Publicité
20 janvier 2019 - 04:00

LA CHAPELLE STE-THÉRÈSE DE L'ENFANT JÉSUS

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Cette petite chapelle fut érigée en 1927 dans le secteur de la Station, sur la rue portant le même nom (Station) par M. J. Édouard «Bébé» Poulin (photo 1). On croit qu'il a agi ainsi pour respecter une promesse solennelle faite suite à une grave maladie (tuberculose) dont sa fille était affectée: si elle en guérissait, il s'engageait à construire une chapelle près de chez lui. Ce qu'il fit. Une photo aérienne prise vers 1952 nous la montre dans son environnement, on l'aperçoit dans le coin supérieur gauche (photo 2). On y célébra quelques mariages, dont celui de Léonce Dion (premier propriétaire de la pharmacie Rexall sur la 1re avenue) et Fernande Poulin le 27 janvier 1932. L'érection canonique de la paroisse de l'Assomption fut proclamée le 27 juin 1950, mais l'église de l'Assomption ne fut prête qu'en 1954. En 1950, pendant quelque temps, les messes de la nouvelle paroisse eurent lieu à la chapelle de la Station, le temps qu'on aménage une salle de culte temporaire au second étage de l'édifice Lacroix au centre-ville (site du Jasmin actuel).


En 1954, événement important dans la vie de cette chapelle: J. Édouard Poulin accepta d'en faire don aux résidents du Lac Raquette à Saint-Benoît. Le transport eut lieu en plein hiver le 8 mars 1954. Pour éviter un grand détour et parce que l'édifice était peut-être trop élevé pour passer sous la structure supérieure de l'ancien pont de fer, on décida de traverser du côté ouest en passant sur la glace recouvrant la rivière en cette période de l'année. Hélas, l'imposant bulldozer qui remorquait la chapelle a défoncé la glace en achevant la traversée et s'est retrouvé immergé dans un mètre d'eau. Heureusement, un vrai miracle, le déménagement a quand même été un succès. La chapelle a été inaugurée au Lac Raquette le dimanche 27 juin 1954 en présence de nombreux dignitaires (photo 3). Cette chapelle pouvait accueillir plus de 100 personnes, on l'a entièrement rénovée en 1990. En raison de sa popularité à cette époque, les riverains du lac Raquette y ont même ajouté deux ailes au fil des ans (photo 4), on avait ainsi plus de places, pour jusqu'à 150 personnes. On peut encore la voir aujourd'hui, elle est toujours là. Elle a toute une histoire.


Photo 1 du fonds de la BAnQ. Autres photos du fonds Claude Loubier. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.