Publicité
2 février 2019 - 13:00

LA CRÉATION DE PLACE CENTRE-VILLE

Toutes les réactions 1

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Il a fallu environ 20 ans de remplissage pour terminer les énormes travaux entrepris progressivement à partir de 1955, visant à refaçonner le secteur le long de la rivière Chaudière et à changer à jamais le visage du centre ville. Sous l'habile direction du maire Pinon, au cours des années 1966 à 1968, on déménagea l'ile Gilbert pour aménager l'avenue Chaudière et on érigea le fameux quai Pinon. Mais on manqua de terre pour remplir le trou laissé vacant entre la 1re avenue et la nouvelle avenue Chaudière; ce n'est qu'en 1975 que se terminèrent le remplissage et le compactage de cet espace qui était autrefois le lit de la rivière.

Entretemps, on entreprit en février 1974 la construction du Carrefour Saint-Georges. C'était la mode des centres d'achats. On développa l'idée d'en construire un autre au centre-ville, sur l'espace disponible résultant de ce long remplissage. Un promoteur de Québec acheta alors ce grand terrain en vue d'y ériger un centre commercial. Il débute l'érection de la structure d'acier, mais il éprouve des difficultés financières et fait faillite. À cette époque, on pensait appeler cet endroit «Place Saint-Georges», comme on le voit à la grosse affiche qu'on installa pendant la construction (photo 2). En 1976, le propriétaire de Farmer s'en porte acquéreur et confie la continuation de la construction à la firme Pomerleau. Hélas, M. Farmer éprouve d'importants problèmes de santé et se voit contraint de suspendre le projet. Finalement, après plus d'un an d'attente, le groupe Pomerleau l'achète et le termine en 1978. L'ouverture officielle a lieu le 26 octobre 1978. Les principaux commerces sont au sud le magasin Farmer, au nord le magasin Peoples, à l'ouest l'épicerie Provigo de Michel Gagnon et même une succursale de l'ancienne Banque Provinciale (Photo 3). Diverses boutiques de moindre importance sont disséminées dans le reste du centre d'achat.

La 1re photo, prise vers 1980, nous montre Place Centre-Ville alors que cet édifice n'avait qu'un étage. Ce n'est qu'en 1988 qu'on a érigé un second étage ainsi que de nombreux espaces de stationnement (étagé) supplémentaire. Il est important de souligner que ce deuxième étage n'est pas construit sur le premier mais au-dessus, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une structure indépendante qui n'est pas appuyée sur le premier étage, il constitue une construction autonome qu'on a reliée à la première.

Place Centre-ville a donc célébré en 2018 son 40e anniversaire de naissance. Comme pour tous les autres centres d'achats, à peu près tous les commerces se sont renouvelés au fil des ans. Avec l'arrivée du commerce électronique (ou commerce en ligne), l'avenir s'annonce moins facile pour les centres d'achats.

Texte et recherches de Pierre Morin. 


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Disons que j’ai un peu contribué à remplir le fameux trou sous le Centre d’achats actuel.

    J’ai fourni cinq voyages de bouteilles vides de Fresca et de Tab flambant neuves, produits qui ne fonctionnaient pas et dont je voulais me débarrasser une fois pour toutes, sans avoir à me soucier de rembourser la consigne si elles me revenaient.


    Michel J. Grenier - 2019-02-02 16:29