Publicité
22 septembre 2019 - 04:00 | Mis à jour : 23 septembre 2019 - 09:38

LE MAGASIN CHEZ THÉRÈSE, SALON DE CHAUSSURES POUR DAMES

Toutes les réactions 1

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Vous êtes peut-être déjà allée vous procurer une coquette paire de souliers (et un sac à main assorti) chez Mme Dallaire, de son nom de fille Thérèse Cliche. Elle était la fille  d'Ernest Cliche. Mme Thérèse a débuté en 1957, non loin de l'intersection de la 2e avenue et de la 120e rue, dans l'édifice A.S. Paquet, face à la pharmacie Poliquin (photo 2). Puis en 1968, elle est déménagée et a opéré son commerce pendant 15 ans sur la 1re avenue près de l'ancien Farmer (photo 1). Et elle a fini ses activités au 2e étage du Carrefour Saint-Georges, où elle a aménagé en février 1983. Dans sa publicité, elle mentionnait que c'était un plaisir de servir la population beauceronne qui a si bien su lui faire confiance, ce qui est sûrement le cas puisqu'elle a été en affaire dans ce domaine pendant plus de 30 ans. Femme de public d'une grande élégance, elle était vraiment gentille, dotée d'une personnalité tout à fait appropriée pour opérer un commerce (photo 3). C'était une fonceuse qui a fait preuve d'audace et de persévérance. Elle est décédée le 10 juillet 2005 à l'âge de 78 ans. 

Photos 1 et 2 du fonds Claude Loubier. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  [email protected]

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je ne sais pas combien de paires de souliers Mme Dallaire ma vendu car je chaussais le soulier de démonstration. Je les payais $10.00 la paires.J'étais étudiante infirmière.C'était mon dada. Merci Mme Thérèse de votre gentillesse et de votre professionalisme .Reposez en paix.

    Luce Maheux - 2019-09-22 20:05