Publicité
8 janvier 2019 - 14:48 | Mis à jour : 15:10

Une première bataille gagnée contre la berce du Caucase

Les résultats de la première année d’opération du projet Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches ont démontré toute la pertinence de celui-ci. C’est ainsi que tout au long de la période estivale, neuf équipes se sont déployées sur l’ensemble du territoire afin d’éradiquer la berce du Caucase.

Géré conjointement par les neuf organismes de bassins versants (OBV) de la Chaudière-Appalaches, le projet a été réalisé par le coordonnateur régional. Sous l’égide de ce coordonnateur, les équipes locales d’intervention ont été formées afin de mieux répondre aux besoins de la communauté.

En plus des colonies déjà recensées au fil des ans, c’est plus de 70 autres qui ont été répertoriées dans la région de la Chaudière-Appalaches grâce au système de signalement par lequel les citoyens et les intervenants municipaux peuvent transmettre leur signalement de colonies de berce du Caucase.

Dès les premières poussées de croissance de la plante au début juin, les équipes d’intervention locales étaient à l’œuvre pour valider les signalements reçus, sensibiliser la population et les intervenants municipaux aux dangers que peut représenter la berce du Caucase pour la santé humaine et la biodiversité et procéder à l’éradication de cette espèce envahissante nuisible. Dans la majorité des cas, les plants ont été retirés manuellement, mais les équipes locales eurent parfois à recourir à la lutte chimique dans les cas les plus sévères.

L’élimination prioritaire de plants matures aura su venir à bout de bien des colonies en évitant la propagation des semences de la berce du Caucase. Grâce à la coordination régionale dans ce projet de lutte contre celle-ci, des dizaines de milliers de plants ont été éliminés aux quatre coins de la Chaudière-Appalaches, dont tous les plants matures étaient déjà connus des autorités locales. En effet, une lutte était déjà entamée depuis plusieurs années dans les secteurs du ruisseau Fourchette et de la rivière Boyer.

Le succès de cette lutte repose sur la participation de chacun qui peut signaler, par l’entremise du formulaire de signalement au bas de la page Berce du Caucase sur le site Internet de la ville de Lévis ou en contactant sa municipalité ou l’OBV de sa région, un plant ou une colonie de berce du Caucase. En 2018, ce sont plusieurs citoyens, producteurs agricoles et autres intervenants actifs sur le terrain qui ont contribué à lutter efficacement contre cet envahisseur. Le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) compte sur la collaboration de la population pour réussir à la contrôler.

L’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches est financée à hauteur de 969 000 $ sur trois ans (2018-2021) par le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) et couvre l’ensemble de la Chaudière-Appalaches, c’est-à-dire 10 MRC et 136 municipalités. Le projet est une initiative du Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches (http://obv-ca.org/) et est coordonné par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC).

Rappelons que les OBV sont des organismes mandatés par le gouvernement en vertu de la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et favorisant une meilleure gouvernance de l’eau et des milieux associés. En concertation avec les acteurs de l’eau de leur territoire, ils élaborent et assurent le suivi d’un plan directeur de l’eau.

 

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse communiques@enbeauce.com afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.