Publicité

6 octobre 2021 - 11:15 | Mis à jour : 11:23

Un 16e féminicide commis au Québec

Les groupes de femmes de Chaudière-Appalaches tiendront une vigie aujourd'hui

Par Salle des nouvelles

À l’initiative des quatre maisons d’hébergement de Chaudière-Appalaches, la Gîtée, le Havre des femmes, le Havre l’Éclaircie et la Jonction pour elle, les groupes de femmes de la région de Chaudière-Appalaches se rassemblent aujourd’hui pour honorer la mémoire des 16 femmes et des deux enfants qui ont perdu la vie dans un contexte de violence conjugale, mais également pour dénoncer les violences faites aux femmes.

Le rassemblement aura lieu à la Traverse de Lévis, à 16h.

Ensemble, les groupes de femmes élèvent leurs voix pour dire haut et fort qu’une femme ne devrait plus jamais être victime d’un homme en raison de son statut de femme, et encore moins par amour. « L'amour ne tue pas! C'est assez! », clament les organismes.

À travers cette vigie, les groupes de femmes témoignent de leur solidarité auprès des femmes victimes de violence et de leur entourage et demandent que des changements se produisent, parce que 16 féminicides en 2021, ce sont 16 de trop!

La violence à l’égard des femmes est une forme de discrimination et une violation des droits fondamentaux. Elle est source de malheurs et de pertes de vies humaines. Les violences à l’égard des femmes les empêchent de réaliser leur plein potentiel, entravent leur autonomie économique et minent le développement des sociétés. 

Dans le contexte de crise et de discriminations, les femmes et groupes de femmes de Chaudière-Appalaches dénoncent les injustices et exigent des changements structurels et systémiques plus que jamais nécessaires.

« Il faut reconnaître, nommer et dénoncer les violences faites aux femmes. Elles font partie d’un système qui favorise les inégalités entre les femmes et les hommes. Le gouvernement doit voir l’urgence d’agir et mettre en place des mesures démontrant la prise en considération des enjeux en condition féminine. Du financement oui, mais aussi des mesures sociales concrètes pour que cette violence des hommes envers les femmes cesse rapidement » a mentionné par voie de communiqué de presse la directrice générale du RGFCA, Karine Drolet.

Rappelons que le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches (RGFCA) est un regroupement régional de (23) groupes de femmes qui travaille à la défense des droits et à l'amélioration des conditions de vie des femmes.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.