Publicité

22 juin 2021 - 06:00

Subvention canadienne

L'ACEF-ABE met en garde contre des arnaques d'entreprises pour des maisons plus vertes

Par Salle des nouvelles

L'Association coopérative d’économie familiale Appalaches-Beauce-Etchemins (ACEF-ABE) met en garde contre les arnaques liées à la nouvelle subvention canadienne pour des maisons plus vertes. Nous retransmettons ici l'intégralité de leur communiqué à ce propos.

Justin Trudeau annonçait le lancement de la subvention canadienne pour des maisons plus vertes le 27 mai dernier. Cette dernière visait divers travaux de rénovation, dont le remplacement de portes et de fenêtres, l’isolation, l’amélioration des systèmes de chauffage et de climatisation. Déjà, des vendeurs malveillants ont profité de la situation pour arnaquer les consommateurs de la région.

En effet, certaines sollicitations, par des vendeurs itinérants, ont déjà été portées à l’attention de l’Association coopérative d’économie familiale Appalaches-Beauce-Etchemins (ACEF-ABE). Ces commerçants utilisent cette nouvelle subvention afin de convaincre les consommateurs d’acheter leurs produits, alors même qu’ils savent que le client ne remplit pas les critères pour y avoir droit. Certains vont même jusqu’à « gonfler » leurs prix afin d’indiquer au contrat une réduction pour ladite subvention.

Sachez toutefois qu’au Québec, pour bénéficier de ce programme, vous devez impérativement passer par le programme RénoClimat. Cela dit, afin de recevoir votre chèque d’aide financière, certaines formalités doivent être respectées, dont deux évaluations énergétiques, avant et après travaux, effectuées par un conseiller évaluateur RénoClimat. Vous aurez accès à l’un de ces conseillers autorisés en envoyant votre formulaire de demande de rendez-vous. Si vous avez un doute quant à votre qualification au programme ou si vous souhaitez vérifier que l’entrepreneur est autorisé à faire l’évaluation énergétique, n’hésitez pas à contacter la ligne de RénoClimat au 1 866 266-0008.

Les vendeurs itinérants utilisent souvent des techniques de vente sous pression, alors n’hésitez pas à prendre le temps nécessaire afin de réfléchir à l’offre que l’on vous propose et à comparer les prix avant de signer un contrat. De plus, même si vous avez déjà signé un contrat avec un vendeur itinérant, vous bénéficiez d’un délai de 10 jours afin de résoudre le contrat. Dans certaines conditions, ce délai peut aller jusqu’à un an. L’ACEF-ABE vous rappelle qu’elle est présente si vous avez besoin d’accompagnement et d’information juridique quant à vos droits et obligations en tant que consommateurs. 

Les problèmes liés à la vente itinérante sont dénoncés depuis des années par l’ACEF-ABE. C’est pourquoi nous ne pouvons que nous réjouir du mandat qui a été confié à l’Office de la protection du consommateur (OPC) par le ministre de la Justice, M. Simon Jolin-Barrette. Ce dernier a mandaté l’OPC afin qu’elle mène une consultation quant à une éventuelle révision législative des articles sur la vente itinérante.

L’Union des consommateurs, dont l’ACEF-ABE est membre, a également soumis un mémoire sur ses positions quant aux modifications proposées par l’OPC. Nous espérons voir le dossier soumis à l’Assemblée nationale du Québec d’ici la fin de l’année.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.