Publicité
8 mars 2020 - 04:00

Démystifier le monde de l'aviation

Toutes les réactions 4

Démystifier
le monde de l’aviation

Je suis Hugues Drouin, pilote depuis 1977. Ma passion, c’est l’aviation et j’aimerais par le biais de mes articles démystifier ce domaine qui est valorisé par certains et craint par d’autres. De plus en plus de gens ont l’occasion de prendre l’avion et plusieurs sont craintifs soit à cause d’expériences traumatisantes, soit simplement à cause de méconnaissances.

Je me propose donc de vous parler de différents points précis qui touchent l’aviation en général. De plus, vous pourrez m’envoyer vos questions  afin que je puisse y répondre et ainsi satisfaire la curiosité de plusieurs.

Ma passion pour l’aviation a débuté lorsque j’étais très jeune. Regarder passer un avion était pour moi source d’émerveillement et de curiosité. À l’âge de 4 ans, j’ai eu mon baptême de l’air, à l’aéroport de l’Hôtel Arnold… Je m’en souviens encore! Puis à 16 ans, mon frère Jeannot et moi avons pris place dans un hydravion, propriété de Laurent Lapointe, pour un décollage sur la rivière Chaudière. Quelles sensations!

Lors de l'amerissage, j'ai dit à mon frère que je voulais devenir pilote. Il m'a répondu: « Moi également, mais voilà, cela coûte des sous et je n’en ai pas beaucoup. »

Je travaille comme plongeur dans des restaurants pendant 2 ½ ans pour économiser environ 1,500 $ pour mon cours de pilote.

Le tout débute au printemps 1977. Je parle de mon projet à mon père Aurèle qui vient d’avoir 50 ans, Il m’encourage dans mon projet en s’inscrivant lui-même au cours. Nul besoin de vous dire que les discussions autour de la table portent souvent sur le domaine de l’aviation.

Pour me payer ce cours, pas question de dépenser trop ailleurs. Je voyage à bicyclette à l’aéroport de St-Georges en passant par la 10e rue Ouest (non-asphaltée en 1977…)

À mesure que les cours progressent, j’y découvre un univers des plus fascinants: météo, navigation, théorie de vol, mécanique, etc.

Après trois mois de cours théorique et une quarantaine d’heures de vol, j’obtiens, tout comme mon père, ma licence de pilote privé.

Mon père décide de faire l’acquisition d’un petit appareil Cessna 150, deux places. Mon frère et moi en devenons également co-propriétaire à 33 % chacun pour une somme de 7,500 $ au total.

Nous rembourserons notre père sur une courte période en travaillant toutes les fins de semaine pour payer l’avion et les frais pour faire voler l'appareil.

Cela ne se fait pas sans petits sacrifices qui impliquent, entre autres, de ne pas acquérir de voiture, de limiter mes sorties dans les bars et restaurants, mais cela est amplement compensé par l’ivresse de voler.

Mon frère Jeannot obtient son brevet de pilote l’année suivante. Nous voilà trois pilotes dans la famille. Toutes les raisons sont bonnes pour voler ensemble et découvrir de nouveaux horizons.

Je veux travailler dans ce domaine, mais j'ai un problème de vision important à l'œil gauche (astigmatisme) qui vient éliminer ce choix de carrière, à mon grand désappointement.

Pas grave, je vais étudier pour me trouver un travail intéressant et voler pour me faire plaisir.

L’aviation fait partie de notre famille. Même mon petit frère Simon prenait souvent place dans l’espace réservé pour les bagages. Trois frères en vol!

Après ses études en médecine, Simon décide également d’obtenir son brevet de pilote, ce qui nous amène à changer d’avion pour un Cessna C177 Cardinal à quatre places.

L’aventure continue et finalement, mon fils François obtient également son brevet de pilote en 2016. Nous possédons tous notre avion et volons souvent ensemble en formation, en plus des nombreux voyages effectués en peu partout en famille.

Voilà, ma petite histoire. Elle ressemble à celle de beaucoup de gens qui croient, comme moi, en leurs rêves et en leur passion et qui prennent tous les moyens possibles pour les réaliser.

Dans mon prochain article, je vous parlerai plus spécifiquement des différentes façons d’obtenir sa licence de pilote et des étapes pour y faire carrière.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • J’ai obtenu mon brevet de pilote en 1993 à l’âge de 28 ans. La sensation de se retrouver dans les airs, rien n’est comparable!

    France Bergeron - 2020-03-08 06:37
  • bravo Hugues . une autre belle façon de te donner comme tu le faisais en enseignement. Je suivrai tes chroniques pour m'instruire sur le sujet. Merci
    Denis ex-collègue

    Denis Pouulin - 2020-03-08 07:18
  • beau reportage et intéressant

    Roger Mathieu - 2020-03-08 11:28
  • Belle histoire ..... que de souvenirs !!!
    Bel article intéressant et captivant
    Merci beaucoup
    J'ai tellement de beaux souvenirs à avoir vu voler le cesna vert dans le ciel quand j'étais jeune... mon père disait toujours ; "regardez les gars .. c'est monsieur Mr.Drouin!"
    J'attends ton prochain article Hugues
    Merci

    Yves - 2020-03-10 01:02