X
Rechercher
Publicité

Le célèbre chef se trouvait parmi les convives réunis lors du dernier souper-bénéfice de Beauce Art

Jean Barbeau : quand un chef cuisine pour Jean Soulard

durée 18h00
6 juin 2019
Johanne Mathieu
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Johanne Mathieu, Journaliste
2ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

À l’occasion de l’édition 2019 du souper-bénéfice de Beauce Art : l’international de la sculpture, le jeudi 30 mai dernier, le chef du Georgesville, Jean Barbeau, a eu non seulement la tâche de concocter un menu pour 250 convives, mais aussi pour un invité de marque : Jean Soulard, une sommité dans le domaine.

À lire également : 
Souper-bénéfice de Beauce Art : une fusion entre l’art et les saveurs

Le chef du Georgesville a mentionné avoir ressenti une certaine pression de savoir que M. Soulard se trouvait parmi les invités, mais sans plus de nervosité.

« Moi, étant plus jeune, Jean Soulard, c’était une sommité et ça l’est encore aujourd’hui. D’avoir l’honneur de lui servir un repas, c’est agréable », a-t-il d’abord mentionné.

Selon lui, le but était de ne pas décevoir les convives.

M. Barbeau et son équipe ont également eu la chance de le recevoir dans la cuisine du Georgesville. Ceux-ci ont d’ailleurs immortaliser le moment sur photo.

« Il était content de voir que le restaurant où on est rendus, ici en Beauce, c’est bien, avec le nombre de personnes qu’on a avec nous, la grosseur de l’hôtel, l’équipement, les patrons », a indiqué le chef.

Un menu concocté à la hauteur du célèbre chef

Tartare de bison et de bison fumé, pickles de cipollinis, ketchup à la betterave, légumes de saison, mille feuilles de veau au bleu d'Élizabeth, purée de champignons et têtes de violon, crème brûlée chocolat et framboises…

Le menu concocté par M. Barbeau n’avait rien à envier aux grands chefs de la ville et de ce monde et a sûrement fait honneur à Jean Soulard et aux autres convives. Plusieurs jours ont été nécessaires à la préparation du menu, avant que celui-ci ne soit soumis au comité de Beauce Art jusqu’à sa version finale.

Le chef du Georgesville a su marier habilement les saveurs d’érable, d’aneth, de coriandre, de cipollinis marinés notamment pour faire ressortir le goût des aliments qui avaient été choisis. Le menu a d’ailleurs su bien respecter le thème de Dérives et délices grandeur nature de cette 6e édition de Beauce Art : l’international de la sculpture et a sans aucun doute ravi bien des papilles.

Jean Barbeau savait que, durant tout le repas, l'agencement et l'harmonie des aliments s'alliaient bien dans l'ensemble.

«  Il y a du monde qui faisait : “Hein, des champignons avec des betteraves, des cipollinis et une émulsion à l’aneth.” Un coup qu’on ferme les yeux et qu’on se laisse guider par l’assiette, je pense que les saveurs étaient là, le goût était là », a-t-il affirmé.

Au cœur de la création

La création a toujours été au cœur du parcours de Jean Barbeau, puisqu’avant de choisir la restauration, celui-ci voulait devenir… couturier!

« Dans ce temps-là, à l’époque, en 1981, c’était un peu mal vu. Disons que ce n’était pas aussi ouvert qu’aujourd’hui. J’avais bifurqué en cuisine, j’avais un côté très créatif », a expliqué M. Barbeau.

Celui qui a commencé comme plongeur, puis commis, a fait depuis son chemin avec persévérance et passion.

« Je rêvais un jour d’être chef et j’ai pu le devenir », a-t-il simplement dit.

Aujourd’hui, Jean Barbeau souhaite mettre pour ainsi dire la ville de Saint-Georges sur la carte, car selon lui, la cuisine d’ici vaut bien celle des grandes régions.

« [On essaie de] jouer avec tous les produits qu’on a, il y en a de plus en plus sur le marché. On essaie de faire affaire avec certains producteurs. Plus ça va et plus ça se développe. Ici, en Beauce, on surprend du monde. Moi, c’est ça que j’aime », a confié celui-ci.

Le chef travaille maintenant depuis 10 ans pour le Centre de congrès du Georgesville. Il a conclu en disant que le défi, lorsqu’il est arrivé à Saint-Georges, était de redonner le fleuron de la restauration à la région. On peut dire mission accomplie!

commentairesCommentaires

2

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • YD
    Y. D.
    temps Il y a 2 ans
    Bravo Jean!
    Tu n'as en effet rien à envier aux chefs de restaurants renommés.
    Que de chemin parcouru depuis ton arrivée à Saint-Georges au Georgesville!
    Et tu ne cesses de faire ta marque.
    On contInue un autre 10 ans?
    Pourquoi pas?
  • MCC
    Marie Claude Cantin
    temps Il y a 2 ans
    Félicitations Jean...fait longtemps que t'aurais dû avoir un article du genre en ton nom. Ça devait être excellent. Bravo..xxx

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Mieux connaître la police: rencontre avec Guy Cliche

Dans le cadre de la Semaine de la police, sur le thème « Mieux se comprendre : la police et le citoyen », EnBeauce.com a rencontré six membres des forces de l'ordre afin de démystifier le métier et découvrir qui se cache derrière ces uniformes. Aujourd'hui, découvrez le capitaine Guy Cliche, directeur du Centre de services de Saint-Georges. Après ...

durée Hier 15h00

COVID-19 : un décès en Chaudière-Appalaches

Selon le bilan de la Santé publique régionale, il y a seulement un nouveau décès liée à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches. La personne décédée résidait dans la MRC de Montmagny. Depuis le début de la pandémie un total de 665 personnes sont décédées.  Voici quel était le portrait ce matin dans les quatre centres hospitaliers de la région ...

durée Hier 12h00

La Corporation de développement communautaire Beauce-Etchemins a 30 ans

La Corporation de développement communautaire Beauce-Etchemins (CDC BE) soulignait hier soir ses 30 ans d’existence, dans le cadre d’une soirée sous le thème de Perles et Bulles. « Trente ans pour nous c’est l’avenir. Ça fait 30 ans qu’on existe, on est bien positionné dans la communauté, on est présent pour les organismes et la population. Alors ...