Et, sans surprise , les chasseurs sont prédominants devant les chasseuses, dans un rapport d'environ un pour six, selon les résultats de notre enquête non scientifique,

Par ailleurs, un peu moins de 30% ne s'adonnent pas à la chasse, mais aiment bien savourer le fruit des récoltes, à raison de 18% chez les hommes et de 11% chez les femmes.

Enfin, le quart des répondants s'opposent à la chasse, estimant la coutume «barbare». Autant de femmes que d'hommes ont choisi cette réponse.

Retombées économiques
Selon les données les plus récentes (2018) du gouvernement du Québec, les adeptes de la chasse (+ de 300 000), de la pêche (+ de 650 000) et du piégeage (7 500) dépensent 1,6 milliard de dollars par année pour effectuer leurs activités.

Cela soutient la production de biens et services à hauteur de 946 M$ dans le produit intérieur brut (PIB) du Québec. La dépense totale la plus importante, soit 803 M$, provient des pêcheurs. Ils sont suivis de près par les chasseurs, avec 796 M$. Les piégeurs ferment la marche avec des dépenses de 29 M$.

De même, la chasse à l’orignal (192 M$), au petit gibier (128 M$) et au cerf de Virginie (102 M$) représente 91,8 % des retombées économiques de la chasse au Québec.

Par ailleurs, 12 250 emplois équivalent temps complet (ETC) sont créés ou maintenus grâce à ces activités. La majorité de ceux-ci, soit 6 337, relèvent de la chasse.

Enfin, selon le gouvernement du Québec, le nombre d’amateurs de la chasse, de la pêche et du piégeage est en baisse depuis 2012. La diminution est plus marquée chez les personnes qui pêchent. Les raisons principales sont le vieillissement de la population et l’abandon progressif de l’activité par les baby-boomers.

Pour renverser cette tendance, la province poursuit et diversifie ses efforts. Il fait notamment la promotion de ces activités auprès de la relève pour attirer de nouveaux adeptes.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


13 juillet 2024

Toujours aucune lumière au bout du tunnel

Les employés du Service des loisirs et de la culture de Ville de Saint-Georges, représentés par la Centrale syndicale CSN, en sont maintenant rendus à presque quatre mois et demi de grève. La Convention de travail est échue depuis deux années, et selon ce qu’on m’a dit, il n’y a eu que deux rencontres entre la partie patronale et syndicale depuis ...

16 juin 2024

Piste cyclable: si près du but

L'auteur de cette lettre à l'éditeur s'interroge pour quelles raisons les autorités tardent à construire le pont, qui enjamberait la rivière Calway entre Beauceville et Saint-Joseph-de-Beauce, pour compléter la piste de la Véloroute de la Beauce. Aimez-vous le cyclisme, le patin à roues alignées, la marche, la course, le quadriporteur? Eh bien ...

6 juin 2024

Jour J: un devoir de mémoire même après 80 ans

Il y a vingt ans aujourd'hui, je recevais un appel complètement inattendu: celui de Maurice Loriot, le père de mon bon ami Français, Philippe. C'était alors le 60e anniversaire du débarquement de Normandie, le fameux Jour J, qu'il avait vécu. Il voulait simplement, mais sincèrement, me remercier, en son nom personnel et au nom de ses ...