Publicité
10 février 2019 - 04:00 | Mis à jour : 13:00

LES CORDONNIERS MÉTHOT

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Le premier Méthot qui a exercé le métier de cordonnier dans notre ville est M. Délias Méthot. En fait, son premier métier a été celui de sellier: à l'été 1910, il s'est fait construire sur la 1re avenue une maison à deux étages comprenant au rez-de chaussée un atelier et magasin de sellerie (photo 2), il fabriquait et vendait tous les accessoires pour la conduite des chevaux: selles, cordeaux, harnais, colliers etc. Cependant, au cours des ans, les autos en sont venues à remplacer les chevaux, de sorte que Délias a dû se recycler dans un métier connexe: la cordonnerie. On a beaucoup de photos de son commerce pour la bonne raison qu'il résidait juste en face du célèbre photographe J. A. Gagnon. À chaque fois que se produisait un événement important (tel une débâcle), M. Gagnon sortait de son studio et prenait un cliché de l'édifice Méthot. On a donc des photos des fameuses débâcles de 1928 (photo 3) et de 1939 (photo 4). Ces deux dernières photos nous montrent les deux derniers ponts de fer, celui de 1912 aux arches horizontales, et celui de 1929, aux arches arquées (courbées) vers le haut.

Quand à la 1re photo (vers 1963), c'est encore celle d'un cordonnier Méthot dont l'enseigne indique «Cordonnerie Méthot Chaussures», mais ce n'est plus le même, car le fils Euchariste a pris la relève. Notre regrettée fanfare déambulait alors sur la 1re avenue, attirant de nombreux spectateurs. Examinez bien cette photo, agrandissez-là si possible: vous reconnaitrez parmi les spectateurs un de nos plus célèbres concitoyens, nul autre que M. Guy Gendron, sympathique géorgien qui était à l'époque connu et estimé de tous malgré son handicap. Il était toujours bien vêtu et aimait se faire taquiner. Il est sur le trottoir près du poteau de téléphone.

Sur la 4e photo, on peut voir à droite le commerce de vêtements Jos Davis, avant qu'il n'achète son voisin plus loin (au coin de la 123e rue) pour y loger son inoubliable magasin Davis. Quelques années après qu'il eut quitté le local apparaissant sur cette photo, un autre commerçant célèbre y ouvrit son magasin de vêtements pour hommes: Roger Carrier.

L'édifice des Méthot existe encore, il s'appelle maintenant Chaussures Cameron.

Photos du fonds Claude Loubier. Texte et recherches de Pierre Morin. 


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.