Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Avec de nombreux projets

Bilan 2023 : « Ma plus belle année », dit Samuel Poulin

durée 17h00
14 décembre 2023
Germain Chartier
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Germain Chartier, Journaliste

Le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, a dressé, ce jeudi 14 décembre, son bilan des réalisations pour l'année 2023. Entre le complexe multisports, l'enquête sur le prix de l'essence, la Maison des Aînés de Saint-Martin ou encore le lancement du programme de Techniques policières au Cégep Beauce-Appalache, l'année a été bien remplie. 

Samuel Poulin en a également profité pour commenter les récents dépôts des projets de stade de soccer de la Ville de Saint-Georges et du gymnase double du Cégep. 

« L'année 2023 a été une grosse année pour le comté de Beauce-Sud. Puis j'ose le dire, ça a été la plus belle année de ma carrière professionnelle », a expliqué le député.

En effet, la liste des projets ayant abouti depuis l'automne dernier est assez longue : la rénovation et l'agrandissement de l'urgence de l'Hôpital de Saint-Georges, l'arrivée de Technique policière au Cégep, l'ouverture du complexe multisports et de la Maison des Aînés de Saint-Martin. Il faut également mentionner l'enquête ouverte sur le prix de l'essence en Chaudière-Appalaches qui a permis de faire baisser les prix à la pompe. 

« En toute humilité, le prix de l'essence ça prenait du courage. Je ne vais pas vous dire que je suis toujours bien reçu quand je vais tanker mon auto actuellement à Saint-Georges. Certains adversaires ont ri de moi, m'ont traité de tous les mots du monde. Mais j'étais convaincu que Saint-Georges payait trop cher depuis des années. Mais ça me prenait des chiffres et des données. Puis finalement, la régie de l'énergie dans deux rapports, confirme que j'avais raison, sur Chaudière-Appalaches et Beauce-Sartigan, au niveau de la marge de profit », a-t-il détaillé.

Le complexe multisports : un dossier long et difficile

Sur le dossier de la nouvelle piscine de Saint-Georges, le député ne cache pas son acharnement afin de pouvoir aller jusqu'au bout, malgré le dépassement de coût. 

« Quand j'arrive au gouvernement en 2018, on m'explique que ce n'est plus au Ministère de l'Éducation à faire des piscines, mais aux villes de les faire. Je me suis donc remis au travail, car c'était une promesse électorale et la cité étudiante en avait besoin. Le Ministre de l'Éducation à l'époque, Jean-François Roberge, a accepté de me signer un décret de 24 M$, et on est les seuls au Québec », a ajouté Samuel Poulin

« Puis finalement, on s'en va en dépassement de coût pour passer à 36 M$. J'appelle alors la Ville de Saint-Georges, qui avait promis 5 M$, pour leur demander 6,5 M$. Ils ont accepté bien que le gouvernement prenne en charge 85 % du projet. Donc je suis très fier de ce projet ». 

Un regret sur la non-entente de la Ville avec le Cégep

Pour rappel, la Ville de Saint-Georges et le Cégep Beauce-Appalaches avaient eu des discussions afin de proposer un seul et même projet d'infrastructure sportive. Au final, ce sont bien deux projets bien distincts qui se retrouvent sur la table du gouvernement, pour une enveloppe totale de 300 M$ pour l'ensemble du Québec.

« Ce qui est arrivé dans les discussions qu'on a eues cette année avec le Cégep et la Ville, c'est que pour eux (Cégep), le soccer était très niché, parce que ce n'est pas vrai que tous les étudiants du Cégep font du soccer. Ils ont dit avoir besoin de terrains de basket et de volley-ball, ainsi qu'un mur d'escalade. La Ville, elle, voulait un stade de soccer et c'est correct. Mais c'est sûr aussi, que l'on vient d'avoir 36 M$ pour une piscine que peu de personne ont au Québec », a-t-il commenté.

Le député de Beauce-Sud regrette également l'abandon du projet de salle de spectacles de la Ville de Saint-Georges.

« Je suis en faveur des infrastructures sportives et culturelles. J'ai suis d'ailleurs en faveur d'une salle de spectacle, puis j'ai toujours demandé à la Ville un projet. Je me suis jamais gêné de ça. Ce n'est pas vrai qu'on n'a pas de subventions, ce n'est pas vrai qu'on n'a pas d'intérêt. Je leur (la Ville) ai demandé, mais ils n'ont pas d'intérêt là-dessus. Tout ça pour dire que moi, je vois d'un bon oeil tous les projets, puis je vais essayer de les faire avancer dans ce mandat ».

Pour l'année à venir, Samuel Poulin confirme de nombreux nouveaux projets, notamment sur les sujets d'économie et de santé.

« Pour 2024, il va falloir avoir une vigilance accrue sur l'économie et sur la santé financière de nos entreprises. J'ai plusieurs projets économiques sur la table qui concernent les entreprises, donc ça, c'est très important. Puis le sujet de la santé, le vieillissement de la population et les rénovations à venir à l'urgence de l'Hôpital » a-t-il conclu.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 6h00

Journée nationale de l’érable: le projet de loi franchit une première étape

Le projet de loi, visant à désigner annuellement chaque 3e dimanche du mois d’octobre comme Journée nationale de l’érable au Québec, a franchi une première étape, mercredi, sur le parquet du Salon Bleu de l’Assemblée nationale. Le document a obtenu une adoption du principe, poussé par l'instigateur de la démarche, le député de Beauce-Sud, Samuel ...

19 février 2024

Élections Québec va enquêter sur des dons faits à la CAQ

Élections Québec va enquêter sur deux dons de 100 $ effectués par un couple endeuillé qui voulait rencontrer la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, lors d’un cocktail de financement.    «Des informations publiques nous laissent croire que les deux contributions auraient été faites en échange d’une contrepartie, rendant ainsi ces ...

13 février 2024

Protection face aux inondations: 975 000$ octroyés à Sainte-Marie

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a annoncé, par l'intermédiaire d'un communiqué, un soutien financier de 975 000 $ à la Ville de Sainte-Marie, pour face aux risques d'inondations. Cette nouvelle somme permettra d'acquérir des connaissances nécessaires à la mise en place de projets de réaménagements résilients. « Le ...