Publicité
20 mars 2020 - 10:38 | Mis à jour : 14:15

Communiqué intégral

L'entrepreneur Martin Roy victime d'une fausse nouvelle

Toutes les réactions 6

Voici la lettre reçu ce matin de la part de l'entrepreneur Martin Roy, victime d'une fausse nouvelle sur les réseaux sociaux. 

Communiqué intégral

À la suite d’informations circulant sur les réseaux sociaux concernant un récent voyage que j’ai fait en Europe, je me vois dans l’obligation de rectifier certains faits :

Oui je suis allé en France entre le 27 février et le 8 mars dernier, avec un groupe de parents accompagnant l’équipe de soccer dont fait partie ma fille. Nous sommes allés dans la région de Clermont-Ferrand et avons passé quelques jours à Paris. Contrairement à ce qui circule, je ne suis pas allé en Italie.

La situation du COVID-19, autant en France qu’au Québec, n’était pas la même à ce moment qu’elle l’est aujourd’hui et aucune mesure de sécurité n’était alors en place, ni à l’aéroport Charles-de-Gaulle, ni à l’aéroport Trudeau de Montréal.

Dès le lendemain de notre retour, une professionnelle au Service des maladies infectieuses de la santé publique de Chaudière-Appalaches, a communiqué avec le responsable de notre groupe pour prendre des informations sur les régions que nous avions visitées et valider si des personnes du groupe avaient des symptômes s’apparentant au COVID-19. Elle nous a recommandé de vérifier pendant 14 jours si nous voyions apparaître des symptômes mais en aucun cas, il n’a été question d’isolement.

Ceux qui me connaissent savent que jamais je n’aurais mis la santé de qui que ce soit en danger. J’ai agi comme assistant-coach pendant le voyage et, parce que la menace de la COVID-19 était présente quand même en Europe, j’ai multiplié les consignes d’hygiène et de sécurité auprès des jeunes.

Les messages qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux sont faux, ce sont des messages de diffamation et d’atteinte à ma réputation personnelle et je prendrai les dispositions légales nécessaires envers les personnes concernées si cela ne s’arrête pas immédiatement.

-Martin Roy

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

6 réactionsCommentaire(s)
  • Je travaille avec une personne qui était dans votre groupe en France et mon employeur lui a demandé de demeurer en quarantaine chez-elle depuis son arrivée jusqu'au lundi 23 mars ce qui est une bonne chose pour tout le monde.

    Observatrice - 2020-03-20 11:55
  • La situation de la France était comme le nôtre v'là 2 semaines et regardez aujourd'hui comment c'est là-bas. Quarantaine obligée.

    Soleil - 2020-03-20 12:58
  • Bravo monsieur Roy pour avoir servi de très sérieux avertissements à ces colporteurs de ragots, qui ne savent pas tout le mal qu’ils peuvent faire à la réputation d’une personne, et qui se croient à l’abri des poursuites judiciaires.
    Il y a quelques années, un homme d’affaire de St-Georges avait été victime de quelques insanités, ses détracteurs insinuant qu’il avait réussi à se monter une entreprise en faisant le commerce de matières illicites.
    Cet entrepreneur s’était payé une pleine page dans un journal local, au coût d’environ 1,500$, dans lequel il faisait part qu’une recherche était en cours ayant comme but de trouver la source de ces commérages, et que les personnes qui les colportaient se verraient traduites devant les Tribunaux. Les fausses rumeurs ont cessé dès la parution de cette publication. Malheureusement, il y aura toujours des envieux, qui n’accepteront jamais que des entrepreneurs ont pu s’enrichir, sans avoir recours à des subterfuges interdits par le code criminel.

    Yvon Thibodeau - 2020-03-20 14:38
  • "en aucun cas, il n’a été question d’isolement."

    Peut-être, mais la moindre des choses par respect pour tout le monde à ce stade-ci serait d'en faire un! Les recommandations ont évolué depuis quelques jours! Si vous êtes revenu le 8 mars, j'ose espérer que vous êtes chez vous!

    Frédéric Poulin - 2020-03-20 17:28
  • Pauvre lui lâche-le 8 mars c était pas tragique☹️c est un bon Jack

    Nathaly aubin - 2020-03-21 20:40
  • Quand il a ete question de s isolé la t il fait

    Curieux - 2020-03-24 13:08