Publicité

14 octobre 2021 - 18:00

La tournée « Jamais sans mon casque » s'arrête en Beauce

Port du casque protecteur: une responsabilité individuelle et sociale

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

S'il n'est pas le promoteur d'une législation provinciale qui obligerait le port du casque protecteur lors d'activités sportives et récréatives, Simon Poulin encourage néanmoins fortement les adeptes de ces pratiques à se munir en tout temps de cette pièce d'équipement pour prévenir des blessures graves.

« C'est une question de responsabilisation individuelle mais aussi sociale », a déclaré en conférence de presse ce directeur fondateur de l’organisme Avec toute ma tête, lors de son passage aujourd'hui à Saint-Georges, dans le cadre de la tournée Jamais sans mon casque

Avec cette initiative, qui se répètera dans 17 régions du Québec, M. Poulin veut sensibiliser le plus grand nombre de jeunes et d’adultes d'avoir le réflexe de porter le casque, plus particulièrement lorsqu’ils pratiquent le vélo, la planche à roulettes, le ski ou la planche à neige, des sports particulièrement reconnus pour provoquer des commotions cérébrales et traumatismes crâniens graves lors d'accident.

« Je m'étonne toujours de voir souvent des parents mettre un casque à leurs enfants mais ne pas en porter eux-mêmes, comme s'ils étaient invincibles », de faire remarquer ce père de famille dont le fils est devenu paraplégique suite à une sérieuse chute en descente de ski.

D'ailleurs, Chantale Ruel, productrice agricole acéricultrice et porte-parole ambassadrice de la tournée pour la région de Chaudière Appalaches était présente pour témoigner comment son casque l'avait sauvée en tombant de vélo sur une piste cyclable. « Je suis heureuse que mon casque m'ait permis d’éviter toutes séquelles irréversibles ou plus graves. Le casque, portons-le fièrement [...] Le port du casque à mon avis, c’est une nécessité et non un luxe », a-t-elle dit essentiellement. 

Des statistiques inquiétantes
Selon les statistiques du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des  traumatismes (SCHIRPT), compilées entre 2016 et 2019, 41 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans qui ont fait une chute à vélo ne portaient pas de casque.

Cette proportion monte à 61 % dans le cas des accidents en  planche à roulettes. Selon un rapport de l’Institut national de santé publique (INSPQ), plus du quart des  patients hospitalisés pour un traumatisme associé à la pratique du vélo au Québec, de 2007 à 2015, a subi  une lésion craniocérébrale (25,9 %). 

« Comme cycliste ayant fait quelques chutes, comme pédiatre et comme citoyen de la région, je suis heureux d’appuyer à 110% cette campagne de sensibilisation au port du casque visant à protéger chez nos jeunes et moins jeunes cet organe assez utile qu’est le cerveau », a souligné lors du point de presse Dr. Pierre C. Poulin, pédiatre retraité du centre hospitalier de Saint-Georges.

Aussi, grâce au soutien de divers partenaires publics et privés, dont le Secrétariat Jeunesse du gouvernement du Québec qui est la responsabilité du député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, l’initiative d’Avec toute ma tête permettra de donner en 2021 quelque  9000 casques de vélo à des enfants provenant de familles à faible revenu. D'ailleurs, une soixantaine de ces casques ont été remis aujourd'hui aux responsables de la Maison des jeunes Beauce-Sartigan.

« Je suis très heureux d’être ambassadeur, et de remettre, via le Secrétariat Jeunesse, des milliers de  casques gratuits à vélo pour des jeunes de ma région et de partout au Québec. Je me fais un devoir de  rendre accessibles le sport et le plein air, et surtout de le faire de façon sécuritaire pour de nombreuses familles. Cette nouvelle aide est un signal qu’il faut bouger, mais en toute sécurité », a fait remarqué le député Poulin.

Port obligatoire du casque à Saint-Georges: pas de règlement en vue
La conférence de presse d'aujourd'hui a notamment permis de mettre en lumière le fait que le port d'un casque protecteur pour la pratique de divers sports comme le vélo, la planche à roulette et autre, ne fait l'objet d'aucune obligation de la part du gouvernement du Québec, alors que huit autres provinces au pays ont des règlements en ce sens, dont l'Alberta.

Questionné à ce sujet, le député Samuel Poulin a indiqué que Québec ne jonglait pas actuellement avec l'idée d'exiger le port du casque de vélo, préconisant plutôt « la sensibilisation et la responsabilisation. » Il a toutefois rappelé que les municipalités avait le pouvoir de légiférer en la matière.

En effet, la Ville de Sherbrooke a adopté en 2011 un règlement rendant obligatoire le port du casque à vélo pour les mineurs. C'est la seule au Québec.

À Saint-Georges, il n'y a rien en vue pour adopter un règlement similaire, pas seulement pour le cyclisme mais aussi pour d'autres activités sportives et récréatives.

« On a déjà examiné la question. Le problème serait de faire respecter le règlement. Il faudrait avoir des agents de sécurité en permanence sur les lieux, comme les installations de skateboard par exemple. On a pas les ressources pour faire ça. Par contre, nous recommandons fortement le port du casque et tous les sites récréatifs de la Ville où cet équipement peut être efficace en prévention des blessures ont des affiches à cet effet », a dit le maire de Saint-Georges, Claude Morin, lors d'un entretien téléphonique avec EnBeauce.com.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des athlètes émergents ou établis de la Beauce qui sont inspirants ou qui ont une carrière sportive hors du commun ? Vous faites partie d'une équipe sportive qui a particulièrement bien performé dernièrement ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.