Publicité

17 décembre 2019 - 18:00 | Mis à jour : 18 décembre 2019 - 16:57

Les plus jeunes recrues de la nouvelle cohorte

Deux femmes s'ajoutent à l'équipe du service d'Incendie de St-Georges

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le service d’Incendie de la Ville de Saint-Georges a accueilli au sein de son équipe six nouveaux pompiers volontaires à temps partiel. Les deux plus jeunes recrues sont deux femmes qui n’ont pas eu peur de foncer et qui sont impatientes de vivre leur première intervention.

Dans la vie de tous les jours, Lizanne Madore, 23 ans de Saint-Georges est paramédic à temps partiel, tandis que Joanie Tremblay-Pelletier, 21 ans de Lévis est étudiante en Technique d’éducation spécialisée. Cette dernière détient sa formation de pompière qu’elle a suivie au Centre de formation professionnelle de Neufchâtel à Québec.

Rien n’est impossible

En tant qu’ambulancière, Lizanne a fait des stages avec le service incendie. C’est en les observant qu’elle a eu l’envie de se lancer se disant qu’elle était aussi capable de faire tout ce qu’ils font. Pour sa part, Joanie a été captivée pendant quinze ans par les histoires d’un ami à sa mère qui lui racontait ses interventions en tant que pompier. La recrue a passé une journée avec les pompiers de Lévis et c’est à ce moment qu’elle a eu la conviction que c’était son avenir.

Aucune surprise de l’entourage

Joanie raconte avec un sourire que lorsqu’elle a appris à sa famille qu’elle suivrait sa formation tous étaient très heureux de la nouvelle :

« Ça faisait trois ans que je repoussais de rentrer pompier parce que la vie a fait en sorte que je ne pouvais pas y aller toute de suite. Mes parents m’ont toujours motivé là-dedans. Donc, quand j’ai commencé mon cours, ils étaient très contents pour moi et m’ont aidé. Mon père s’entraînait avec moi pour faire les tests physiques et tout. »

Les gens autour de Lizanne ont réagi positivement à l’annonce qu’elle porterait un uniforme de plus, celui du service d’incendie :

« Ça n’a pas nécessairement surpris les gens, parce que j’ai toujours été une fille qui fonçait. Je ne m’arrête pas à ce que les gens vont penser nécessairement. Tout le monde était content et était fier de moi. »

Jeunes et minoritaires

Bien qu’elles soient jeunes et qu’elles évolueront dans un milieu majoritairement masculin, les deux recrues ne s’inquiètent pas du tout du futur.

« Je pense qu’on a autant notre place que n’importe qui d’autre », explique Lizanne. Sa coéquipière ajoute qu’elle préfère l’ambiance d’une équipe de gars et de travailler avec eux.

« Je pense même si l’on est une fille ou un gars, tant que tu fais la job t’es capable de travailler autant. Il n’y a pas de différences. » Joanie Tremblay-Pelletier

Avec leur arrivée, l’équipe du service d’Incendie de Saint-Georges comptera trois femmes. Lysa Poulin qui était la seule jusqu’à présent avait été engagée pour sa part en 2017.

Le chef de Division du service d’Incendie de Saint-Georges, Frédéric Morin regarde les nouvelles pompières en disant d’un ton confiant :

« Ça faisait quelques années qu’il n’y avait pas eu de nouvelle cohorte de recrues au sein du service. On a des âges variés. Chacun apporte une expérience de vie différente au service. Avec leur jeunesse, leur volonté et leur énergie je pense que ça va être un plus pour nous autres. »

Six recrues motivées

Les deux jeunes femmes et les quatre autres recrues (Patrick Gour, Marc-Antoine Blais, Jason Turcotte et Éric Veilleux) commenceront à répondre à leurs premières interventions en janvier prochain. Ils n’ont pas été en mesure de cacher leur excitation en pensant au moment où ils seront dans le feu de l’action.

Ces nouveaux membres se sont engagés pour aider les gens. Ils aiment ressentir l’adrénaline monter et mentionnent qu’ils apprécient vivre des sensations fortes. Le plus âgé de cette cohorte, Patrick Gour a été pompier volontaire pendant 13 ans et demi et raconte que ça lui avait manqué d’aider la communauté.

Il est digne de mentionner qu’ils ont été choisis parmi une quarantaine de candidatures soumises à la direction du service d’Incendie qui en avait sélectionné quatorze pour l’étape de l’entrevue. Avant de quitter la caserne, notre journaliste a pris un moment pour observer cette cohorte et n’a pu s’empêcher de remarquer qu’elle semblait déjà très liée et motivée à servir la population.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.